Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ/FREE JAZZ  |  OEUVRE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Suite Unraveling , Autoryno, Ornette Coleman
- Membre : Painkiller, Hudson, Nevermen, Peeping Tom, Christian Marclay , Reed / Anderson / Zorn, Faith No More, Tomahawk, Medeski Scofield Martin & Wood, FantÔmas, Mr. Bungle, John Scofield , Secret Chiefs 3
- Style + Membre : Masada String Trio, Naked City, Masada, Rashanim, Zebrina, Sonny Clark Memorial Quartet, Bar Kokhba Sextet
 

 Tzadik (1001)
 Le Zornographe (632)

John ZORN - Masada 2, Vol. 1 : Jamie Saft Trio, Astaroth  (2005)
Par TEEMO le 27 Mars 2017          Consultée 1017 fois

Pour comprendre la création du Book of Angels il faut remonter en 1993, lors de la parution de l'album « Kristallnacht ». John Zorn fouille alors pour la première fois dans son héritage musical issu de la culture juive. Le klezmer, de l'hébreu « klej » et « zemer », soit littéralement « instruments de musique », est le style avec lequel le saxophoniste va ornementer ses compositions. Il plonge dans un univers ayant ses propres codes et gammes apportant de ce fait tout un éventail de couleurs sonores supplémentaires à sa palette déjà riche.
En 3 ans, John Zorn compose environ 200 pièces en puisant ses racines dans une musique traditionnelle à laquelle il va offrir une nouvelle jeunesse. Ainsi, le New-Yorkais donne naissance, en 1994, au projet Masada dont le premier livre comprend 10 volumes joués par le quartet Zorn/Douglas/Cohen/Baron.
John Zorn aborde le second livre un peu différemment puisque chaque album voyant le jour met en avant un groupe sélectionné pour l'occasion. Zorn compose toujours les thèmes des morceaux, mais l'interprétation et les arrangements sont confiés à des formations très variées. Le Book of Angels a beaucoup contribué à développer la sphère Zorn par le biais de son label Tzadik.

Dans ce premier volume, Jamie Saft est à l'honneur avec Ben Perowsky derrière les fûts et Greg Cohen à la contrebasse. C'est donc avec un trio, formation la plus populaire du jazz, que John Zorn décide d'ouvrir le bal. Le pianiste et leader du groupe Jamie Saft est un musicien fort éclectique : il a touché, entre autres, au punk avec les Bad Brains, à l'expérimental avec Laurie Anderson, a fusionné le klezmer et le dub avec le New Zion Trio et a même rendu hommage à Bob Dylan avec un album paru sur le label Tzadik. Ses travaux les plus remarquables restent tout de même ses nombreuses collaborations avec John Zorn qu'il commence avec « Taboo and Exile » (1999). Après avoir notamment participé aux fameux Filmworks de Zorn, Saft a la chance d'interpréter l'opus d'ouverture de ce qui deviendra un pan majeur de la discographie de Zorn ainsi qu'une source de créations artistiques foisonnante, à savoir le Book of Angels.

« Astaroth » est imprégnée des couleurs du klezmer chères à John Zorn et explore le jazz sous un angle bien particulier. Les ambiances sont souvent froides et tendues comme dans le titre éponyme : quelques inquiétantes mélodies de piano flottent dans une étrange atmosphère soutenue par une section rythmique à la constance métronomique. Le suspens ne semble jamais prendre fin sur cette pièce mystérieuse !
Les seuls instants où le swing fait surface, il revêt un masque aux traits droits et sévères. Dans « Czegeel » les soli fusent dans un élan glacial, voire chaotique, tandis que la batterie déboule en roue libre et que la contrebasse de Greg Cohen martèle. Il faut avouer que l'écoute se révèle quelquefois fastidieuse (« Pursan ») mais pas forcément dénuée d'intérêt (« Ygal ») et sait aussi être un simple défouloir auditif (« Sturiel »). Or, cette impression que tout est déstructuré, que les musiciens ne suivent plus aucune règle mélodique et harmonique, bref, d'anarchie musicale, rappelle le goût prononcé de John Zorn pour le free jazz et la musique avant-gardiste et expérimentale. On aurait tendance à penser que Saft a ajouté une pincée de chaos de trop à « Astaroth ».

C'est une humeur bien plus posée qui transparaît à travers certaines compositions. Le tempérament se veut une fois de plus assez sombre mais les tempi ralentissent et la fougue laisse place à des jolies mélodies se dessinant tout en élégance. « Shalmiel » propose un thème énigmatique serpentant avec une grâce presque torride animée par le touché feutré tout en retenu du pianiste. Lelabel » nous invite dans une ballade hors du temps avec sa cadence bercée par les ballets de Ben Perowsky et la douceur potelée de la contrebasse.
Jamie Saft a cette manière de manier avec agilité les gammes du klezmer dont l'harmonie partage beaucoup avec les sonorités andalouses. D'ailleurs, l'un des plus beaux morceaux d'« Astaroth » qu'est « Ariel » illustre parfaitement ce propos. Saft y fait danser les notes avec une légèreté sensuelle, comme une danseuse hispanique se déhanche au rythme d'une bossa nova énamourée.

Le volume 1 du Book of Angels, « Astaroth », jouit d'un équilibre assez maîtrisé entre nervosité et sensibilité. L'album a quelque chose de rude, de peu engageant par moment, notamment lorsque les influences free jazz se font saillantes. Mais Jamie Saft et son trio donnent vie aux thèmes écrits par John Zorn avec émotion et justesse. Saft, Perowsky et Cohen entament le deuxième chapitre de Masada avec classe et audace.

Note réelle : 3,75/5

A lire aussi en JAZZ par TEEMO :


John ZORN
Masada 2, Vol. 2 : Masada String Trio, Azazel (2005)
L'excitante suite du book of angels




SPYRO GYRA
The Rhinebeck Sessions (2013)
Un des piliers du jazz fusion


Marquez et partagez





 
   TEEMO

 
  N/A



- Jamie Saft (piano)
- Greg Cohen (basse)
- Ben Perowsky (batterie)


1. Shalmiel
2. Ygal
3. Astaroth
4. Czegeel
5. Ariel
6. Sturiel
7. Baal-peor
8. Pursan
9. Lelabel
10. Beleth



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod