Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Steve Roach , Manuel Göttsching , Haraa
- Membre : Tangerine Dream, Walter Wegmüller , Sergius Golowin , Wallenstein, Ashra, The Cosmic Jokers , Arthur Brown , Richard Wahnfried
- Style + Membre : Ash Ra Tempel
 

 Site Officiel (569)

Klaus SCHULZE - The Essential 72-93 (1994)
Par WALTERSMOKE le 25 Septembre 2015          Consultée 784 fois

Il est difficile de faire aimer Klaus SCHULZE.

Un artiste pop, ça passe crème, surtout s'il a pondu un tube connu et reconnu. Rock ? Pas de souci. IDM ? C'est déjà plus pointu, mais pourquoi pas. Mais dans le cas de Klaus SCHULZE, c'est bien plus compliqué, car le musicien allemand fait partie de cette race d'ovnis musicaux aux styles changeants et surtout uniques. Krautrock, drone, Berlin School, MAO... le bonhomme a exploré de nombreuses chapelles de la musique électronique, jusqu'au milieu des années 90 (avant de stagner niveau style, donc). Ça tombe bien, c'est en cette riche année 1994 que sort The Essential 72-93, censé présenter l'oeuvre de Klaus SCHULZE de manière synthétique et didacticielle. Au vu d'un tel nom, on est tentés de l'acheter en se disant « Chouette, enfin un skeud à offrir à Gisèle, pour qu'elle soit initiée à Klaus Schulze ! ».

SAUF QUE NON, MALHEUREUX !

The Essential 72-93 n'est pas du tout le genre d'album à écouter/faire écouter. C'est même une arnaque en ce qui concerne la période évoquée. Si le gros point positif (ou non négatif, plutôt) qu'est l'ordre chronologique est abordé, il n'empêche que la sélection est malhonnête. Le CD 2 du double album concentre une bonne partie de morceaux sortis entre 1990 et 1993, tandis qu'une heure et quart seulement traite de la période 1972-1989. Ah, et précision ultime, tout ce qui a été enregistré entre Trancefer (1981) et En=Trance (1988) inclus n'est représenté que par "Freeze", extrait de Angst (1984), qui n'est pas pour ainsi dire une oeuvre représentative de Klaus Schulze, loin s'en faut. Ça, c'est déjà rageant.

Mais l'ignominie ne s'arrête pas là. Sur 2h30 de musique au total, on comptabilise 14 morceaux. Ça fait une moyenne élevée par piste, 10 minutes à peu près, sauf qu'elle est en général de 20-25 minutes si l'on regarde les albums de KS. Le constat est clair avant même l'écoute : les morceaux ont été charcutés. Vous vouliez écouter "Wahnfried 1883" dans toute sa splendeur ? Perdu, vous n'en avez que le premier tiers. Tiens donc, "Ludwig II von Bayern" ? Tronqué à moitié ! Ce n'est pas une chose intelligente que de découper un long morceau de KS, et The Essential 72-93 ne fera pas dire le contraire. De plus, le néophyte risquerait d'avoir une idée tronquée de Klaus SCHULZE et risquerait d'être déboussolé en écoutant les albums studio.

Pour finir sur une note positive, notons que tous les morceaux n'ont pas subi de coupe radicale, et qu'on peut même apprécier des titres comme "Freeze", "Death of an Analogue" ou bien "Brave Old Sequence" en intégralité. Mais c'est bien peu, sans compter le caractère pas vraiment lisible de la discographie de Klaus SCHULZE. Quitte à choisir, autant commencer directement par un album studio, comme Timewind pour rester classique.

À éviter.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par WALTERSMOKE :


Klaus SCHULZE
Das Wagner Desaster (1994)
Le jeu des 7 erreurs musicales




Jean-michel JARRE
Electronica 1: The Time Machine (2015)
Ça, c'est du comeback


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
   AIGLE BLANC

 
   (2 chroniques)



Non disponible


1. Satz: Ebene (extrait)
2. Totem (extrait)
3. Wahnfried 1883 (extrait)
4. Floating (extrait)
5. Stardancer Ii
6. Ludwig Ii Von Bayern (extrait)
7. Death Of An Analogue

1. Weird Caravan
2. Freeze
3. Miditerranean Pads
4. Dresden Five (extrait)
5. Brave Old Sequence
6. Silence And Sequence
7. The Dome Event (extrait)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod