Recherche avancée       Liste groupes



    


[-] 2013
La parole aux artistes - Vol.8 : Michael Schenker
Par GEGERS
Le 18 Novembre 2013

Nouveauté : le Blog Parallèle
Par MANIAC BLUES
Le 11 Novembre 2013

De l'absolue nécessité de l'injuste note
Par GEGERS
Le 31 Août 2013

La parole aux artistes - Vol.7 : House of Leaf
Par GEGERS
Le 24 Juillet 2013

Foutu comeback
Par GEGERS
Le 15 Juin 2013

Le petit guide FP des festivals d'été
Par JOVIAL
Le 5 Mai 2013

Les victoires de leur musique
Par GEGERS
Le 17 Février 2013

La parole aux artistes - Vol.6 : THE DANDY WARHOLS
Par PINHEAD
Le 12 Février 2013

Le référendum de la rédaction 2012
Par MOONDREAMER
Le 21 Janvier 2013

La parole aux artistes - Vol.5 : REDEYE
Par GEGERS
Le 19 Janvier 2013

De l'absolue nécessité de l'injuste note
Par GEGERS le 31 Août 2013 Consulté 2161 fois

Chez FP, tout comme nos voisins et confrères de NIME, nous évitons de vous ennuyer avec les détails liés à notre tambouille interne qui, à l'exception des principaux concernés, c'est à dire les chroniqueurs, n'intéressent personne. Pas de longue épopée narrant les écueils qui ont permis au chroniqueur X de se faire attribuer la chronique du dernier album des Rolling Springsteen alors que cinq de ses camarades étaient, le couteau entre les dents, prêts à tuer pour l'obtenir. Pas de long monologue du même chanceux chroniqueur qui, tel un pygmalion sculptant sa Galatée, décrit le long et complexe processus qui transforme les écoutes dudit album en un texte argumentatif, prêt pour publication.

Il existe, néanmoins, un sujet récurrent au sein de l'équipe, et qui mérite d'être partagé avec vous, celui de la notation. Sur FP, comme sur la grande majorité des sites dédiés à l'analyse musicale, les chroniques sont accompagnées d'une note, dont la portée simplement indicative revêt une dimension supplémentaire lorsque le texte est publié, puisque cette même note constitue la porte d'entrée vers la chronique, au même titre que la pochette, le nom de l'artiste et de l'album. Le débat, donc, de la notation, revient régulièrement sur le devant de la scène. Certains jugent le système trop sévère, et estiment que ces petites étoiles prennent une trop grande importance en regard de la chronique qu'elles illustrent. Après tout, nous ne sommes pas à l'école, pourquoi attribuer une note à un album ? Le texte, s'il est suffisamment documenté et argumenté, se suffit amplement à lui-même. Et puis, si vous consultez notre site, c'est que vous, lecteurs, êtes suffisamment intelligents et éclairés pour tirer vos propres conclusions de la consultation d'une chronique, et êtes à même d'attribuer à l'album les bons (ou mauvais) points de votre choix. Seulement voilà, comment faire sans note ? Comment l'esprit humain, qui a besoin de repères et d'un minimum de rigueur, va-t-il pouvoir synthétiser l'ensemble d'une discographie ? Comment hiérarchiser un lot d'albums, comment savoir par lequel commencer lorsque l'on souhaite découvrir un artiste ? Cette faiblesse du cerveau nécessite qu'il soit assisté par ce petit système discret mais ô combien important pour lui qu'est la note.

D'autres esprits s'élèvent. Quitte à noter, alors autant développer le système, le rendre plus précis, plus exhaustif. 5 étoiles maigrelettes pour illustrer la teneur d'une chronique, c'est un peu ridicule. Alentour, les exemples de systèmes de notation sont légion. Certains de nos confrères, que nous ne nommerons pas (ils n'ont qu'à se faire de la pub eux-mêmes), notent les albums sur 100. Pourquoi pas, mais où est la précision là-dedans ? Se dira-t-on qu'un album est meilleur si la note qui lui est attribué est de 65/100 plutôt que 60/100 ? Pas de quoi faire avancer le schmilblick. D'autres, encore, adoptent un système complexe, fait de notations multiples : une note pour l'originalité, une note pour l'inspiration, une pour la production... ce qui nécessite de passer autant de temps et d'énergie à choisir les notes qu'à rédiger la chronique. Et puis, nous ne sommes pas à un concours de patinage artistique.

D'ailleurs, quelle vérité détient la note ? Quelle est l'autorité d'une note délivrée par un chroniqueur ? Elle est nulle, bien entendu. N'oubliez pas, n'oublions pas, que le chroniqueur n'est qu'un amateur de musique qui exprime ses avis sous forme écrite et les fait héberger par un site Internet, qui les habille avec une belle police et un sympathique fond marron-bordeaux. Ce n'est rien de plus. A l'ère du web 2.0, tout le monde est capable d'en faire autant, avec un minimum d'esprit d'analyse et de connaissance orthographique. La seule vérité détenue par le chroniqueur est la sienne, à un instant T. Il n'est d'ailleurs pas si rare que certains membres de l'équipe décident de reprendre certains de leur textes pour les étoffer, les réviser, les remettre en perspective, ou pour... changer la note. Comment faire confiance en plus à ces petites étoiles, si elles ne sont même pas figées dans le temps ?

Du coup, au sein de l'équipe, les sensibilités s'expriment, et les débats se déchaînent. Oh, pas de manière bien virulente, puisqu'entre deux « Quoi ? Tu as collé 5/5 au dernier Francis Dylan alors qu'il vaut 2 ?! » et « Si tu mets moins de 3/5 au nouveau Adele Gaga je t'explose » sont glissées quelques photos du fessier de Roch Voisine ou de Jennifer Lopez (là aussi, les avis divergent), qui ont vite fait de désamorcer les conflits. En l'absence de consensus, par défaut plus que par envie, restent donc ces notes sur 5, petites étoiles à l'importance parfois trop grande mais dont l'absence se ferait cruellement ressentir.

Alors, pour enrichir le débat, pourquoi ne pas vous soumettre la question à vous, lecteur fidèle ou nouveau venu, qui consultez le site ? Quelle importance accordez-vous aux notes ? Influent-elles votre choix au moment de découvrir un album, ou n'y faites-vous même pas attention ? Participez nombreux, la galaxie FP compte sur vous !



Le 14/09/2013 par EAGLEWOLF

Je suis pour une notation sur 10 pour un peu plus de finesse, les chroniqueurs rajoutant ou enlevant très souvent le demi point en bas de la chronique, la preuve que cela est nécessaire.

L'idéal en rapport à cette notation, et pour justement relativiser celle-ci, serait un plus grand nombre de critiques pour chaque album, ce qui donnerait une moyenne plus juste car plus équilibrée en fonction des goûts et des couleurs, et bien que cela augmenterait bien évident le labeur de chacun.


Le 08/09/2013 par RAMON

Bon puisqu'on me demande mon avis, je vais ouvrir ma (grande) gueule.
Voilà, il se trouve que j'exerce (dans le civil, quand je n'écoute pas de disques, donc) une profession qui nécessite (à ce qu'il paraît) l'usage de différents systèmes d'évaluation et dispose pour cela d'un arsenal d'outils dont celui de l'application de la note est proscrit au lever, déconseillé ensuite, avant d'être implacablement appliqué dès lors qu'on arrive à l'heure du café, et là le débat se place sur un tout autre plan que chacun choisira de trancher, si toutefois cela l'interpelle.

La note et les avis ont l'avantage d'être mis en perpective avec la moyenne et les commentaires des lecteurs.
Par contre je trouve dommage que la note s'affiche d'emblée sur la page d'accueil et à contrario, je trouve dommage que le chapeau de la chronique qui apparaît sur la page d'accueil ne soit pas réutilisé comme entame ou titre de la dite chronique.
La note quant à elle (et comme son nom le laisse entendre d'un point de vue éditorial et non professoral) se trouverait en bas de la page.

Bon vent à vous.


Le 02/09/2013 par HARVEST

Personnellement, je pense que la note est assez importante. On peut découvrir un artiste grâce à cela : lorsqu'on arrive sur l'accueil du site et qu'on voit un 5/5, ça donne toujours envie de lire la chronique.

De plus, quand on cherche quoi écouter dans la discographie d'un groupe, le réflexe est également de se reporter à la colonne de gauche pour voir quel album a la meilleure note.

Enfin, lorsqu'on suit de près les sorties de ses artistes préférés, on lira la chronique de toute façon, et on écoutera l'album ; donc la note, même si elle est basse, n'y changera rien et n'empêchera pas la lecture du texte.

Cependant, je trouve que la notation sur cinq est un peu limitée. Personnellement, je la mettrais plutôt sur dix, ou alors cinq mais avec la possibilité de mettre des demis. Cela servirait, surtout pour les notes hautes : quand on a envie de mettre 5/5 à un album mais qu'on a ce petit sentiment qui fait qu'on ne le trouve pas parfait, on passe à 4,5. De même, la différence entre un 3 et un 3,5, bien que plus discutable, est palpable, à mon avis.

Mais c'est vrai que la différence entre 60 et 65/100 m'échappe un peu...


Le 31/08/2013 par MAYOU

Je dirai juste pour ma part que je trouve le système de notation sur 5 parfait, puisqu'il permet une marge d'erreur assez importante, et donne un aperçu rapide sans entrer dans le détail (contrairement a des notes sur 100, 20 ou même 10, ou il est beaucoup plus simple d'entrer en désaccord avec celles ci).

Si j'osais un reproche ingrat, je dirais que les 5 étoiles apparaissent trop souvent (problème que je ne retrouve pas sur NIME), et qu'on est parfois décu (cf JACCO GARDNER, dont l'album a effectivement une production incroyable, mais dont le talent de composition reste, pour ma part, très insuffisant pour une telle note).

En espérant vous aider, continuez le bon boulot !


Le 31/08/2013 par CHARLOT

Les notes sont importantes car elles justifient ou non l'achat de l'album chroniqué. Elles apparaissent également comme des accroches sur votre page d'accueil, comme des indicateurs qui nous incitent à aller consulter telle ou telle chronique en fonction de nos humeurs : "tiens? tel album à reçu 1/5? qu'a bien pu ressentir le chroniqueur à son écoute pour le juger si sévèrement?" "les avis sont partagés sur cet album, l'un n'a pas apprécié (2/5), l'autre à adoré (5/5), un album qui divise est un album qui mérite qu'on y prête un tant soit peu d’attention (d'ou l'intérêt des kros express)...", "encore un 5/5 lancé à la va-vite, c'est lassant, je n'écouterais pa..." etc…

L’idée des étoiles est très bonne, elle permet de donner une vue d’ensemble à la critique. Malheureusement, on est souvent confronté au problème de la surévaluation avec des chroniqueurs qui n’écrivent que sur des artistes auxquels ils adhèrent à 200%, ce qui aboutit à une flopée de notes dithyrambiques. On en devient incapable de distinguer le "bon" album de celui qui tient véritablement du génie le plus rare, voire un bon album d’un ratage complet. En ce qui me concerne, les coups de génie dans le domaine du pop-rock en général (metal inclus) sont bien moins nombreux que ce que l’ensemble des chroniques prête à croire. L’utilisation galvaudée du 5/5 n’y est bien évidemment pas étrangère (même problème sur NIME). Il faudrait peut être revoir à la hausse vos exigences… je dis ça sans une once de méchanceté, et oui je sais qu’une chronique est forcément subjective… blabla… le ressenti est propre à chacun… blaaaaaaaaaahblablaaaah… discours habituel, on connait la rengaine. A ce titre, associer un descriptif précis à chacune des notes afin de rendre la notation plus cohérente me parait une bonne idée.
Ainsi, selon moi :

-5/5 = Chef d’œuvre rare, c'est-à-dire une pièce personnelle, innovante et complexe (idéalement, qui bouscule les codes préétablis) à l’approche intelligente de par la force de son propos et de ses ingrédients savamment dosés, et de part son originalité. Les musiciens sont biens évidemment irréprochables de bout en bout et possèdent une maîtrise exemplaire de leurs instruments. Cette maîtrise est utilisée de façon à transmettre une grande palette d’émotions à priori très différentes mais formant un tout cohérent et ingénu.

-4/5 = Très bon album, possédant une certaine force mais auquel il manque un peu d’ambition pour parvenir à la note suprême. L’écoute est riche, les éléments sont bien ordonnés et forment un tout cohérent et personnel. L’œuvre peu être très novatrice mais pêche de part son manque d’habileté à jouer avec nos émotions. Les musiciens possèdent une technique et une « patte » plus qu’appréciables.

-3/5 = Un bon album, attachant, qui peut être novateur mais qui propose une vision plus étriquée. Les compositions agencent des éléments de façon cohérente. Les émotions, moins variées sont malgré tout palpables, le plaisir à l’écoute est certain. Les musiciens maîtrisent bien leur sujet.

-2/5 = Un album dans la moyenne, possédant éventuellement quelques éléments nouveaux. Le tout est agencé de manière cohérente, mais manque cruellement d’originalité et d’ambition. Les musiciens ont un niveau qui varie de "très moyen" à bon. Les compositions, certes agréables suivent toutes un même schéma et peinent à se différencier les unes des autres.

-1/5 = Album mauvais, voire ratage complet. Les musiciens vont d’un niveau médiocre à correct (voire bon dans certains cas). Les compositions, parfois peu cohérentes et racoleuses, suivent un modèle préétabli pour un rendu stéréotypé et vide d’intérêt. La musique, aux émotions absentes ou très étriquées, apparait peu sincère ou terne (ou les deux) au bout d’une ou de plusieurs écoutes. Elle ne possède d’autre prétention que celui de vendre un maximum, usant d’un effet d’immédiateté permettant de créer l’illusion d’une quelconque qualité, sensation factice se détériorant au fil d’une écoute attentive.

Voilà… Peut-être que créer un système de notation /10 résoudrait une partie du problème. Enfin… ce n’est qu’une suggestion ;)
Bonne continuation.



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod