Recherche avancée       Liste groupes



    


[-] 2011
Une mondialisation musicale à plusieurs visages
Par MOONDREAMER
Le 18 Décembre 2011

Excalibur : L'interview-fleuve !
Par GEGERS
Le 7 Novembre 2011

Quel avenir pour le Rock ?
Par RED ONE
Le 7 Octobre 2011

New York, ten years after...
Par ERWIN
Le 11 Septembre 2011

Elle est naze ta radio, Edith
Par GEGERS
Le 4 Septembre 2011

La parole aux artistes - Vol.1 : Alan Simon
Par GEGERS
Le 28 Juin 2011

Musique à la carte...
Par GEGERS
Le 18 Juin 2011

La musique et les fous furieux
Par SASKATCHEWAN
Le 4 Juin 2011

La technologie m'a tuer
Par GEGERS
Le 1 Mai 2011

Rastas au rapport !
Par JOVIAL
Le 25 Mars 2011

Le syndrome de l'île déserte
Par GEGERS
Le 20 Février 2011

Le référendum 2010 de la rédaction
Par GEGERS
Le 21 Janvier 2011

Histoire, nouveauté et célébration.
Par TARTE
Le 16 Janvier 2011

Quel avenir pour le Rock ?
Par RED ONE le 7 Octobre 2011 Consulté 3183 fois

La question de l'avenir du rock au XXIe siècle est bien évidemment une angoisse perpétuelle pour nous autres amateurs du genre ...

Car l'Histoire est faite de surprises, c'est bien connu : après franchi pas à pas les degrés de la violence sonore entre 1950 et 1990, le rock tend depuis quelques années à retomber dans un certain formalisme et une brutalité toute linéaire. Les groupes dits "commerciaux" n'innovent plus du tout (il suffit d'écouter ce que font COLDPLAY et RADIOHEAD ces derniers temps pour en être convaincu), et même les groupes "underground" se tournent vers des styles ouvertement "vintage" et "retro" afin de retrouver une certaine originalité ... Alors ? Fini le rock ? Voué à tourner en rond ? C'est toute notre problématique ...

Il fut facile aux rockers des années 1950 tels que Chuck Berry ou Little Richard de durcir le blues et de créer le rock'n'roll, quasiment à partir de rien. Puis survinrent les Anglais (BEATLES et STONES en tête, bien sûr) et leur manie de tout adapter à leurs goûts insulaires si particuliers, un peu comme le thé ... Le rock bourrina alors de plus en plus et atteignit des sommets de violence au début des années 1970 avec l'apparition du hard rock. Inutile de vous dire que les années 1980 furent une débauche en la matière ... Les innombrables chapelles du punk et du heavy metal (mais aussi de la new wave et de ses dérivés indus/electro/gothiques) finirent d'imposer au début des années 1990 l'état de fait qui consistait en ce que plus on avançait dans l'évolution de l'Histoire de notre art favori, plus on allait vers une violence sonore infinie. La limite ultime semble d'ailleurs avoir été atteinte une bonne fois pour toutes avec le black metal, le grindcore et le drone doom, genres musicaux qui ont repoussé au plus loin de l'humainement audible en terme de violence musicale. Si vous ne me croyez pas, écoutez donc les Grimmrobe Demos de SUNN O))) et l'album Panzer Division de MARDUK, vous comprendrez ...

Réellement ? Le rock a t-il réellement tout le temps évolué dans la violence ? Pas complètement. Quelque part en Armorique, un petit village gau... STOP! Nan sérieusement, cette montée en violence semble s'être faite en dents de scie. De nombreuses périodes d'accalmie ont émaillé cette évolution. Avant de finir elles aussi par devenir des caricatures et de succomber sous les coups ... Ainsi, le rock politique et contestataire des hippies (Hendrix et les autres) fut bientôt dévoré, dans les années 1960, par un psychédélisme outrancier sans queue ni tête, et le rock progressif, qui fleurissait à la même époque, fut également lui aussi victime de ses excès en tous genres. Concerts trop longs, partitions symphoniques lourdingues, arrangements guimauves tartignolesques ... De ces décadences parallèles naquirent, vous le savez sûrement, le punk et le heavy metal. Quelques poches de résistances de qualité naquirent bien sûr par la suite (MARILLION, ASIA, TOTO, et toute la scène hard FM), mais le rock continua alors inexorablement à grossir et à devenir toujours plus massif, toujours plus violent ...

Il en fut de même dans les années 1990, mais cette fois l'évolution ne fut pas vraiment au rendez vous : si de nombreux fans du genre identifient instantanément les années 1990 comme étant celles du grunge et du neo metal (pour le meilleur et pour le pire, surtout), dans la majorité des cas, cette ultime décennie du XXe siècle fut relativement ennuyeuse (mais des fans d'electro vous diraient le contraire). Les médias assimilent d'ailleurs aisément cette période à celle de l'apparition du rap et de la techno. À tel point que dans mes souvenirs d'enfance, les années 1990 restent durablement liées à la vision de boys bands crétins dansant de façon grotesque sur de la mauvaise electro (à ce propos, vous vous rappellez des G SQUAD ?!?). Et comme je le disais plus haut, la réplique eu lieu dans les années 2000 et le rock revint à la mode, mais celà n'apporta rien, à part quelques dollars dans les sous d'Universal Music ... Avril Lavigne, Kyo, Tokio Hotel, autant d'échecs titanesques dans la tentative de l'industrie à dénicher une nouvelle vague rock innovante et de grande qualité. Si, collatéralement, beaucoup de groupes "alternatifs" continuent de survivre et de proposer un son de qualité qui tranche avec la soupe radiophonique (RIVAL SONS, The PARLOR MOB, WOLFMOTHER, etc ...) , il faut admettre que l'innovation tarde à montrer le bout de son nez. Car la seule solution pour le rock réside désormais dans le retour au passé.

Nous sommes donc maintenant en 2011. Comment évoluera encore le rock dans les 8 années à venir ? Que sera-t-il en 2020 ? Existera-t-il encore en 2050 ? Ou bien sera-t-il interdit par un futur parti extrémiste d'obédience néo-khadafiste subitement arrivé au pouvoir dans tous les grands pays d'Occident du fait du réchauffement climatique et de la disparition des pingouins nains au Turkménistan Septentrional ? Bien évidemment, sur Forces Parallèles, nous ne pouvons répondre à cette question à moins de nous faire passer pour Madame Soleil ... Mais nous pouvons déjà esquisser ce que le rock sera pour les quelques années à venir : un rock fortement marqué par le retour aux sonorités vintage, tant vocalement qu'instrumentalement, avec cependant une production plus léchée du fait des nouvelles technologies et une nette influence de l'electronique et des sonorités synthétiques. En témoigne un groupe réellement au taquet dans le domaine, les Américains d'ELECTRIC SIX, au son réellement inclassable mais synthétisant tout ce que je viens de dire précédemment, malheureusement trop méconnus en France et encore trop peu dans leur pays d'origine ... La prédominance d'Internet dans les découvertes de nouveaux talents semble également avoir changé la donne et aura, c'est à n'en point douter, un effet considérable sur le processus créatif des artistes.

Nous pourrions aussi imaginer avec humour une histoire future du rock qui tournerai en rond, un peu comme certaines théories sur la naissance et la mort de l'Univers. Fatigué de ne plus créer quoi que ce soit d'original, le rock reviendra peut être durablement au rockabilly durant les années 2030 et progressivement, réinventera tout durant le XXIe siècle : le pop rock, le psychédélisme, le hard rock, le prog, le metal ... Réinventer tout à l'identique serait bien triste ceci dit. Mais et si justement, dans cet éternel recommencement, de nouvelles choses inattendues se créaient ? Des galaxies musicales bizarres, encore inexplorées ? C'est tout ce que nous souhaitons à l'avenir du rock, et nous souhaitons être encore là dans quelques décennies pour en parler ...




Le 18/10/2013 par RIKKIT

Pas d'accord pour les nineties. C'est la naissance du Power, l'explosion du Black, le succès du Death, le Grunge est au top, le stoner suit de manière plus timide et intime, effectivement le Néo-Metal nous montre sa tronche boutonneuse, mais du côté de la Britpop, on est au top, le Post-Rock, le Shoegaze et tout et tout. Non, franchement, les années 90 sont toutes aussi productives que les 70's et les 80's, plus mature sans doute.
Merci pour ce fort bon papier Red One. Je ne saurais dire pourquoi, mais non, le Rock n'est pas mort, quand j'écoute Alcest et les Strokes je le vois qui continue son bonhomme de chemin.


Le 05/11/2011 par JEHRO

Le rock n'est pas mort. pas plus que le folk, la soul ou le jazz. Le spectre musical s'est élargi, ouvert au monde. Le rock n'est plus l'épicentre pour la jeunesse, ce n'est pas plus compliqué que ça.


Le 13/10/2011 par SEB

La question se répond à elle-même en ce sens que le rock a un avenir. Lequel, je ne veux surtout pas essayer de le deviner, tout l'intérêt est justement de le découvrir. Allez, il vous arrive bien encore de compter les jours avant la sortie d'un album ? Oui ? Ben vous voyez que le rock n'est pas mort.
Le rock n'existe pas de toute façon, inutile de parler de "lui" comme d'une entité vivante, inutile aussi de lui donner des conseils comme "le rock doit se ressaisir".
Le rock, c'est la musique qu'inventent en ce moment même dans leur home-studio tous les groupes qu'on connaîtra demain. Vous croyez qu'ils se concertent pour choisir comment ils vont tous sonner en 2012 ?
L'industrie se fout pas mal de la plupart de ces groupes-là, par contre nime et fp les chroniqueront donc on les connaîtra. Le rock, c'est aussi ceux qui l'écoutent, le temps d'un été ou toute une vie, c'est une passion éternelle.
Pas d'inquiétude, le rock va bien, il me l'a dit ;)
Et aussi, je voulais dire que la musique évolue également autrement que par les instruments. Les technologies d'enregistrement, de mixage et de mastering, ce "son dans le son" joue souvent la réussite d'un album sans qu'on n'y pense. Réécoutez la discographie d'un groupe et demandez-vous pourquoi les derniers albums "sonnent" mieux, plus "moderne", plus "actuel" : c'est l'ingé du son qui ne s'est pas tourné les pouces depuis 1970.
Je prends le pari qu'on n'a pas fini d'en prendre plein les oreilles.


Le 09/10/2011 par POWERBEAUF

Par-delà la question de la responsabilité des médias et des majors, il me semble que s'interroger sur l'avenir du rock revient d'abord à s'interroger sur sa capacité à évoluer et à se réinventer. En d'autres termes, est-il encore possible de faire quelque chose de neuf et de trippant à partir d'une guitare, d'une basse et d'une batterie ? Même si j'ai un avis sur la question, je suis incapable de donner une réponse catégorique. Mais ce dont je suis certain, c'est que tous les styles de musique sont mortels. La question est de savoir à quel moment le bestiau peut être considéré comme cliniquement mort...

A mon humble avis, les combinaisons d'accords et les gammes traditionnels du rock ont été surexploités. Quant à la mode du néo-rétro et du vintage dont on nous abreuve depuis quelques années, je pense qu'elle illustre l'incapacité de l'art occidental en général à se renouveler.


Le 09/10/2011 par GEGERS

J'ai trouvé sympathique une remarque de Philippe Manoeuvre hier soir chez Ardisson : Le rock aujourd'hui doit se remettre en question, car il n'est plus la musique des records et des excès. Je ne suis pas spécialement fan du bonhomme, mais sa remarque est assez juste je trouve.


Le 07/10/2011 par RED ONE

Hey, concernant les années 90, attention, je n'ai jamais dit qu'il n'y avait jamais eu d'excellents groupes durant cette période : je suis très fan de KYUSS par exemple, et j'aime bien PANTERA !

Simplement, les années 90 correspondent à une baisse de régime flagrante de l'innovation dans le milieu du rock (et pas seulement du metal), et surtout à une perte d'intérêt de la part du grand public pour cette musique (aidé en celà par les médias, telle est la question)



Le 07/10/2011 par WALTER SMOKE

Hum...en ce moment, on ne peut que constater la décadence absolue de la race humaine (moi inclus dedans), et de ce fait, le rock a tendance à devenir un pur produit commercial, sous-traité de manière tellement vulgaire qu'on se demande chaque jour que Dieu fait comment on peut faire pire. Et surtout, il faut jeter la pierre sur les maisons de disques qui forcent la jeunesse (et aussi les "vieux", parfois), à écouter des gars jouer un accord lambda et en faire un über tube qui se fera oublier dans cinq ans - et encore... - tout en écrasant toute tentative de renouveau artistique (ah que ce mot sonne pour une insulte aux yeux de Pascal Nègre !). De plus, le "rock" aseptisé tel qu'on peut le voir dans certains médias, en plus d'être une caricature du vrai rock, est trop assimilé à des clichés créés par des débiles mentaux.
Alors, à l'interrogation de Red One, je réponds ainsi : le rock a effectivement un avenir, mais saura-t-il se développer ou sera-t-il victime du nivellement de nos goûts vers le bas par les dictateurs du son ? (Vous avez quatre heures)


Le 07/10/2011 par THIERRY

Bien vu RED ONE, c'est exactement ce que je pense, cette impression que tout a été fait, par contre un petit bémol concernant les 90's que tu sembles moins apprécier, beaucoup de bons disques et de bons groupes sont apparus durant cette période dans tous les styles de rock par exemple:
le GRUNGE: alice in chains, pearl jam, soundgarden (oublions nirvana deux minutes) Brit pop: radiohead, supergrass, muse... (oublions blur et oasis deux minutes) METAL: pantera, dream theater, RATM, paradise lost, tool, opeth, kyuss...(oublions Metallica et M.Manson deux minutes) prog: Porcupine tree, spock's beard...HARD ROCK: guns' n roses, hellacopters NEO metal:en effet il faut tout oublier...
Les 2000's sont par contre assez médiocres, il ne s'est pas passé grand chose et peu de groupes ont réussi à s'imposer dans les charts à part coldplay et muse...peu de choses innovantes aussi.

Il faut ajouter que toutes les musiques ont ce problème...hormis le slam je ne vois rien qui a été inventé durant ces quinze dernières années. Aujourd'hui les radios nous servent toutes la même soupe formatée, interchangeable entre ces pseudo artistes R'N'B, techno, rap, zouk de supermarché...sans oublier le retour du folk en France peut-être à cause de Carla Bruni. Folk mou du genou... chose grave LE ROCK ET TOUS SES DERIVES SONT BOYCOTTES DE TOUS LES MEDIAS.
Alors que va devenir le rock? va t-il mourir? La réponse est évidemment non mais il risque de rester dans l'underground encore longtemps seul les groupes rock aseptisés, lissés pourront espérés décrochés un hit. (maroon 5, derniers coldplay)

Gardons espoir mais il est vrai que l'avenir de cette musique s'assombrit, reste les fans qui sont toujours aussi nombreux mais pour combien de temps encore si ils n'ont plus de stars rocks de leur génération auxquelles ils peuvent s'identifier.



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod