Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Steve Roach , Manuel Göttsching , Haraa
- Membre : Tangerine Dream, Walter Wegmüller , Sergius Golowin , Wallenstein, Ashra, The Cosmic Jokers , Arthur Brown , Richard Wahnfried
- Style + Membre : Ash Ra Tempel
 

 Site Officiel (541)

Klaus SCHULZE - Bodylove (1977)
Par AIGLE BLANC le 16 Juillet 2017          Consultée 281 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Body Love (1977) de Klaus SCHULZE est une BO en tout point exceptionnelle. Non seulement, elle accompagne les images du film pornographique de Lasse Braun (un tour de force en soi), mais elle s'affirme comme l'une des très grandes réussites du synthétiste allemand.
Les musiques de films pornographiques ne se caractérisent pas d'ordinaire par leur originalité ni leur bon goût. Il s'agit la plupart du temps de musiques d'ascenseur insipides ou caricaturales à gros coups de saxophone ou d'orchestre de Prisunic.

Oui, mais voilà, Lasse Braun semble désireux de dépasser quelque peu le niveau moyen d'une production classée X en s'inspirant semble-t-il de la nouvelle vague française : d'où la prédominance des dialogues dans un genre d'habitude plus enclin à exposer des ébats bestiaux qu'à disserter sur le sens de la vie et des relations humaines.
Body Love (le film) s'élève donc sans difficulté au-dessus de la production des années 70.
Sans être un chef-d'oeuvre, loin de là, le film contient une séquence de partouze finale dont la gestuelle (la chorégraphie en sorte) a été réglée en accord parfait avec le dernier titre fleuve "P:T:O", l'une des 3 ou 4 meilleures compositions de Klaus SCHULZE. La synchronisation images-musique y atteint un degré de fluidité absolument bluffant. Rien que pour cette séquence d'une demi-heure (la durée du titre), Body Love mérite un certain respect.

Bien sûr, la BO se passe aisément des images car elle en nourrit bien d'autres dans notre esprit de mélomane. La performance de SCHULZE aux claviers s'y révèle d'une maîtrise confondante. UN GRAND ALBUM.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par AIGLE BLANC :


Louis & Bebe BARRON
Planète Interdite (1956)
Genèse fascinante de toute musique électronique




Christopher YOUNG
Haunted Summer (1989)
Des ombrelles souriantes aux effluves de souffre


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
   AIGLE BLANC

 
   (2 chroniques)



- Klaus Schulze (claviers, synthétiseurs)
- Harald Großkopf (batterie)


1. Stardancer
2. Blanche
3. P.t.o



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod