Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Haraa, Hoenig & GÖttsching, Robert Schroder, Steve Roach , Manuel GÖttsching
- Membre : Tangerine Dream, Walter Wegmüller , Sergius Golowin , Wallenstein, Ashra, The Cosmic Jokers , Arthur Brown , Richard Wahnfried
- Style + Membre : Ash Ra Tempel, Harald Grosskopf
 

 Site Officiel (1151)

Klaus SCHULZE - X (sechs Musikalische Biographen) (1978)
Par AIGLE BLANC le 12 Novembre 2014          Consultée 712 fois

X, dixième effort studio de Klaus SCHULZE (d'où son titre en chiffre romain ? à moins que X ne représente l'identité générique des personnes honorées dans cet album), rejoint la liste des grandes œuvres malades des 70', c'est-à-dire le "Tales From Topographic Ocean" de YES et le "Incantations" de sir OLDFIELD. Ces doubles albums constituent à la fois un aboutissement artistique révélateur du génie des artistes sus-mentionnés et un semi-naufrage. En effet, si la présence de deux disques pour un opus a de quoi en imposer, cela ne pardonne pas quand l'inspiration ne suit pas l'ambition initiale qui passe alors pour de la prétention.
X est un opus fabuleux, soyons clair, mais sa longueur excessive ne saurait masquer aussi beaucoup de remplissage.

Le titre d'ouverture "Friedrich Nietzsche", qui tient vraiment la route, offre une recette musicale que maîtrise bien SCHULZE à cette époque. "Friedemann Bach" est celui où la fusion électronique/classique est la plus réussie car sonnant de façon naturelle donc convaincante. "Georg Trakl" était dans sa version vinyle un morceau tronqué (par manque de place) de 5 minutes. Grâce à la réédition CD de Revisited Record, enfin cette composition retrouve son vrai visage, à savoir 26 minutes de pure magie électronique où SCHULZE poussant le principe du gimmick répétitif jusqu'à son ultime retranchement conduit l'auditeur dans une transe extraordinaire. "Frank Herbert" démarre très fort par une séquence puissante. Sauf que le génie de SCHULZE s'arrête là. Cette séquence hyper-pulsée, il la fait durer 10 minutes sans aucune variation. Quel gâchis !

Si le disque s'arrêtait là, X serait un quasi chef-d'oeuvre. Mais voilà, il y a un second disque où l'ambition de SCHULZE rejoint la démesure. Je n'ai jamais pu écouter en entier le "Henrich von Kleist", trop long, ennuyeux, pédant.
Enfin, passons à la pièce maîtresse que constitue "Ludwig II von Bayern", titre absolument grandiose dans lequel l'amour de SCHULZE pour la musique classique s'exprime avec une puissance inédite. Oui mais voilà, la magie ne dure que les 10 premières minutes. Ensuite, c'est un long tunnel de vide qui remplit l'espace pendant 10 autres minutes interminables où l'orchestre dirigé par Wolfgang Tiepold fait du sur-place. C'est consternant après les 10 min de magie précédentes. Enfin, le dernier-tiers du morceau se contente de reprendre les 10 minutes initiales, ni plus ni moins, ce qui sonne quand même, avouons-le, comme un aveu d'impuissance de l'artiste à renouveler son inspiration.

X est un grand disque malade qui aurait pu donner un chef-d'oeuvre dans une version simple idéale. En tant que double, c'est simplement un bel album qui contient de fort regrettables passages à vide.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par AIGLE BLANC :


POPOL VUH
In Den Garten Pharaos (1972)
Déambulation poétique et messe sacrificielle

(+ 1 kro-express)



ROB
Maniac (2012)
Superbe bo électronique vintage


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
   AIGLE BLANC

 
   (2 chroniques)



- Klaus Schulze (claviers, percussions)
- Harald Großkopf (batterie)
- Wolfgang Tiepold (violoncelle, chef d'orchestre)
- B. Dragic (violon)
- Orchester Des Hessischen Rundfunks


1. Friedrich Nietzsche
2. Georg Trakl
3. Frank Herbert
4. Friedemann Bach

1. Ludwig Ii Von Bayern
2. Heinrich Von Kleist



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod