Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Steve Roach , Manuel Göttsching , Haraa
- Membre : Tangerine Dream, Walter Wegmüller , Sergius Golowin , Wallenstein, Ashra, The Cosmic Jokers , Arthur Brown , Richard Wahnfried
- Style + Membre : Ash Ra Tempel
 

 Site Officiel (547)

Klaus SCHULZE - Stars Are Burning (2014)
Par WALTERSMOKE le 19 Janvier 2015          Consultée 1236 fois

À combien de mois peut-on estimer la quantité de musiques enregistrées par Klaus SCHULZE et non éditées à ce jour ? C'est bien la question qu'on se pose, notamment au vu des archives qui ne cessent de sortir depuis une dizaine d'années, sans compter les coffrets sortis dans les années 90. Il faut dire dans le même temps que le phare de la Berlin School a consacré sa vie à sa musique, sans show-business ou si peu, et encore. Le temps pour composer de nouveaux morceaux et donner des concerts, principalement en Europe, n'a donc pas manqué, y compris lors de son âge d'or (estimé entre 1975 et 1979). En parlant de concerts, il est d'ailleurs amusant de constater que si Klaus SCHULZE s'était promis en 1980 de ne plus publier d'albums live après celui sorti cette année-là, lui et KD Müller en ont gardé des bandes, sans doute assez pour remplir une maison.

Parmi ces bandes live se trouvent celles qui constituent le 14e live de KS, sorti en novembre 2014. Appelé Stars Are Burning, il est présenté comme le premier volet d'une série de bootlegs officiels, si l'on se tient à son titre complet*. Il s'agit donc d'un enregistrement sans doute complet, avec les coupures et les interventions du public qui vont avec. Stars Are Burning est avant tout composé d'un concert donnée à Bruxelles en 1977, qui occupe tout le CD 1 et une partie du CD 2, tandis qu'un autre enregistrement, datant cette fois de 1979, se charge de compléter ce dernier. Alléchant programme, donc, pour qui goûte aux joies de la musique électronique. Attention cependant à devoir encaisser une prise de son qui n'est pas optimale, ainsi que des toussoutements et des bruits par-çi par-là.

Le concert de Bruxelles est un excellent exemple de ce à quoi on pouvait s'attendre en allant voir Klaus SCHULZE sur scène à l'époque. La maitrise des synthés est toujours présente, et KS crée une ambiance, un univers prenant et magique tout au long de la centaine de minutes que dure ce concert, mais aussi froid et austère. Cela se voit surtout dans le morceau-titre, un long pavé de 49 minutes où KS tape dans un dark space rock assez peu engageant de prime abord, mais qui se fait bien vite dompter pour peu qu'on y investisse du temps.
Les deux autres morceaux ne sont pas en reste. Toujours inclus dans la même veine, ils se veulent cependant un peu plus éthérés sans être lumineux, et prolongent le plaisir comme dans un rêve cosmique. The Nightingale's Complaint présente un séquençage plutôt solide suivi de nappes ambient très appréciables, ambient que Tell Me Where the Past Years Are (ces titres de la déprime...) prolonge avant de se réveiller vers la fin. On peut d'ailleurs imaginer écouter ces morceaux tout en contemplant le ciel; quel dommage que la production de basse qualité ne gâche le tout.

Pour compléter le concert, un extrait d'un autre donné aux Pays-Bas en 1979, There Shall Be Sung Another Golden Age, arrive. Il s'agit de la version instrumentale du morceau que SCHULZE avait l'habitude d'interpréter avec Arthur Brown. Ceux qui ne supportaient pas ce dernier seront donc soulagés, et même contents d'apprécier la musique du claviériste. Cependant, qu'on aime ou pas le chanteur, force est de constater qu'il imprimait une marque indélébile, qui dynamisait le morceau. Ici, les quelques fioritures de SCHULZE ne parviennent pas à masquer le vide laissé par l'absence de Brown. Comme quoi, même un génie peut donner du terne quand il est seul.

Stars Are Burning est une bien jolie offrande des archives de SCHULZE, mais soyons honnêtes, elle ne risque d'intéresser que les connaisseurs, notamment les plus aguerris. Il faut en effet bien connaître son SCHULZE avant d'envisager l'écoute de ce live, au risque d'émettre un rejet plutôt violent. Mais pour être franc, certains morceaux des coffrets La Vie Électronique sont plus intéressants.

* : le titre complet de l'album est Official Bootleg Vol. 1 : Stars Are Burning. Mais même sur le site officiel de SCHULZE, il est simplement écrit « Stars are Burning »

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par WALTERSMOKE :


Klaus SCHULZE
La Vie Electronique 5 (2010)
Toujours dans l'âge d'or




KRAFTWERK
Tour De France (2003)
Vive le vélo

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Klaus Schulze (tout)


1. Stars Are Burning
2. The Nightingale's Complaint

1. Tell Me Where The Past Years Are
2. There Shall Be Sung Another Golden Age



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod