Recherche avancée       Liste groupes



      
COLLAGE SONORE/FILE CARDS  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Suite Unraveling , Autoryno, Ornette Coleman
- Membre : Painkiller, Hudson, Nevermen, Peeping Tom, Christian Marclay , Reed / Anderson / Zorn, Faith No More, Tomahawk, Medeski Scofield Martin & Wood, FantÔmas, Mr. Bungle, John Scofield , Secret Chiefs 3
- Style + Membre : Masada String Trio, Naked City, Masada, Rashanim, Zebrina, Sonny Clark Memorial Quartet, Bar Kokhba Sextet
 

 Tzadik (1002)
 Le Zornographe (634)

John ZORN - Elegy (1992)
Par LE BARON le 10 Mai 2020          Consultée 192 fois

Tout comme Spillane, Elegy est une oeuvre composée à partir de la technique des "file cards*". Tout comme Spillane, Elegy est inspiré d’une œuvre littéraire, ici celle de Jean Genet**. Alors oui, il y un monde et même plusieurs entre Spillane et Genet, mais il existe également des passerelles entre les deux, notamment le fait d’avoir décrit une masculinité faite de force et de rapports violents avec les autres : virilité caricaturale chez Spillane, où l’on règle tout – y compris ses rapports avec les femmes – à coups de poings ; virilité caricaturale chez Genet, où l’on règle tout – et surtout ses rapports avec les hommes – à coups de queue. Pour Genet, j’exagère un peu, il y aussi du sentiment parmi les taulards, les meurtriers et les trafiquants de drogue.
Quoi qu’il en soit, les deux auteurs ne sont pas exempts d’une certaine complaisance envers la violence, et partagent un évident goût de la provocation. Ajoutons juste que Jean Genet est le plus mauvais garçon des deux, lui dont l’oeuvre a encore aujourd'hui des odeurs de souffre.

Construite en quatre mouvements tous nommés d’après une couleur, Elegy est un gigantesque collage hallucinant de maîtrise. John ZORN et ses musiciens y construisent une sorte de film mental à partir d’une matière sonore extrêmement diversifiée : flûtes, alto, guitare, percussions et voix pour les parties jouées en direct ; platines et échantillons pour les chants orientaux, les bruits divers et même l'accordéon musette.
Les musiciens jouent alternativement ce que l’on pourrait qualifier de musique de chambre, puis basculent dans des explosions de violence sonore, tendance noise. "Blue", qui ouvre Elegy, est symptomatique de l’écriture de ZORN: on entend des martèlements métalliques que ne renierait pas Blixa Bargeld***, puis l’alto entre en scène, lent et grave, suivi d’un orgue, et enfin des voix lointaines, des soupirs, une flûte jouant un motif oriental. Les différents passages sont parfois reliés entre eux, un motif chevauchant le suivant, ou bien coupés brutalement, notamment par des parties où le déluge sonore est de mise.

L’album se décline ainsi, de couleur en couleur, s’enfonçant souvent dans une atmosphère assez oppressante, tendue, moite. C’est particulièrement vrai dans le morceau central de l’album, "Pink", de loin le plus long, et qui marrie bruits et chocs divers, halètements et cris d’hommes à mi-chemin entre la douleur et le plaisir, et là encore chants orientaux. Ainsi, que l’on traverse une atmosphère calme ou tempétueuse, l’ambiance reste majoritairement sombre, mais non dénuée de quelques éclats de lumière par la grâce de la flûte et de l’alto. Mike PATTON, qui n’en est alors qu’aux débuts de sa collaboration avec John ZORN et n’est pas encore devenu le monstrueux chanteur que l’on sait, reste dans l’ombre, ses hurlements ne comptant que pour une faible part de l’oeuvre.

Elegy, plus difficile d’accès que Spillane, n’en est pas moins formidable. La maîtrise acquise par John ZORN au fil du temps est évidente, son talent éclatant. Son sujet d’inspiration, "Le Journal du voleur", l’emmène sur les rivages d’une musique certes exigeante, mais ô combien passionnante ! A écouter absolument.



*Sur les "file cards", voir http://fp.nightfall.fr/index_13704_john-zorn-spillane.html
**Notamment son "Journal du voleur", publié en 1949
***Chanteur d’EINSTURZENDE NEUBATEN. Voir : http://fp.nightfall.fr/index_5237_einsturzende-neubauten-kollaps.html

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par LE BARON :


John ZORN
Redbird (1995)
Port du casque recommandé.




Frank ZAPPA
The Yellow Shark (1993)
Collage sonore/file cards


Marquez et partagez





 
   LE BARON

 
  N/A



- Barbara Chaffe (flûte alto, flûte basse)
- David Abel (alto)
- Scummy (guitare)
- David Shea (platines)
- David Slusser (effets sonores)
- William Winant (percussions)
- Mike Patton (voix)


- elegy
1. Blue
2. Yellow
3. Pink
4. Black



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod