Recherche avancée       Liste groupes



      
AMBIENT  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Steve Roach , Manuel Göttsching , Haraa
- Membre : Tangerine Dream, Walter Wegmüller , Sergius Golowin , Wallenstein, Ashra, The Cosmic Jokers , Arthur Brown , Richard Wahnfried
- Style + Membre : Ash Ra Tempel
 

 Site Officiel (480)

Klaus SCHULZE - Blackdance (1974)
Par WALTERSMOKE le 24 Novembre 2012          Consultée 1519 fois

Ca y est, les choses sérieuses commencent. Si Klaus SCHULZE est un musicien de génie, ses deux premiers albums solo ne réflètent pas pour autant cet état de fait : en effet, Irrlicht et surtout Cyborg sont peu accessibles, et pour Cyborg, on avait carrément affaire à un mauvais album. Heureusement, il a encore bifurqué pour faire une musique que l'on peut enfin écouter sans hausser les sourcils. Mais pour qui ne connaît de Klaus SCHULZE que les opus sortis à la fin des années 70, il sera surpris de se confronter à l'album le plus acoustique de l'artiste, puisqu'on a entre autres une guitare 12 cordes (si, si !), des percus africaines et des choeurs, qui eux seront utilisés ultérieurement. Et puis comme ses contemporains, SCHULZE se met à l'usage des synthétiseurs, dont il deviendra le maître incontesté. En revanche, il ne faut pas s'attendre à des titres chaleureux, il faudra au contraire composer avec trois morceaux forts mélancoliques, voire neurasthéniques comme l'a si bien dit Arp2600 dans sa chronique de Timewind. De plus, l'album a très mal vieilli – sans pour autant que ça en devienne indécent, cela dit.

Et niveau qualité des compositions, l'évolution est radicale; il n'y a qu'à écouter « Way Of Changes », morceau à la structure typique pous s'en convaincre. Après une belle intro où SCHULZE montre qu'il se débrouille bien à la guitare, le morceau s'emballe avec ses percus accompagnant des claviers jouant peu de variations et des effets sonores destinés à dynamiser le tout, rendant au final un morceau plaisant et rapide, dans le sens où on ne voit pas le temps passer; puis, arrivé au dernier tiers, changement d'humeur et petite coupure sans percus, à l'image de ce que fera TANGERINE DREAM plus tard, avec l'EMS qui là, pour le coup, gâche l'ensemble avant que le morceau ne reparte comme avant. Ceci est carrément douteux, l'idéal aurait été de faire un final plus osé (mais il se rattrapera là-dessus sur les albums suivants). Toutefois, le choix des claviers a été bien pensé, car les synthés kitsch ou risibles brillent par leur absence, ouf. En résumé, « Way Of Changes », en plus de ne pas démériter son nom, fait partie du haut du panier de l'électro, bien qu'il soit bien bas par rapport à Phaedra et Zuckerzeit.

« Some Velvet Phasing », quant à lui, est clairement le point noir de l'album : cela paraît paradoxal, mais pour un morceau de 8 minutes, il est long et plat. Quelques variations par-ci par-là, mais sans plus. Certes, c'est de l'ambient, voire du drone et c'est normal, diraient certains, mais si c'était aussi facile, ça se saurait. De plus, la production est assez mauvaise et la réverbération très mal gérée achève de médiocriser le titre. Il s'agit donc de 8 minutes perdues et facilement oubliables, à l'image des plus mauvais passages de Cyborg.

En retournant le vinyle – pour ceux qui ont cette chance – voilà que débarque « Voices Of Syn », qui se trouve être le jumeau de « Way Of Changes », avec une première partie introduisant le chant chez l'oeuvre de Schulze, sauf qu'au niveau mixage, c'est vraiment pas top : j'ai l'impression qu'il a cherché à avoir un effet cathédrale, mais si tel était le but, eh bien on repassera ! C'est d'autant plus dommage que le chanteur a un bien bel organe. Passées les cinq premières minutes, c'est reparti pour du séquencage, mais en plus rythmé grâce à une boîte à rythmes bien utilisée, rendant le morceau assez nerveux, sauf que le défaut de « Some Velvet Phasing » réapparaît; ça en devient rageant, à force, ce qui entraîne de facto une petite lassitude. L'écoute n'est cependant pas déplaisante pour un sou, on souffre pas trop, pour peu qu'on s'y fasse avec les problèmes de production.

Blackdance, donc, n'est pas l'album qui montre explicitement le génie de KLAUS SCHULZE, il est de plus desservi par une production infâme qui ne lui rend pas justice, surtout en 2012. Malgré tout, il contient quand même d'intéressants passages qui méritent notre attention. Cependant, le changement se fait déjà largement sentir, que l'on compare Blackdance à Cyborg ou aux productions des autres musiciens de l'époque.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par WALTERSMOKE :


Jean-michel JARRE
Electronica 2: The Heart Of Noise (2016)
Jarre contre-attaque (deuxième)




Klaus SCHULZE
In Blue (1995)
Du grand Schulze. Tout simplement


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Klaus Schulze (claviers, orgue, piano, percussions, guitare)
- Ernst Walter Siemon (chant)


1. Way Of Changes
2. Some Velvet Phasing
3. Voices Of Syn



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod