Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Steve Roach , Manuel Göttsching , Haraa
- Membre : Tangerine Dream, Walter Wegmüller , Sergius Golowin , Wallenstein, Ashra, The Cosmic Jokers , Arthur Brown , Richard Wahnfried
- Style + Membre : Ash Ra Tempel
 

 Site Officiel (541)

Klaus SCHULZE - La Vie Electronique 7 (2010)
Par WALTERSMOKE le 3 Avril 2017          Consultée 136 fois

Après quatre volets entièrement consacrés à ce qu'on peut considérer comme l'âge d'or de la carrière de Klaus Schulze (1974-1978, grosso modo), la série La Vie Electronique continue l'odyssée et se penche sur une partie un peu moins connue de la carrière du musicien allemand. La fin des années 70 a quand même vu la parution de Dune (1979), album évidemment inspiré et traitant de la saga SF de Frank Herbert, mais disons simplement que l'album n'a pas nécessairement la même aura que la tétralogie de 1975-1978. C'est également une période qui voit les derniers morceaux analogiques de KS être joués, puisque le bonhomme changera très vite de technologie avec Dig It (1980), un album de transition honnête.

Ceci étant, il y a encore deux morceaux de 1977 sur La Vie Electronique 7. Le premier, "RE: People I Know", a été capté en concert à Düsseldorf – de la Berlin School chez Kraftwerk, donc. Encore une fois, c'est un festival de séquences et d'effets sonores, très classiques pour du Klaus Schulze, et toujours idéalement agencés. Le morceau est évidemment de haute qualité, tant et si bien que si La Vie Electronique n'avait pas cette volonté d'exhaustivité, il serait allé volontiers remplacer un moment faible du précédent volet. L'autre morceau de 1977, également live, est un peu plus décevant. "My Virtual Principles" joue bien plus sur les ambiances, montre un KS polyvalent et compétent, mais la première demi-heure de ce pavé horaire est vraiment monotone. Il faut que KS allume sa boîte à rythme pour que la machine, sans s'emballer, puisse offrir quelque chose de vraiment plaisant à l'oreille. C'est d'ailleurs là que l'on perçoit ce qui constitue et la force, et la faiblesse de Klaus Schulze : il prend son temps pour bien dérouler son art, au risque d'aller trop loin.

Cependant, ce n'est pas le morceau le plus problématique sur La Vie Electronique 7. En effet, la compile ouvre de manière définitive le bal des doublons. "Avec Arthur" n'est ainsi qu'une redite, à quelques notes et variations près, de "Dymagic", présent sur le premier live de 1980. Bon, ici, ce n'est pas tout à fait dramatique, et ce pour deux raisons. La première, c'est la qualité du son, qui est ici clairement plus acceptable – non pas que l'édition de 1980 était pas top, mais elle ne rendait guère justice à la compo. La seconde, c'est que "Avec Arthur" est une version complète du morceau, avec plus de place pour Arthur Brown au micro. Et puis, dans l'absolu, ce n'est pas un mauvais morceau, à condition d'accrocher au délire vocal de Brown... Mais sur le CD 2, il y a "Crazy Nietzsche", et là, il y a de quoi souffler du nez, car c'est vraiment une « version alternative » de "Friedrich Nietzsche", présent sur X (1978). Et ce n'est pas en encadrant un cœur identique avec une intro nébuleuse et une outro qui n'est que le début de "Friedrich Nietzsche" qu'on obtient quelque chose de fondamentalement différent. Et encore, ce n'est pas encore le pire dans la série.

Heureusement, pour compenser, il y a une pépite cachée à sa suite. "The Future" est une suite ambient de 29 minutes absolument magnifiques. Avec ses faux choeurs typiques et des claviers éthérés, KS parvient à tisser une lumineuse cathédrale sonore, qui sonne effectivement comme un futur, un futur qui nous dépasse et nous submerge par sa transcendance. Oui, on est vraiment dans les plus belles heures de Klaus Schulze. Quel dommage qu'il ait fallu attendre les années 90 pour le découvrir, et encore !

La Vie Electronique 7, rien que pour "The Future", mérite d'être écouté. Ceci étant, les doublons discréditent un peu le tout, qui aurait gagné à n'être qu'un double album au final. Mais c'est la philosophie de la série, sans compter que le volet suivant sera pire, bien pire sur ce point.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par WALTERSMOKE :


Jean-michel JARRE
Equinoxe (1978)
Mieux qu'Oxygène ? Assurément !




Klaus SCHULZE
La Vie Electronique 12 (2012)
Picasso se promène


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Klaus Schulze (claviers, synthés, boite à rythme)
- +
- Harald Großkopf (batterie)
- Arthur Brown (chant)


1. Re: People I Know
2. Avec Arthur

1. Crazy Nietzsche
2. The Future
3. Interview 1979

1. My Virtual Principles
2. Die Erde Ist Rund



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod