Recherche avancée       Liste groupes



    


[-] 2010
Des langues et des régions...
Par GEGERS
Le 4 Décembre 2010

Clip et musique...
Par STREETCLEANER
Le 6 Novembre 2010

Trop vieux pour le rock'n'roll ?
Par MANIAC BLUES
Le 12 Octobre 2010

Une ligne éditoriale tu adopteras...
Par GEGERS
Le 11 Septembre 2010

La route des vacances
Par GEGERS
Le 9 Août 2010

Forces Parallèles fait sa mue
Par BAST
Le 3 Mai 2010

La pochette, vouée à disparaître?
Par GEGERS
Le 18 Mars 2010

Bienvenue dans l'ère du n'importe quoi.
Par THE MARGINAL
Le 1 Février 2010

La route des vacances
Par GEGERS le 9 Août 2010 Consulté 2668 fois

Vacances, j'oublie tout. Enfin la paresse intellectuelle a repris ses droits après onze mois de labeur acharné. R'a n'a foutt' de tout, j'ai les doigts de pied en éventail, une piña colada fraiche m'attend dans l'accueillant hamac de ce petit cabanon de vacances dont la location m'a coûté un bras. C'est mérité non ? Il faut dire qu'en plus, le trajet vers ce petit paradis artificiel à 500 euros la semaine n'a pas été de tout repos. Ben ouais, bobonne râle parce qu'on s'est encore fait choper au radar et que ça va amputer le budget Française des Jeux pour septembre, les gniards ont retapissé de leur gerbis la moquette arrière de la Punto et le chien sur la plage arrière a cessé de remuer la tête. Franchement, c'est pas une vie. Heureusement, j'ai pris mes petits bonheurs avec moi, ces petites galettes de plastique qui m'aident à tenir le coup jusqu'à La Palmyre. Bobonne a ramené sa compile de Frank Michael, mais pas question de mettre ça dans le mangedisque. Déjà que le moteur du break a des ratés, s'il faut en plus supporter l'autre rital baragouiner que toutes les femmes sont belles (à croire qu'il a pas vu ma matrone celui-là) non merci, je préfère encore retourner me taper les trois huit...

Il faut dire que la musique moi, je peux pas m'en passer, même en bagnole, et surtout pour les longs trajets. Depuis tout petit. Je me rappelle encore de ma mère me foutant des roustes dans la BX parce que j'avais rendu mon goûter sur les sièges en simili-cuir. En fond, mon père fredonnait sur le nouveau Maiden. Ah, que c'était bien. Il faut dire que sur la route, il fallait pas que la musique soit prise de tête, du style rock progressif à la Marillion tu vois. D'une part parce qu'on en entendait pas la moitié à cause du ronflement du moteur, et puis parce qu'on avait besoin d'efficacité, d'immédiateté. Pas question de laisser cracher dans les haut-parleurs 2 x 12 watts des morceaux alambiqués prenant le temps de s'installer et de se développer. Ce genre de musique c'était plutôt en automne et en hiver, au coin du feu ou sur le banc extérieur, quand Pink Floyd et King Crimson servaient de bande son à la chute des feuilles ou à la fonte des neiges... L'été, il fallait du brut, du direct, du gros rock qui tâche et qui s'écoute à fond. Springsteen, Big Country, Scorpions, Motörhead...avec tout ça en bonne dose dans les esgourdes, le trajet passait en un clin d'oeil !

Et puis je me rappelle la première fois ou je suis parti en vacances sans les parents, avec des potes. Les K7 avaient fait place aux CDs, les moteurs étaient moins bruyants, et puis c'était l'époque où toutes les radios sortaient ces fameuses compiles de l'été. Shania Twain et Robbie Williams servaient alors d'illustration sonore aux changements de vitesse et aux bouchons côtiers. D'ailleurs, c'est marrant de voir comment une seule saison (certes la plus sympa mais tout de même) génère un business énorme autour de la musique. Entre les compiles thématiques et ces horripilants « tubes de l'été » que les chaînes de télé nous collent en boucle toute la journée, les pauvres vaches à lait que nous sommes bouffent, sciemment ou non, de la m**** en barre de juin à septembre... Néanmoins, ces interminables trajets permettaient également de donner une deuxième chance à des albums parus durant l'année mais à l'écoute desquels nous étions restés de marbre. Ce n'est que bien calé dans mon siège baquet que j'ai pu prendre toute la mesure de ce superbe album de REM qu'est Around the Sun. Et puis, le voyage était aussi l'occasion de passer inlassablement ces compiles personnelles soigneusement agencées et enregistrées durant l'hiver, en préparation des vacances. Compiles par années, par genre, par thématique... Celles-ci rencontraient toujours un énorme succès dans l'habitacle surchauffé de la bagnole, et mettaient les cordes vocales à rude épreuve (étrangement, ma compile de black metal dépressif népalais n'avait pas rencontré le succès escompté...).

Et aujourd'hui, c'est moi le père. La bande-son de mes vacances est restée la même. Un peu comme ces fantômes du passé qui reviennent régulièrement et qui vous rappellent que si le contexte à changé, vous restez toujours le même. Alors ok, Frédéric François et Henri Dès ont également droit à leur petit quart d'heure de gloire dans la bagnole (il faut bien contenter la petite famille) mais à l'approche de la Palmyre, et alors que je sens que la Punto aurait bien du mal à rouler 100km de plus, c'est au son des idoles de ma jeunesse que je roule vitre baissée, tignasse au vent. Et alors que Dio gueule « We rock » dans mes haut-parleurs, je me sens bien... Je ne sais pas pourquoi, mais je sens que les vacances vont être bonnes cette année !

Et vous chers lecteurs ? De quoi est composée la bande-son de vos vacances ? Sous quelle forme la musique vous accompagne-t-elle (CD, MP3) ? Pendant les vacances, la musique reste-t-elle essentielle pour vous ?

Toute l''équipe de Forces Parallèles vous souhaite d'excellentes vacances.



Le 16/08/2010 par BARZ

Ma bande son de l'été 2010 se résume à un album, le dernier de The Roots : "How I got over", solaire.
Bonnes vacances (ce qu'il en reste)


Le 12/08/2010 par BARS

C'est clair qu'aux vacances il faut de la musique qui va avec l'ambiance, et personnellement sans musique c'est pas la même chose, aussi qui dit dépaysement dit aussi pour moi depaysement musical, enfin je ne me mets pas à écouter des musiques d'ou je vais, mais j'en profite pour découvrir d'autres artistes, albums, etc, et la conséquence (non voulue directement) de ça c'est qu'il y a certaines musiques qui me rappellent les vacances, du coup je les aprécie peut être plus que si je les avais découvertes chez moi.


Le 11/08/2010 par ATOMDOOM

GEGERS me fait retourner dans ma jeunesse plutôt lointaine et à cette période (60), les ouvriers comme mon père n'avaient pas de voiture (pas le permis aussi), donc je n'ai pas connu les "joies" des routes de vacances en voiture, mais celui des bus pour les séjours proposés par l'entreprise... J'ai dû attendre d'avoir ma voiture - j'écoutais ce que j'écoutais chez moi - et comme je n'aimais pas les cassettes enregistrées (le son mauvais par rapport aux vinyls et sans parler de artwork ..), je m'étais fait des compiles avec des titres de mes disques et ceux de mon frére (fan de Punk, il avait et a toujours une quantité de singles assez impressionnante) sur K7 pour mon auto radio/k7. Bien sûr, il n'y avait pas de balladeur ou mp3 pour écouter de la zique hors de chez soi, à moins de ce ballader avec une radio ou un mange disque. Je ne me déconnectais pas de ma passion car je recherchais (encore maintenant) un disquaire ou hyper-marché où l'on pouvait encore trouver dans ces années bénies (70) au rayon musique des disques autrement plus intéressant que maintenant : j'avais déniché en 76 dans un Auchan un LINK WRAY sorti l'année précédente "Stuck in gear". Même lorsque j'ai eu la chance de faire des voyages à l'étranger, j'ai toujours recherché de bonnes adresses surtout aux USA et Japon - le compte en banque a pris un sacré coup dans la "gu...e" ! Vacances ou pas, la musique est une de mes trois passions (avec le cinéma et la lecture) et ne peux m'en passer : recherche, découverte et écoute !!!


Le 10/08/2010 par BRUCE

Excellent edito qui me rappelle ma jeunesse. Malheureusement pour moi ce n'était pas Maiden, mais plutôt Annie Cordy, Richard Gotainer et Carlos (qui a dit que mes parents étaient beauf ?).

Aujourd'hui, j'en profite pour écouter des vieilleries que je n'ai pas ressorti depuis un bail, le côté "madeleine de proust" du truc me permet de me faire sentir vraiment en vacances.

Pour répondre à la dernière question, la zic reste effectivement essentielle, beaucoup plus pendant les trajets que pendant le séjour en lui-même (où généralement on a besoin de couper de tout, vraiment tout...).



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod