Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Steve Roach , Manuel Göttsching , Haraa
- Membre : Tangerine Dream, Walter Wegmüller , Sergius Golowin , Wallenstein, Ashra, The Cosmic Jokers , Arthur Brown , Richard Wahnfried
- Style + Membre : Ash Ra Tempel
 

 Site Officiel (547)

Klaus SCHULZE - The Dresden Performance (1990)
Par WALTERSMOKE le 20 Mai 2013          Consultée 1492 fois

En 1990, quelques mois après Miditerranean Pads, voilà que Klaus SCHULZE sort un nouvel album, The Dresden Performance. Ça n'a l'air de rien comme ça, mais il commence à devenir très prolifique. Non pas qu'il n'était pas productif auparavant, mais dans les cinq années qui suivront, sortiront pas moins de 11 albums ! Et vouloir différencier les albums studio des lives ne sert à rien puisque le contenu de ces derniers n'a rien à voir. Encore qu'avec The Dresden Performance...

The Dresden Performance, donc, est un live enregistré dans la ville de Dresde (logique) en 1989, et agrémenté de morceaux studios composés plus tard. Niveau setlist, ce n'était guère compliqué puisque KS a joué en tout et pour tout deux titres, mais durant chacun 45 minutes. Il fallait être prêt à écouter deux pavés musicaux, et sous une pluie assez terrible, mais ça en valait la peine. Dommage cependant que ni la pluie ni surtout le public ne sont entendus sur l'album. Il faut cependant avoir à l'esprit que cela nuirait foncièrement à l'oeuvre, certainement.

Le plus gros de The Dresden Performance est donc constitué de ces deux gros titres, se trouvant d'ailleurs chacun sur un disque, accompagnés des morceaux studios. La première moitié, "Dresden I", est de loin le morceau le plus intéressant à écouter. "Dresden II", en effet, n'est ni plus ni moins qu'une version longue de "Decent Changes", présent sur Miditerranean Pads. Malgré un début original, ce morceau n'a guère d'intérêt par rapport à la version studio, ce qui est terriblement dommage. Il aurait été préférable d'avoir un deuxième titre entièrement original. Il faut toutefois relativiser la déception, ce n'est pas un mauvais morceau pour autant, et il préfigure d'ailleurs certains albums studio de KS enregistrés en live. Il faut également prendre en compte le fait que Miditerranean Pads était enregistré à la même période, ceci expliquant sans doute cela.
"Dresden I" est donc le morceau qui importe le plus. Il se sépare très facilement en deux parties : l'intro de 2 minutes et le reste. A l'écoute, il paraît évident qu'il aurait eu toute sa place sur Miditerranean Pads, c'est un fait. Percussions électriques, faux violon en roue libre, claviers-voix...tout y est – de manière différente, bien sûr. Un gros défaut se doit cependant d'être pointé du doigt, c'est le mixage. La musique est jouée bien trop forte, tant et si bien que l'émotion est écrasée par les claviers, rendant contre-productif "Dresden I". La musique « par blocs » de KS montre ici ses limites.

Les morceaux studio, quant à eux, ne sont pas du tout à négliger côté qualitatif. Rien qu'aux sonorités, on devine un changement de voie des plus intéressants. "Dresden III" envoûte ainsi avec sa mélodie cristalline et ses faux choeurs pendant une dizaine de minutes. L'addition du piano le rend même encore plus beau et grandiose. Beau, "Dresden IV" l'est tout autant. Les cordes donnent un côté romantique (normal) à une pièce forte et chargée en émotions. Seule sa longueur fait défaut : faute de variations, la lassitude risque de venir plus vite que prévu. Au final, le seul vilain petit canard de service s'appelle "Dresden V". Long et répétitif, mais aussi relativement chiant, il laisse cependant une idée quant à la future direction de KS.

The Dresden Performance est dans l'ensemble un bon album de Klaus Schulze, malgré quelques couacs. Les deux titres live s'en sortent plutôt bien, même si la redondance s'impose pour Dresden II, et les titres studio ne sont pas en reste. Un meilleur travail sur le son n'aurait pas été de trop, cependant. Cet album est également le dernier avant l'étrange période dite « MIDI ».

Note réelle : 3,5/5

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par WALTERSMOKE :


Klaus SCHULZE
La Vie Electronique 3 (2009)
Une compile pour tous




Klaus SCHULZE
Dziękuję Poland (1983)
Klaus, kochamy cię !


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Klaus Schulze (tout)


1. Dresden I
2. Dresden Iii
3. Dresden V

1. Dresden Ii
2. Dresden Iv



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod