Recherche avancée       Liste groupes



      
AVANT-GARDE  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


2005 Masada 2, Vol. 1 : Jamie Saft ...
Masada 2, Vol. 2 : Masada Stri...
2006 Masada 2, Vol. 3 Mark Feldman ...
2014 Masada 2, Vol. 22 : Zion80, Ad...
2015 Masada 2, Vol. 24 : Klezmerso...
2016 Masada 2, Vol 29. : Autoryno, ...
1977 Lacrosse
1980 Pool
1981 Archery
1983 The Classic Guide To Strategy ...
Locus Solus
1985 The Classic Guide To Strategy ...
1987 Spillane
Cobra
1989 1 Naked City
Spy Vs Spy
1992 Elegy
1993 Kristallnacht
1995 Redbird
Cobra - Tokyo Operations '94
The Book Of Heads (Featuring M...
First Recordings 1973
1996 Bar Kokhba - Masada Chamber En...
1997 New Traditions In East Asian B...
Duras : Duchamp
1998 Angelus Novus
Aporias - Requia For Piano And...
The Bribe - Variations And Ext...
Music Romance Vol.1 / Music Fo...
1999 The String Quartets
Music Romance Vol. 2 / Taboo A...
Godard / Spillane
2000 Xu Feng / John Zorn's Game Pie...
Cartoon / S&m
2001 The Gift
Songs From The Hermetic Theatr...
2004 Magick
2006 Moonchild / Songs Without Word...
2007 Six Litanies For Heliogabalus
2009 Alhambra Love Songs
O'O
2010 In Search Of The Miraculous
2011 A Dreamers Christmas
2014 On Leaves Of Grass
Psychomagia
The Last Judgement
2015 Forro Zinho - Forro In The Dar...
Simulacrum
1985 The Big Gundown
1990 Filmworks 1986-1990
1995 Filmworks 2: Music For An Unti...
Filmworks 3: 1990-1995
1996 Filmworks 4: S/M + More
Filmworks 5 : Tears Of Ecstasy
Filmworks 6 : 1996
1997 Filmworks 7 : Cynical Hysterie...
1998 Filmworks 8 : 1997
1995 Cobra - Live At The Knitting F...
2012 The Hermetic Organ : St Paul's...
2015 The Song Project Live At Le Po...
2021 John Zorn's Bagatelles
 

- Style : The Suite Unraveling , Autoryno, Ornette Coleman
- Membre : FantÔmas, Peeping Tom, Christian Marclay , Reed / Anderson / Zorn, Painkiller, Hudson, Tomahawk, Nevermen, Mr. Bungle, Faith No More, Medeski Scofield Martin & Wood, Secret Chiefs 3, John Scofield
- Style + Membre : Sonny Clark Memorial Quartet, Masada, Zebrina, Rashanim, Naked City
 

 Tzadik (1702)
 Le Zornographe (823)

John ZORN - Filmworks 4: S/m + More (1996)
Par LE BARON le 1er Décembre 2020          Consultée 405 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Si John ZORN se montre tout à fait libre dans ses compositions personnelles, ses premières bandes originales de film paraissent tout de même bien sages. Et l’ombre d’Ennio MORRICONE a beau planer au-dessus de ses Filmworks juvéniles, ils paraissent plus illustratifs que véritablement créatifs. La faute au format, sans doute. Le cinéma est une affaire d’images avant tout, et seuls de grands réalisateurs ont su utiliser une musique avec une identité vraiment marquée. On pense à Leone, bien sûr, puisque l’on vient d’en parler en filigrane, mais également à Kubrick pour son utilisation de la musique classique et contemporaine, ou pourquoi pas à Fellini. Seulement voilà, n’est pas Leone, Kubrick ou Fellini qui veut, et la plupart des cinéastes cherchent avant tout une musique d’accompagnement, en tous cas dans le cinéma grand public.
Le cinéma expérimental, en revanche, offre davantage de liberté. Débarrassés de l’obligation de raconter une histoire, peu soucieux de chronologie ou même d’être compréhensibles, ses réalisateurs cherchent avant tout à créer quelque chose de nouveau. Il est donc normal que John ZORN, dont il ne faut pas oublier qu’il a travaillé auprès de Jack Smith* dans ses vertes années, soit plus à son aise et par là même plus audacieux en ce type de compagnie que chez les grands industriels de la côte ouest.

Filmworks 4 reprend les musiques de cinq films, qui sont un reflet du John ZORN de l’époque, attiré autant par l’art conceptuel et intellectualisant que par l’érotisme sadomasochiste. Ces contrées a priori bien différentes, le New-Yorkais les remplit de ses obsessions musicales du moment : la répétition et une forme de goût pour l’esquisse des choses, que l’on retrouve à travers des accords à peine ébauchés et que l’auditeur complète de lui-même.

Soyons honnêtes : parmi les cinq titres du disque, deux n’évitent pas toujours l’écueil de la monotonie, "Pueblo" et "Credits Included". Mais il y a les 3 autres titres, chacun sortant du lot à sa manière. Citons "Maogai", d’abord, très beau morceau pour piano solo. Jouant là encore sur la répétition, ZORN tire de ce thème bancal et comme inachevé un dénouement étonnamment gracieux, nous donnant l’impression d’assister à la mise en mouvement lente et maladroite d’une machine ou d’un être à peine né. Ce morceau, qui n’a a priori l’air de rien, est non seulement très beau, mais s’avère rapidement addictif.

Mais hors de "Maogai", il y a surtout les deux titres issus de deux collaborations avec Maria Beatty** et qui constituent le plat de résistance du disque. Mêlant pornographie lesbienne plutôt soft et fessées - tout un programme ! –, ils sont constitués de courtes séquences, elles aussi plus ou moins répétées.
Eclaircissons un point : au risque de décevoir les amateurs du genre, il n’est pas question ici de pornographie ordinaire, mais bien de cinéma. Et si Beatty aime la provocation, elle est stylisée. La musique de John ZORN s’en ressent : "Elegant Spanking" s’avère une œuvre avant tout contemplative, comme si l’élégance prenait le pas sur la punition. C’est d’autant plus flagrant que les instruments, strictement acoustiques (harpe, violoncelle, glockenspiel, etc.) semblent ici davantage effleurés que frappés ou pincés, à l’instar de l’actrice mise en scène.

"A Lot of Fun for The Evil One" est plus rugueux. Et si une sanza permet à ZORN d’ouvrir et de fermer son morceau avec douceur, on traverse un collage sonore virant au maelström. Tendu, sombre, on y entend des bruits de machines, des cris d’oiseaux, mais également des sirènes et autres halètements. D’une certaine façon, les sourds grondements entendus rappellent "Eraserhead***", mais également Elegy, à la fois dans la forme – le collage – que dans le type de sons enregistrés.

En se détachant d’une sorte de formalisme illustratif, John ZORN propose une musique beaucoup plus personnelle, et par là-même plus proche de ce qu’on attend de lui : des expérimentations et des surprises, parfois mauvaises, mais souvent bonnes et même très bonnes.


*Comédien, acteur et réalisateur d’avant-garde, mort en 1989, il a joué pour Andy Warhol ou Robert Wilson. On trouve facilement ses films sur le tube.
** «Elegant Spanking » est un film de Maria Beatty seule, « A Lot of Fun for the Evil One » est un film de Maria Beatty et M.M. Serra.
***Film excellent et très tordu de David Lynch – son meilleur ? –, dont la bande-son vaut largement le détour.

A lire aussi en JAZZ par LE BARON :


Frank ZAPPA
Make A Jazz Noise Here (1991)
Music is the best !




PAINKILLER
50th Birthday Celebration - 12 (2005)
Rock/jazz /experimental


Marquez et partagez





 
   LE BARON

 
  N/A



- Marc Ribot (guitare, 1)
- Robert Quine (guitare, 1)
- Anthony Coleman (orgue, 1)
- Chris Wood (basse, 1)
- Cyro Baptista (percussions, 1)
- Joey Baron (batterie, 1)
- -----
- Carol Emanuel (harpe, 2)
- Jill Jaffee (alto, 2)
- Erik Friedlander (violoncelle, 2)
- Jim Pugliese (vibraphone, percussions, 2)
- -----
- John Zorn (effets sonores, 3)
- -----
- Kuroda Kyoko (piano, 4)
- -----
- John Zorn (effets sonores, 5)


1. Filmworks Iv: S/m + More
2. Pueblo
3. Elegant Spanking
4. Credits Included (a Video In Red & Green)
5. Maogai
6. A Lot Of Fun For The Evil One



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod