Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ROMANTIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Steve Roach , Manuel Göttsching , Haraa
- Membre : Tangerine Dream, Walter Wegmüller , Sergius Golowin , Wallenstein, Ashra, The Cosmic Jokers , Arthur Brown , Richard Wahnfried
- Style + Membre : Ash Ra Tempel
 

 Site Officiel (510)

Klaus SCHULZE - Goes Classic (1994)
Par WALTERSMOKE le 14 Juin 2013          Consultée 1231 fois

Quiconque s'intéresse à Klaus SCHULZE sait que ce dernier est particulièrement intéressé par la musique romantique. Ses compositeurs fétiches, Richard Wagner en tête, ont en effet exercé au XIXe siècle, que l'on sait incroyablement riche dans le domaine musical. Il n'est donc pas étonnant qu'il décide de réinterpréter une sélection de morceaux romantiques. Jusque-là, rien de vraiment incroyable. Sauf qu'il se décide à jouer des œuvres assez ambitieuses en termes d'instruments utilisés, mais avec des claviers et des ordinateurs uniquement ! C'est ainsi que huit compositeurs vont voir leurs œuvres rejouées avec du MIDI.

Goes Classic, sorti en cette prolifique année 1994, ne se présente pas comme un album de remixes de classique. Il s'agit bel et bien de musique classique jouée sur ordinateur, afin d’établir un pont entre l’ancien et le moderne, selon les dires de KS. Projet intéressant s'il en est, mais qui aurait gagné à être plus travaillé. Le choix d'utiliser des claviers est une bonne idée, mais pour ce qui est du MIDI, c'est une autre histoire. L'album n'est clairement pas raté, mais parler de réussite semble quand même être un poil exagéré.
Goes Classic propose six interprétations de morceaux devenus plus ou moins cultes dans la mémoire populaire. Un septième morceau est censé être une création originale de KS, mais il n'en est rien. Il s'agit en fait d'un grossier collage, mais on y reviendra plus tard. C'est avec un morceau aussi fort que majestueux, à savoir « La Moldau » de Smetana, que l'album s'ouvre. Aucune trace d'élégance ou de beauté n'est perdue ici. KS s'emploie avec talent à jouer ce titre phare de la musique romantique. La deuxième moitié s'avère quand même un peu plus mollassonne, mais rien de bien méchant. L'ouverture de « Der Freischutz » est également un moment fort du disque. Sans pour autant égaler la qualité des interprétations des orchestres les plus réputés, le titre de von Weber fait toujours autant plaisir, avec son côté épique.

Les morceaux suivants laissent en revanche plus circonspects. Le côté synthétique de la musique ressort bien plus. Cette sensation se fait très forte sur la « Danse hongroise n°5 » de Brahms. Ce qui peut d'ailleurs choquer au premier abord, c'est l'interprétation lente pendant le premier tiers. Un choix assez audacieux, et qui paie bien. En revanche, au deuxième tiers, une fois le rythme « normal » pris, la fausse guitare utilisée pour la mélodie principale ne manquera pas de faire tiquer. Le petit quelque chose qui fait vibrer n'est même pas présent, c'est frustrant. Quant au quintette pour luth de KS, il comporte des extraits du « Carnaval des animaux » de Saint-Saëns et du « Vol du Bourdon » de Rimsky-Korsakov. Le premier mot qui vient à l'esprit, c'est « ennui ». Rien de passionnant ne figure dans ce morceau. C'est un morceau médiocre, mais pas vraiment raté.
Au contraire du concerto pour violon de Beethoven, qui lui est complètement massacré. Il est presque tentant de dire qu'un remix IDM aurait été meilleur au vu du cataclysme. KS fait ici n'importe quoi, il dénature complètement l'œuvre du compositeur allemand. Les effets sonores utilisés comme ersatz (dont les fumeux « toot-toot ») sont misérablement usités. Les 17 minutes que dure l'œuvre semblent durer en fait beaucoup, beaucoup plus longtemps.

Klaus SCHULZE, en publiant Goes Classic, savait qu'il n'allait pas forcément plaire, et pas qu'aux puristes. Cependant, sa démarche est assez originale et osée, et de plus certaines interprétations peuvent plaire de manière large. Le plus important est avant tout d'ouvrir les gens à la musique classique, but louable s'il en est. Et puis, il restera toujours meilleur que Totentag...

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE :


Richard WAGNER
Tristan Et Isolde (kleiber) (1982)
Un opéra fantastique et révolutionnaire




STING
Songs From The Labyrinth (2006)
Suivez le fil d'ariane


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Klaus Schulze (tout)
- Werner Eggert (ordinateur)


1. La Moldau (smetana)
2. Rosemunde (schubert)
3. Die Frieschutz : Ouverture (von Weber)
4. Quintette Pour Luth
5. Danse Hongroise No.5 (brahms)
6. Danses Norvégiennes No.1, 2, 3 (grieg)
7. Concerto Pour Violon, Op.61 (beethoven)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod