Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Suite Unraveling , Autoryno, Ornette Coleman
- Membre : FantÔmas, Peeping Tom, Christian Marclay , Reed / Anderson / Zorn, Painkiller, Hudson, Tomahawk, Nevermen, Mr. Bungle, Faith No More, Medeski Scofield Martin & Wood, Secret Chiefs 3, John Scofield
- Style + Membre : Sonny Clark Memorial Quartet, Masada, Zebrina, Rashanim, Naked City
 

 Tzadik (1132)
 Le Zornographe (677)

John ZORN - Filmworks 2: Music For An Untitled Film By W. Hill (1995)
Par LE BARON le 27 Avril 2020          Consultée 207 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Parmi les nombreuses musiques de films écrites par John ZORN, peu sont consacrées à des films populaires, et à des réalisateurs connus. Ce Filmworks II fait donc figure d’exception, la musique ayant été composée pour le film « Tresspass* », de Walter HILL. Pas sûr que ce film ait mérité de passer à la postérité, mais ce n’est pas notre sujet. Walter Hill, quant à lui, a une carrière honorable dans le cinéma d’action. Ses moments de gloire ? « The Warriors** » réalisé en 1979 et « 48 Hours*** », en 1982. Pas de quoi entrer au Panthéon du cinéma mondial, mais pas de quoi mourir de honte non plus. Ce qui est étrange, en revanche, c’est d’imaginer que John ZORN et Walter Hill aient pu être sur la même longueur d’ondes, l’Avant-Garde et le Mainstream se méfiant en général l’un de l’autre.
Et de fait, levons dès maintenant l’insoutenable suspense : cette étrange rencontre n’a jamais vraiment eu lieu. Certes, John ZORN a composé de la musique, mais Walter Hill ne l’a pas retenue, lui préférant finalement celle de son ami Ry COODER.

Et pourtant, John ZORN a été respectueux de la commande. Il a écrit une « vraie » musique de film, c’est-à-dire une musique dont les visées sont clairement d’accompagner l’image, et non de prendre sa place.
Pour ce faire, il s’est entouré de ses fidèles de l’époque : Marc RIBOT à la guitare, Anthony COLEMAN au piano, Carol EMMANUEL à la harpe, et rien moins que deux percussionnistes, Jim PUGLIESE et Cyro BAPTISTA.
Cette présence de deux percussionnistes peut étonner, mais John ZORN sait qu’une simple percussion, comme une cuica**** ou une céramique, peut installer une ambiance plus sûrement qu’un orchestre au grand complet. Parfait pour ZORN qui aime avant tout jouer avec les textures, et pour qui la musique de films est une affaire d’ambiance. On sent donc qu’il a bien retenu les leçons d’Ennio MORRICONE, impression renforcée par son utilisation d’un instrument inhabituel : le didjeridoo. Le son de ce drôle d’instrument, à la fois profond et lancinant mais surtout unique, est par là-même porteur d’une identité sonore propre, à l’instar de la guimbarde chez le Maestro au temps des westerns.

Ce n’est pas tout, il y aussi quelques thèmes parmi les 36 titres de l’album. Des thèmes plaisants, répétés à plusieurs reprises avec des arrangements différents, une approche qui fait également penser à MORRICONE. Pour ces quelques mélodies, c’est Marc RIBOT qui est à l’honneur, aux guitares et au banjo. Pas le Marc RIBOT éruptif, celui-là est resté au vestiaire, plutôt le Marc RIBOT contemplatif, qui joue tout en retenue et esquisse des arpèges plutôt que de les jouer vraiment. Là encore, ZORN privilégie l’ambiance sonore à la musique, comme s’il craignait qu’elle ne prenne trop de place.

On l’a compris, l’ombre du Maestro plane constamment au-dessus de ce Filmworks II, à tel point d’ailleurs que John ZORN lui rend hommage avec un « Rattlesnakes (for Sergio Leone) » particulièrement réussi, sans toutefois atteindre à l’originalité de son inspirateur. En fait, John ZORN semble ici bien sage. Aurait-il été intimidé par le côté Mainstream de Walter Hill ? Possible. Toujours est-il que nous entendons ici une musique à la fois plaisante et oubliable, mais qui ne démérite pas. Comme un bon film Mainstream, en somme.


*"Les Pilleurs", en français. Au vu du titre de ce Filmworks II, on comprend bien évidemment qu’au temps de sa composition, John ZORN l’ignorait. Le film a la particularité d’avoir dans sa distribution Ice CUBE et ICE-T.
**"Les Guerriers de la Nuit", en français.
***"48 Heures".
****La percussion brésilienne typique du ou de la Samba.

A lire aussi en JAZZ par LE BARON :


The LOUNGE LIZARDS
The Lounge Lizards (1981)
Ceci n'est pas du Jazz




Henry THREADGILL
Too Much Sugar For A Dime (1993)
Jazz / avant garde


Marquez et partagez





 
   LE BARON

 
  N/A



- Cyro Baptista (percussions brésiliennes)
- Anthony Coleman (piano préparé, claviers)
- Carol Emanuel (harpe)
- Andy Haas (didjeridoo)
- Jim Pugliese (percussions)
- Marc Ribot (guitare, banjo)
- David Shea (platines, samples)


- filmworks 2 : Music For An Untitled Film By Walt
1. Intro
2. I Stole From Jesus Christ
3. Gold
4. Main Title
5. The Building
6. Meatlocker
7. Pigeons
8. Scuffle
9. Exploring
10. Rattlesnakes (for Sergio Leone)
11. Two Interiors
12. Stealth
13. Action
14. Dumping The Body
15. The Trunk
16. Escape Attempt
17. Arrival
18. Prying At The Windows
19. Arsenal
20. King James
21. Powerline
22. The Magic Of Gold
23. Chimney
24. Dilemma
25. Conspiracy
26. The Plot (part One)
27. The Plot (part Two)
28. Heroin Fix
29. Lucky Run
30. Vengeance Is Mine
31. Escape
32. Kill Fever
33. Outside
34. Ending
35. Alternate Ending/end Title
36. Arsenal Dance Mix



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod