Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Steve Roach , Manuel Göttsching , Haraa
- Membre : Tangerine Dream, Walter Wegmüller , Sergius Golowin , Wallenstein, Ashra, The Cosmic Jokers , Arthur Brown , Richard Wahnfried
- Style + Membre : Ash Ra Tempel
 

 Site Officiel (558)

Klaus SCHULZE - The Dome Event (1993)
Par WALTERSMOKE le 9 Juin 2013          Consultée 1448 fois

En cet an de grâce 1993, voilà que Klaus SCHULZE, au lieu de fournir un nouvel effort studio, sort une fois de plus un live. Cela fait quand même le 4e live en 4 ans, alors que le dernier studio, Beyond Recall, date de 1991. Pour d'autres artistes, il y aurait anguille sous roche, mais avec KS, ce n'est pas du tout un drame, étant donné qu'il ne reproduit pas sa musique en live. Il n'est donc pas inopportun de se pencher sur The Dome Event. Cet album contient la trace auditive d'un concert donné à la cathédrale de Cologne en mai 1991, soit quelques mois avant celui joué au Royal Festival Hall. Pourquoi il est paru après, c'est un mystère.

Ce qui ne l'est pas en revanche, c'est sa haute qualité. The Dome Event est plus satisfaisant du point de vue sonore, ceci est indéniable. Le mixage est excellent, aucun problème de ce côté. Le fait que KS l'a enregistré directement depuis une table de mixage doit y être pour beaucoup. Toutefois, tout ceci ne sera que du vent si les deux morceaux sont vraiment mauvais. Le concert à Cologne n'a en effet pas été charcuté en plusieurs sous-parties, mais reste uni en un seul bloc de 63 minutes. Pour passer les passages les plus chiants, ceci est plus difficile, mais l'idée de concert est bien restituée.
"The Dome Event" est un morceau qui peut cependant être facilement coupée en deux moitiés sensiblement égales. La première est de loin la moins intéressante, et pas qu'un peu. Elle commence pourtant avec un début relativement calme, avec des nappes de claviers claires mais inquiétantes. S'enchaine alors un véritable festival de samples arabisants mêlés à des vocalises féminines. Il paraît bien légitime de s'attendre à de la folie encore plus débridée par la suite, mais...non. KS bascule vers une musique plus calme et ambiente, soutenue par une batterie assez peu inspirée et une guitare MIDI. Cette fausse guitare est d'ailleurs exécrable, plus encore que la flûte Ushaïa. Le problème du manque d'émotions dans la musique de KS revient sur cette première moitié et rend l'écoute non pas frustrante mais ennuyeuse, tout simplement.
Le ton change cependant à la 32e minute. Sur une cassure nette et brutale, le musicien allemand change de ton. Il est même tentant de l'imaginer à Cologne se disant « fini de rigoler ». Les percus occupent bien mieux l'espace alloué, les claviers se font plus attirants et fins. Les 20 premières minutes passent mieux que les 30 précédentes, et surtout plus vite tellement elles sont bien faites. Cependant, ce qui rend "The Dome Event" vraiment génial et superbe, ce sont les 10 dernières minutes. KS achève alors d'assommer son auditoire avec un beat techno impressionnant et un clavier fou qui se croit dans une course de vitesse. Ce n'est pas forcément le son le plus agréable venant de Schulze, mais une mauvaise impression ne peut apparaître. Et comme pour parachever son oeuvre, voilà qu'une mélodie cristalline vient participer à ce final des plus grandioses.
En complément à "The Dome Event" se trouve "After Eleven". Bien qu'il ait été composé un an après le concert à Cologne, il se présente en une fausse suite dans la même mouvance. La boite à rythmes donne une cadence assez enlevée au titre, sans pour autant le transformer en morceau de techno/trance. La ligne de basse constitue toutefois un gros point noir car non accordée, en quelque sorte, au rythme.

The Dome Event montre encore une fois un Klaus SCHULZE réellement convaicant, qui sait s'y prendre pour donner un bon concert. Il n'est cependant pas génial, et lui préférer les deux Royal Festival Hall ne peut être que logique. Mais maintenant qu'il a régalé ses fans avec trois lives d'affilée, il faut que KS livre de nouveau des albums studio. Il va le faire, et 1994 verra l'arrivée de beaucoup d'albums...trop d'albums, même.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par WALTERSMOKE :


DAFT PUNK
Alive 2007 (2007)
Faux live, vraie compile




KRAFTWERK
Exceller 8 (1975)
Drôle d'oiseau !


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Klaus Schulze (tout)


1. The Dome Event
2. After Eleven



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod