Recherche avancée       Liste groupes



      
AVANT-GARDE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Suite Unraveling , Autoryno, Ornette Coleman
- Membre : FantÔmas, Peeping Tom, Christian Marclay , Reed / Anderson / Zorn, Painkiller, Hudson, Tomahawk, Nevermen, Mr. Bungle, Faith No More, Medeski Scofield Martin & Wood, Secret Chiefs 3, John Scofield
- Style + Membre : Sonny Clark Memorial Quartet, Masada, Zebrina, Rashanim, Naked City
 

 Tzadik (1562)
 Le Zornographe (762)

John ZORN - New Traditions In East Asian Bar Bands (1997)
Par LE BARON le 12 Décembre 2020          Consultée 305 fois

New Traditions in East Asian Bar Bands est à ajouter à la longue liste des œuvres écrites par John ZORN à partir d’une contrainte. Ici, il choisit de ne composer que pour des duos d’instruments jumeaux : deux guitares, deux batteries, deux claviers, soit trois pièces musicales, chacune d’entre elles servant à accompagner une récitante.
La contrainte est donc un point de départ mais ZORN, la jugeant sans doute un peu trop explicite, ajoute de quoi rendre son œuvre encore plus originale, au risque de dérouter l’auditeur : chaque récitante est asiatique. D’accord, cela justifie le titre de l’album, mais cela lui donne également un aspect certes singulier mais également abscons, à moins que vous ne pratiquiez le chinois, le coréen, le vietnamien, ou pourquoi pas les trois réunis ?

John ZORN, bon prince, ne nous balance pas totalement seuls dans le grand bain de son inspiration, puisqu’il a prévu la bouée : une traduction des textes. Hélas, son secours est limité, ces derniers s’avérant à peu près aussi énigmatiques en anglais qu’en n’importe quelle langue. On dira qu’ils sont poétiques, et de fait : hormis le premier, d'Arto LINDSAY*, traduit en chinois, les deux suivants sont écrits par deux poétesses américaines, Myung Mi Kim et Lyn Hejnian, dont il faut reconnaître que l’on ignore tout, même si Wikipédia les connaît**. Tout cela sent tout de même l’intellectualisme à plein nez ! Reste alors une ultime chance à donner à ce New Traditions in East Asian Bar Bands, nous laisser porter par ses sonorités.

Et cela ne fonctionne pas si mal en fait, du moins au début. "Hu Die", pour deux guitares et une récitante chinoise, est même un titre assez fascinant. La voix est sensuelle, les deux guitaristes – Bill FRISELL et Fred FRITH, excusez du peu –, rivalisent d’inventivité plus ou moins bruitiste, et l’on peut se laisser porter par un ensemble finalement délicat et incitant volontiers à la rêverie. "Hwang Chin-ee", pour deux batteurs – Joey BARON et Samm BENNETT – est beaucoup plus agressif, mais fonctionne également bien pendant un temps, d’autant plus quand on profite de la fougue des deux musiciens en les écoutant au casque. "Quê Tran", en revanche, est porteur de la maladie des synthétiseurs, le vieillissement. Les sons ont mal supporté le passage des années, on l’oubliera.

Agréable en ses débuts, le disque a deux limites. La première, c’est cette espèce d’intellectualisme porté en bandoulière. ZORN est sans doute honnête lorsqu’il écrit, mais à trop rechercher l’originalité, on peut en devenir abscons et passer pour pédant. Cette impression est renforcée par le deuxième problème de ces compositions : leurs durées. Certes, on peut se laisser porter par les sonorités, mais les titres durent entre 16 et 30 minutes, autant dire une éternité, et ce quelle que soit la très grande qualité des musiciens.

New Traditions in East Asian Bar Bands reste donc un disque à ne recommander qu’aux fans, ou éventuellement aux amateurs de curiosités sonores, celles dont on aime écouter quelques mesures de temps à autre, histoire de se rappeler pourquoi on les conserve sans jamais les écouter jusqu’au bout. J’en ai moi-même quelques-unes, de ces curiosités, et il se pourrait que je vous en parle un jour. Par exemple de ce concerto pour Cor des Alpes, d’un certain Molnar, qui n’est pas piqué des vers. Et devinez quoi ? Molnar, Wikipédia le connaît également***.


*Guitariste expérimental, compagnon de route de John ZORN à ses débuts, notamment au moment de l’enregistrement de Locus Solus.
** https://fr.wikipedia.org/wiki/Myung_Mi_Kim et https://fr.wikipedia.org/wiki/Lyn_Hejinian.
*** https://fr.wikipedia.org/wiki/Jozsef_Molnar_(musicien)

A lire aussi en JAZZ par LE BARON :


MASADA
Gimel (1994)
Formule magique




Jimmy SCOTT
The Source (1970)
Préparez vos mouchoirs !


Marquez et partagez





 
   LE BARON

 
  N/A



- Bill Frisell (guitare, 1)
- Fred Frith (guitare, 1)
- Zhang Jinglin (récitante, 1)
- Hwang Chin-ee'
- ----
- Joey Baron (batterie, 2)
- Samm Bennett (batterie, 2)
- Jung Hee Shin (récitante, 2)
- ----
- Anthony Coleman (claviers, 3)
- Wayne Horvitz (claviers, 3)
- Anh Tranc (récitante, 3)


- new Traditions In East Asian Bar Bands
1. Hu Die
2. Hwang Chin-ee
3. Quê Trân



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod