Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Steve Roach , Manuel Göttsching , Haraa
- Membre : Tangerine Dream, Walter Wegmüller , Sergius Golowin , Wallenstein, Ashra, The Cosmic Jokers , Arthur Brown , Richard Wahnfried
- Style + Membre : Ash Ra Tempel
 

 Site Officiel (559)

Klaus SCHULZE - Miditerranean Pads (1990)
Par WALTERSMOKE le 13 Mai 2013          Consultée 1983 fois

Voici venir un monument de la musique électronique. Dans tous les sens du terme. Dernier enregistrement studio de Klaus SCHULZE dans les années 80, Miditerranean Pads est sans conteste l'un des albums les plus réussis du génie allemand. Cet état de fait n'est cependant pas visible au premier abord.
Tout comme sur le sympathique En=Trance, KS raisonne toujours par blocs. Cependant, cette voie musicale est poussée vers ses limites, tant et si bien que l'auditeur, lui, raisonnera en mode « tout ou rien » : l'album sera alors soit excellent soit horrible. C'est une prise de risque considérable, mais pour peu qu'on joue le jeu, force est de constater que cette assertion est on ne peut plus vraie. Pour aller plus loin, il est même nécessaire de trouver plusieurs fois 70 minutes de son temps pour écouter et aimer Miditerranean Pads, ce qui n'est pas facile au premier abord. La part belle est en effet réservée aux percussions et à quelques effets sonores – la période « sampling » n'a pas encore commencé. Les rythmes sont soutenus, à défaut d'être systématiquement élevés, et niveau production, le caractère daté n'apparaît que très peu.

L'album commence d'ailleurs in medias res avec « Decent Changes ». Pas d'intro calme ni de ménagement, à la manière d'une impro studio. Une impression d'avoir surpris KS à jouer apparaît, impression renforcée par le changement de ton à la fin de la première minute. Le travail sur les percussions est tout bonnement phénoménal, elles apportent un rythme et une sonorité réellement plaisante. Le faux violon qu'elles accompagnent se trouve tout aussi extraordinaire. Il ne surpasse pas un vrai niveau authenticité, certes, mais donne un son superbe. J'avais parlé plus haut de blocs, mais « Decent Changes » n'en est pas un vrai. En effet, il est découpé en 3 parties. Le premier et le troisième tiers sont quasiment identiques, et encadrent une section assez courte sans les nappes de claviers et le faux violon, remplacés par un synthé fantomatique intriguant.

Les deux morceaux suivants, en revanche, présentent une structure des plus simples, à commencer par l'onirique « Miditerranean Pads ». Les claviers et les faux chœurs font force de loi ; ils installent un décor ambient des plus magnifiques. Sur ces claviers vient se superposer la voix éthérée et lumineuse d'Elfi Schulze, la femme de Klaus, qui élabore de splendides vocalises. Tout le long des 14 minutes du morceau, parler d'émerveillement ne serait qu'un euphémisme. Et lorsqu'Elfi ne chante pas, c'est le piano de KS qui se fait entendre à merveille (bien qu'il soit joué un poil trop fort). Même l'intervention d'un saxophone geignard vers la fin n'entache en rien la beauté de « Miditerranean Pads ».
Ce morceau fait toutefois office de véritable ovni, coincé entre le rythmé « Decent Changes » et le violent « Percussion planante ». Ce dernier est en effet une sorte de « Decent Changes » en plus compact et plus brutal. Contrairement à ce que laisse supposer son titre, il n'y a rien de planant ou d'ambient. Juste des percussions encore plus cadencées et un piano dont on a retiré les touches les plus aiguës. Quelques effets sonores parcourent le morceau çà et là, mais dans l'ensemble, parler de variations est totalement hors-sujet ici. Il faut savoir prendre « Percussion planante » comme un tout, même si c'est pour le trouver nul après écoute.

Miditerranean Pads est un nouveau chef-d'œuvre de Klaus SCHULZE, mais un chef-d'œuvre spécial. Non pas que Timewind, X ou encore Dreams étaient banals dans l'extraordinaire, mais ils ne paraissent pas aussi « pauvres » en terme de contenu. KS montre que les monolithes musicaux peuvent être largement bons et intéressants. Dommage que l'album suivant ne soit pas aussi bon...

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par WALTERSMOKE :


Klaus SCHULZE
La Vie Electronique 3 (2009)
Une compile pour tous




Klaus SCHULZE
La Vie Electronique 10 (2011)
Du coq à l'âne


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Klaus Schulze (tout)
- Elfi Schulze (chant lyrique)
- Georg Stettner (claviers)


1. Decent Changes
2. Miditerranean Pads
3. Percussion Planante



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod