Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE DE CHAMBRE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


2005 Masada 2, Vol. 1 : Jamie Saft ...
Masada 2, Vol. 2 : Masada Stri...
2006 Masada 2, Vol. 3 Mark Feldman ...
2014 Masada 2, Vol. 22 : Zion80, Ad...
2015 Masada 2, Vol. 24 : Klezmerso...
2016 Masada 2, Vol 29. : Autoryno, ...
1977 Lacrosse
1980 Pool
1981 Archery
1983 The Classic Guide To Strategy ...
Locus Solus
1985 The Classic Guide To Strategy ...
1987 Spillane
Cobra
1989 1 Naked City
Spy Vs Spy
1992 Elegy
1993 Kristallnacht
1995 Redbird
Cobra - Tokyo Operations '94
The Book Of Heads (Featuring M...
First Recordings 1973
1996 Bar Kokhba - Masada Chamber En...
1997 New Traditions In East Asian B...
Duras : Duchamp
1998 Angelus Novus
Aporias - Requia For Piano And...
The Bribe - Variations And Ext...
Music Romance Vol.1 / Music Fo...
1999 The String Quartets
Music Romance Vol. 2 / Taboo A...
Godard / Spillane
2000 Xu Feng / John Zorn's Game Pie...
Cartoon / S&m
2001 The Gift
2004 Magick
2006 Moonchild / Songs Without Word...
2007 Six Litanies For Heliogabalus
2009 Alhambra Love Songs
O'O
2010 In Search Of The Miraculous
2011 A Dreamers Christmas
2014 On Leaves Of Grass
Psychomagia
The Last Judgement
2015 Forro Zinho - Forro In The Dar...
Simulacrum
1985 The Big Gundown
1990 Filmworks 1986-1990
1995 Filmworks 2: Music For An Unti...
Filmworks 3: 1990-1995
1996 Filmworks 4: S/M + More
Filmworks 5 : Tears Of Ecstasy
Filmworks 6 : 1996
1997 Filmworks 7 : Cynical Hysterie...
1998 Filmworks 8 : 1997
1995 Cobra - Live At The Knitting F...
2012 The Hermetic Organ : St Paul's...
2015 The Song Project Live At Le Po...
2021 John Zorn's Bagatelles
 

- Style : The Suite Unraveling , Autoryno, Ornette Coleman
- Membre : FantÔmas, Peeping Tom, Christian Marclay , Reed / Anderson / Zorn, Painkiller, Hudson, Tomahawk, Nevermen, Mr. Bungle, Faith No More, Medeski Scofield Martin & Wood, Secret Chiefs 3, John Scofield
- Style + Membre : Sonny Clark Memorial Quartet, Masada, Zebrina, Rashanim, Naked City
 

 Tzadik (1698)
 Le Zornographe (818)

John ZORN - The String Quartets (1999)
Par LE BARON le 15 Mai 2021          Consultée 216 fois

Si la musique de chambre occupe une place particulière dans la musique occidentale, le quatuor à cordes en est peut-être le pinacle, ou du moins un point de passage obligé pour les compositeurs voulant être pris au sérieux. Il faut dire qu’il relie à l’Histoire de la Musique avec des majuscules celle formée par MOZART, BEETHOVEN, WEBERN ou LIGETI, et tant d’autres encore.
Il fallait donc bien qu’un jour John ZORN, trublion punk et touche-à-tout, s’attaqua au quatuor à cordes. Histoire de se montrer sous un jour savant et de pénétrer le cénacle des compositeurs cités plus haut ? La pochette du disque peut le laisser penser : l’homme trépasse, mais les quatuors à cordes demeurent, ou quelque chose comme ça. Indice supplémentaire du sérieux avec lequel notre zébulon new-yorkais aborde ce type de formation, son nom apparaît logiquement à l’intérieur du disque, mais accolé à son année de naissance (1953), comme cela se fait des disques de musique classique ou contemporaine.

On pourrait donc craindre que ZORN ait pris le melon, mais il n’en est heureusement rien. Le voilà simplement nous proposant 4 compositions, toutes joués par le quatuor DeSade (sic)*. Ce quatuor, même s’il n’est pas une "vraie" formation et a été créé pour l’occasion**, permet d’apporter un semblant d’unité à un disque qui peut sembler en manquer, tant les compositions qui le forment sont différentes les unes des autres.

"Cat O’Nine Tails" ouvre le bal à la façon dont "For Your Eyes Only" ouvrait Angelus Novus : par une suite époustouflante de courtes cellules sonores mêlant musique savante et délire cartoonesque. L’improbable rencontre de Tex Avery et du Divin Marquis*** est formidable, pleinement réussie, et constitue une sorte de énième hommage à Carl STALLING, dont on connaît l’importance pour John ZORN.

Vient ensuite "Dead Man - 13 specimen for string quartet", plus âpre, mais assez passionnante : c’est une suite de 13 miniatures que John ZORN relie aux "Bagatelles" de WEBERN. Empruntant le même format très ramassé et un dépouillement quasi monacal – les différentes parties de la composition dépassent rarement la minute –, on y retrouve effectivement l’espèce d’inquiétude sourde présente dans l’œuvre du Viennois, mais tournant à une forme de violence sonore débridée, couinements et grincements finissant par prendre le pas jusqu’à un vigoureux "prelude" clôturant le morceau. Un prélude en guise de dernier mouvement, vous avez bien lu.

En fait, c’est "Memento Mori****" qui pose question. A l’opposé de "Dead Man", ZORN y explore la forme longue, très longue : 30 minutes à la fois foisonnantes et impénétrables, comme si le compositeur faisait étalage de son inventivité, mais au prix de l’absence de structure. C’est un reproche qu’on lui a déjà fait, et qu’on lui fera encore : maître de la forme courte, John ZORN semble avoir par moments le besoin d’aller se perdre dans des œuvres sans début ni fin, au point parfois de nous y noyer. Pourtant, "Memento Mori" n’est nullement désagréable, nous sommes juste en peine de lui trouver une queue – et donc une tête.

Reste à clore le disque, et de quelle façon ! "Kol Nidre", d’après la prière juive du même nom, est une œuvre splendide, lente et poignante, qui invite au recueillement. Le contraste avec les œuvres précédentes est absolument saisissant, et la pièce d’autant plus émouvante.

The String Quartets, comme de nombreux albums de John ZORN, est à disque à la fois passionnant et frustrant. Passionnant par sa disparité et son inventivité, mais frustrant parce qu’appesanti par un morceau trop long et qui semble impénétrable. Une fois de plus, ZORN nous donne donc à entendre un album qui n’est pas un chef d’œuvre, mais reste indispensable. Un disque typique de ZORN, en somme.


*Oui oui, « De » avec une majuscule, et formant un seul mot avec « Sade ». A noter qu’il existe une édition en anglais de 4 nouvelles du Divin Marquis justement appelé « Quartet ». Une inspiration pour ZORN ?
** Le quatuor regroupe notamment deux piliers du MASADA STRING TRIO et du BAR KOKHBA SEXTET, Erik FRIEDLANDER et Mark FELDMAN.
***Selon les propose de John ZORN lui-même.
**** « Souviens-toi que tu vas mourir » en latin, mais que John ZORN transforme en hommage à Ikue MORI. John ZORN faisant des jeux, qui l’aurait cru ?

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par LE BARON :


John ZORN
Redbird (1995)
Port du casque recommandé.




John ZORN
Cartoon / S&m (2000)
Sexe, cartoons et liturgie


Marquez et partagez





 
   LE BARON

 
  N/A



- Joyce Hammann (1er violon)
- Mark Feldman (2nd violon, 1er sur cat o'nine tails)
- Lois Martin (alto)
- Erik Friedlander (violoncelle)


- the String Quartets
1. Cat O'nine Tails
2. The Dead Man - Variations
3. The Dead Man - Sonatas
4. The Dead Man - Manifesto
5. The Dead Man - Fanfare
6. The Dead Man - Meditation
7. The Dead Man - Rondo
8. The Dead Man - Romance
9. The Dead Man - Blossoms
10. The Dead Man - Fantasy
11. The Dead Man - Folio
12. The Dead Man - Nocturne
13. The Dead Man - Etude
14. The Dead Man - Prelude
15. The Dead Man
16. Memento Mori
17. Kol Nidre



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod