Recherche avancée       Liste groupes



    


[-] 2012
La parole aux artistes - Vol.4 : Zenzile
Par MARTIN
Le 18 Décembre 2012

La parole aux artistes - Vol.3 : Michael Schenker
Par GEGERS
Le 2 Décembre 2012

Icarock - récit rock
Par MR. AMEFORGEE
Le 18 Novembre 2012

(Re)Prises de risques ?
Par WALTERSMOKE
Le 14 Octobre 2012

Le jour de la mort de Johnny
Par GEGERS
Le 15 Septembre 2012

Jeux Olympiques en musique
Par MANIAC BLUES
Le 31 Juillet 2012

Les étoiles ne savent pas mourir
Par GEGERS
Le 10 Juin 2012

Chacun fait fait fait...
Par GEGERS
Le 8 Avril 2012

La parole aux artistes - Vol.2 : Koha
Par MARCO STIVELL
Le 5 Mars 2012

Le référendum de la rédaction 2011
Par GEGERS
Le 21 Janvier 2012

La parole aux artistes - Vol.4 : Zenzile
Par MARTIN le 18 Décembre 2012 Consulté 2032 fois

ZENZILE, groupe un peu à part et malgré tout pilier de la scène dub française, signe un superbe retour avec leur album Electric Soul. Matthieu (bassiste) et Raggy (Mufti-instrumentaliste, synthétiseur et FX), ont aimablement répondu à nos questions. Un entretien à propos de ce disque, de l'arrivée du chanteur Jay Ree au sein du groupe, mais aussi du récent passé de ZENZILE et de leurs projets à venir. Entre temps, vous y retrouverez aussi une discussion sur la scène dub actuelle, sur le dubstep, sur ce qui fait l'identité d'un groupe et d'un disque, et d'autres sujets qui passionneront petits et grands, de 7 à 77 ans, arrivés là par hasard pour causer dub sur un site rock. Et ça tombe bien, ZENZILE, ils s'y sont essayés, au rock ! Mais on ne vous en dit pas plus. Tout est là dessous. Bonne lecture.


Pourquoi avoir intitulé votre dernier album « Electric Soul » ?

Raggy : C'est simplement pour décrire notre musique. « Electric » car c'est quand même une musique électrique à défaut d'être électronique. On est assez fan de vintage, de synthés et de claviers différents... « Soul », c'est plus dans le sens « âme » que dans le genre musical même. Ce terme-là a commencé à apparaître dans nos discussions lorsque l'on a fait notre première session d'enregistrement avec Winston Mc Anuff. Comme on aime bien un peu théoriser ce qu'on fait, il y a ce premier terme qui est sorti et au fur et à mesure de la composition du disque, ça s'est imposé à peu près tous les morceaux...

Que raconte le disque ?

Matthieu : Musicalement on a toujours un cheminement qui cherche à raconter une histoire. Après pour le sens il vaudrait peut-être mieux demander à Jay Ree, Jamika et Winston. On lit les textes, on est très impliqués, mais on leur laisse carte blanche. Après si jamais ils parlaient de choses comme des propos politiques sur lesquels on ne serait pas d'accord, on les arrêterait ! C'est important pour nous d'avoir des gens, par rapport à l'âme du disque, c'est intéressant de savoir qu'il y a des gens derrière, par rapport à toute cette mécanisation, aux machines... Sur le texte, Jamika parle pas mal de sa vision du monde, et Jay Ree est fan de science-fiction, et il y a tout un pan du reggae et du dub ou tu vois des pochettes qui tripent bien, comme les Dub Invaders, The Scientist... Nous ça nous allait très bien, on se retrouve donc avec cette thématique d'une sorte de Reggae de l'espace.

À propos de Jay Ree, qu'avez vous souhaitez apporter à ZENZILE avec son arrivée ?

Raggy : On collabore avec Jamika depuis très longtemps, elle a une voix qui colle très très bien à tout un pan de notre musique, un peu moins à un autre. Dans l'histoire du groupe, on a toujours fonctionné avec des chanteurs à partir de la rencontre avec Jamika et Jean Gomis (Sir Jean), et ça faisait un moment qu'on cherchait un deuxième vocaliste pour illustrer d'autres morceaux...

Jay Ree est donc membre à part entière maintenant ?

Matthieu : On va voir, à la différence de Jamika il a pas mal d'autres projets à côté. Là il est avec nous sur toutes les dates de la tournée. Après nous on aimerait que ça perdure, maintenant on lui laisse toute liberté ! On verra. Lors de la composition, on avait un bon tiers des titres avec Jamika, il nous restait les deux autres tiers qu'on ne sentait pas vraiment prêts à faire en dub. On n’était pas sur une mouvance ou on avait envie de se coltiner un boulot de Dub à part entière. Jay Ree est arrivé et a permis de débloquer un peu ces titres-là, il s'est trouvé qu'il a été inspiré par quasiment tout les instrumentaux des morceaux qui restait, donc eh bien youpi. C'est là où l’appellation Dub trouve ses limites sur le disque, ça n'en est pas à proprement parler puisque tous les titres sont chantés. On a eu une période où on pratiquait la musique instrumentale à fond, où il n'y avait pas de chanteurs dans nos tournés. Mais aujourd'hui, on utilise le Dub plus comme un outil de production, par petites touches, par spatialisation du son, par ajout d'effet. On voit plus ça comme une technique de production que comme un genre définit.

Qu'est-ce qui n'a pas changé avec le ZENZILE des premiers jours ? Est-ce qu'Electric Soul constitue une forme de retour ?

Matthieu : C'est un retour, quelque part. En fait avec l'arrivée d'Alex, notre troisième guitariste, mais aussi Dave, un chanteur qui secondait Jamika, on s'était orienté vers un son plus Rock, on a ajouté du Rock à notre Dub. On a arrêté dans cette voix là, on avait l'impression d'avoir fait un peu le tour de la question, et on avait envie de retrouver notre son...
Raggy : Et une musique plus dansante. Après deux tournées aux morceaux plus rentre dedans, on avait envie de retrouver un son plus dansant. Sortir un disque, cela veut dire qu'on va le jouer en live derrière, et on avait plutôt envie de danser je crois, et de faire danser les gens aussi. De revenir à des rythmiques grooves, reggae, dub.
Matthieu : Il y avait des pistes intéressantes dans ce qu'on a fait avant, mais je crois que l'on n’a pas réussi à synthétiser complètement ce qui nous plaisait. L'optique de faire cohabiter Dub et Rock, sur le papier, c'est obligé que ça le fasse, et on avait les outils pour le faire, mais en pratique ça n'était pas si évident. Après ça n'est pas plus ambitieux que de faire cohabiter le Reggae et le Dub, mais c'était difficile. Ce dont on est fier aussi et qui explique un peu ce retour, c'est que l'on aime qu'en quelques notes, on puisse identifier notre son. De la même manière, quand tu écoutes HIGH TONE, bing, c'est HIGH TONE quoi. Ça, c'est fort. Et il y a des groupes, qui, à force, finissent par perdre ce qui a fait leur identité.

Ce retour, c'était aussi pour retrouver quelques fans qui ne vous ont pas forcément suivi avec les deux albums précédents, Living in Monochrome et Pawn Shop?

Raggy : C'était aussi pour arrêter l'hémorragie ! (rires)
Matthieu : C'est exagéré, mais c'est tout à fait sincère. On l'a constaté. C'est pour ça que je te dis que pour moi, on a pas forcément réussi à synthétiser ce dub rock, parce qu’au-delà du fait que ça ait eu du succès ou non, on voyait qu'il y avait un petit hiatus. Il y a des fois où ça le faisait sans problème, mais pas tout le temps.
Raggy : Et puis c'était exigeant pour le public de leur demander de nous suivre dans les ponts que l'on faisait entre toutes ces musiques différentes. À ZENZILE on est tous des fans de plein de styles de musique différentes, et sans vouloir manquer de respect au public, il y a des gens qui ne sont peut-être pas aussi pointus que nous dans certains styles. Et quand on faisait des sets sur Living in Monochrome et Pawn Shop, on voyait des gens qui trouvaient ça excellent que l'on passe à ce style tout en gardant notre patte, mais cette frange du public était quand même assez restreinte. Il y avait des gens qui étaient fans de Reggae et qui étaient un peu déçus, et d'autres qui venaient du Rock et qui étaient aussi un peu déçus.
Matthieu : À savoir qu'il y avait des réactions beaucoup plus épidermiques de la part des fans de Reggae, qui ne supportaient pas le rock, plutôt que de la part des gens du rock qui ne sont pas dingue de Reggae mais qui l'acceptent sans soucis.
Raggy : Les plus ouverts ne sont pas forcément ceux que l'on croit ! Les ayatollahs de tel ou tel styles, sérieusement...

Avoir été l'un des pionniers de cette scène Electro-Dub française, avec tous les fans qui ont suivi, finalement, cela ne complique-t-il pas votre évolution ?

Matthieu : C'est sûr qu'avec le temps, c'est normal que tu sois attendu au coin du bois. Après, nous on est content quand on voit la plupart des critiques musicales qui trouvent ça satisfaisant que l'on arrive à se renouveler d'un album à l'autre. Il y a vraiment une remise en question à chaque album, et qui donc non, n'est pas réfléchie. On compose un peu et on constate ensuite la couleur que cela prend.
Raggy : On ne prévoit pas vraiment les choses à l'avance. Par exemple avec Electric Soul, on est rentré en studio alors qu'on n’avait pas la moitié des morceaux avec Jay Ree ! On savait qu'il allait venir, et les morceaux on les a composés sur place.
Matthieu : On avait quand même quelques bases. Et le riddim qu'on avait était à 80% un riddim plutôt Reggae. On a constaté ça et on savait qu'Alex, le rockeur, il allait faire « euuuaah » (imaginez vous une expression de désappointement), mais en même temps on s'est demandé si cela nous gênait de revenir vers des racines plus groove, plus roots, et puis non !
Raggy : D'ailleurs tout l'album n'est pas roots !
Matthieu : Et au final tout le monde était super content. C'est aussi nous qui avions besoin de nous ressourcer. On est là depuis plus de 15 ans et on est assez « vieux » pour pouvoir s'inspirer de ce que l'on a fait avant. Mais avec ces 15 années d'expérience qui font que ça n'est de toute manière plus le même son. On a repris le boulot là où on l'avait laissé un moment. Le truc, c'est juste de ne pas voir son inspiration se tarir. On n’a jamais été dans une phase ou il nous fallait deux semaines pour trouver un putain de morceau. Après, il y a l'inspiration, mais on passe aussi beaucoup de temps à peaufiner le tout en studio. Beaucoup, beaucoup de temps.
Raggy : ça oui, on en a ch*** ! (rires) Et encore une fois, tout n'était pas fini en arrivant en studio, on est arrivé avec des versions de 30 minutes parfois. Qu'on a coupé, recoupé, changé... C'est une super liberté que l'on a eux, c'est-à-dire d'avoir le studio comme outil de création, sans limites de temps. Les deux albums d'avant, on a bossé avec les producteurs et ingénieurs du son des studios. Deux studios à la tradition clairement plus rock qui correspondaient à la direction que l'on prenait là. Ils étaient très doués, très pros, mais n'avaient pas cette culture du Dub qui permet d'intervenir sur la musique différemment. Tu peux casser la gueule au morceau dans le Dub, ça fait partie du processus de création. C'est une culture du remix. Si on leur demandait de toucher à la console pendant le mix, ils nous regardaient un peu de travers. Nous, on voulait revenir à ça et donc on a refait appelle à Tanguy, notre ingé son live, qui avait participé aux premiers albums.
Matthieu : Le retour aux sources, c'était ça aussi, on a fait quelque chose que l'on n’avait pas fait depuis longtemps, c'est-à-dire de bosser « en famille ». Même si aller voir ailleurs, cela nous a fait du bien, de sortir un peu de notre milieu !
Raggy : On avait toujours l'habitude de louer un appartement ou une maison et de ramener tout le matos. Puis avec Living In Monochrome, on a eu un label qui a investi pour nous, on est donc allé dans ces studios professionnels pendant 1 mois. On y a énormément appris, même si on s'est un peu éloigné.

On assiste à un retour à des sons plus roots ailleurs aussi, avec BRAIN DAMAGE qui viens de sortir un album très roots, HIGH TONE qui va sortir Dub Invaders 2, recueil de titres assez « traditionnels » pour du dub, et vous revenez aussi avec un son plus chaleureux, au même moment. Comment expliquez-vous cela ?

Raggy : C'est la crise de la quarantaine !
Matthieu : Ils n'arrêtent pas de nous copier, c'est surtout ça ! (rires).
Raggy : Ca n'est pas exactement vrai ce que tu dis, parce que Martin (BRAIN DAMAGE) sort le son le plus roots qu'il n'ait jamais fait. Il n'y a pas de retour. Et HIGH TONE, à part le fait qu'ils reviennent en formation Sound System pour leur projet, ils continuent leur mutation vers le dubstep.
Matthieu : Si si, moi je suis d'accord. Ce qu'on a vu à Marseille avec Dub Invaders, ça n'était pas du dubstep, juste du reggae steppa ultra classique. J'ai trouvé que c'était de très bonne facture, mais limite il n'y avait pas la patte HIGH TONE. Très efficace au demeurant. Par contre ils ont fait chanter Joe Pilgrim (DUB ADDICT), et ça ils le font rarement. C'est quand même ceux qui sont restés sans chant le plus longtemps. Mais ce que tu dis est juste quelque part.
Raggy : On est un poil plus âgés que le reste de la scène après. Mais c'est normal et sain à un moment de regarder ce que t'as fait, de savoir d’où tu pars pour repréciser où tu veux continuer à aller. Après, quand on avait vos âges, on n’y pensait pas une seconde de regarder en arrière. On enchaînait les projets, on faisait un disque par an, composition/enregistrement/tournée, et ainsi de suite. C'est ce qui a aussi changé avec Electric Soul, à la fin de la tournée précédente, on a fait un break, et on s'est dit qu'on ne recommencerait pas un cycle avant de voir ce que l'on a envie de faire et comment.

D'ailleurs, vous sentez vous concernés par cette scène dub ? Et par son avenir ?

Matthieu : La plupart sont nos potes, de cette scène. On les revoit toujours avec plaisir. Mais on a un prit nos distances par rapport à tout ça. Un truc tout bête, au début on a commencé, et la plupart des journalistes ne savaient pas ce qu'était le dub. Ils voyaient que ça venait du reggae, mais on avait des réflexions du genre « les gars, une musique sans chant, ça ne mènera à rien ! ». Après, la scène a fait son chemin, certains groupes ont eu du succès, et on se retrouve avec des gens qui disent « mais pourquoi vous ne faites plus de dub ! ». D'accord, mais nous on a jamais voulu s'enfermer dans une catégorie. Pour nous, le dub, c'est un énorme espace d’expérimentation avant tout ! Si tu en fais au pied de la lettre, tu ne fais plus rien avancer.
Raggy : Et même, c'est trahir l'essence même du genre que de ne pas expérimenter. Et même le reggae est une musique éponge, qui s'est nourrie de plein d'autres choses.
Matthieu : On n’a jamais renié tout ça, mais très vite, c'est vrai que ça nous saoulait d'entendre partout « la scène dub, la scène dub... ». Nous c'est ZENZILE, pas Zenzile Dub Machin, cela soit dit avec respect. Nous sommes bien définis en tant que groupe. C'est vrai que l'on s'est mis un poil à part. Même si ça nous faisait plaisir de tourner avec nos potes et de les revoir. Mais pareil, tourner tout le temps avec les mêmes sons, je suis fan de dub, mais pas tout le temps à tous les concerts. À un moment, tu deviens fou. J'aime bien jouer dans des concerts où il y a du rock, d'autres styles de musiques...
Raggy : La scène n'est pas très variée aussi.
Matthieu : Et c'est vrai que des fois, on s'y sent un peu enfermé.

Ce sont effectivement souvent les mêmes groupes qui font parler !

Raggy : Il y a assez peu de groupes qui arrivent à sortir un truc vraiment nouveau. Après, nous on a été pas mal interloqués par Örfaz, c'est un des trucs les plus intéressants que j'ai vu de tous les trucs de dub qui sont en train d'apparaître. Mais sinon, on entend des kilomètres de sons, des grosses basses dans tous les sens, mais pas forcément d'identités propres.
Matthieu : C'est bête à dire, mais il se peut que l'héritage HIGH TONE ait fait du mal à cette scène. Ils ont énormément marqué les esprits d'une génération, avec ce crossover entre dub, techno, etc. Sauf que les jeunes s'en sont trop inspirés. On a beaucoup de clones de ce son, qui a la fin est devenue une scie... Un groupe qui ressemble à un autre, qui ressemble à un autre, avec des structures similaires, le même schéma rythmique, les mêmes samples. Après, dans le détail, évidemment il y a des choses qui changent, c'est aussi dans cette période là qu'on s'est éloigné un peu de la scène, on écoutait un peu trop de choses semblables. C'est aussi ça la force des pionniers, c'est d'avoir ce son immédiatement identifiable. Tu me fais écouter un morceau, je te dirai ça c'est IMPROVISATOR DUB, ça, c'est BRAIN DAMAGE... Mais ce sont des groupes du début. Cela prendra le temps qu'il faut, mais les choses vont peut-être bouger à nouveau. IDEM qui joue ce soir, bon, tu sens bien toutes les influences, mais ils ont leurs sons un peu dark et rock assez intéressants.

À propos d'évolution, le dubstep, ça vous intéresse ?

Matthieu : J'aime beaucoup les premières références. Mais il est arrivé au dubstep ce qui est arrivé à la Drum N Bass, en bien plus rapide. Au début, tu as cette musique purement anglaise, urbaine, et ça a pris très très vite. D'ailleurs aujourd'hui, tu as certains jeunes, si tu leur dis « dub », ils te disent « ah, mais ça vient du dubstep non ? » (rires)

Effectivement, j'ai déjà vu sur internet Zenzile estampillé dubstep...

Raggy : Si tu savais tout ce qu'on a plus être classé !
Matthieu : On a eu le droit à tout. On a juste voulu éviter un truc, c'est de faire l'auberge espagnole. De prendre un petit peu de reggae, un petit peu de ska... Enfin bon. Le dubstep, les premiers j'ai adoré, qu'il s'agisse de BURIAL ou du premier SKREAM. Par contre SKRILLEX, il faut éviter de m'en parler.
Raggy : Pareil, on aime ceux qui ont leur identité propre.
Matthieu : On a passé une tournée dans les pays de l'Est. (pré-rires de Raggy) On a eu le droit à du dubstep du matin au soir... Eh bien je peux te dire que tu ressors épuisé... Ça t'arrache la tête !

Raggy : Ça pilonne oui.
Matthieu : Mais il y a des morceaux fabuleux. Je me suis détaché de ça, pas par snobisme, mais c'est qu'il y en a vraiment trop.
Raggy : En même temps, c'est ce qui arrive tous les 2-3 ans en Angleterre, nouveau style hyper intéressant, c'est bien, puis après ça copie, ça copie...
Matthieu : Korn. Korn qui fait du Dubstep. RADIOHEAD avait voulu placer BURIAL en première partie, c'est toujours un truc novateur de la part de ce groupe. Après, des métalleux sur le retour qui se disent « tiens, on va faire du Dubstep », juste parce que c'est à la mode, c'est un peu pitoyable. L'engouement est normal surtout auprès des jeunes, et c'est tant mieux. C'est pour ça aussi que la scène dub française a été respectée aussi par les Anglais, parce qu'on n’a rien pillé. Là-bas, c'est du dub avec les machines, et on est arrivé à jouer du dub avec des guitares, des batteries... On l'a fait à notre sauce.

Les disques se vendent de moins en moins globalement. Une sortie physique, pour vous, c'est encore indispensable ?

Raggy : Oui !
Matthieu : Le vinyle lui par contre, progresse. Au début de la tournée, il s'est mieux vendu que les CDs ! On a vendu 5 vinyles contre 3 CDs... (rires mi-jaunes de Raggy).

Donc pour vous aujourd'hui, un CD c'est quoi ?

Raggy : Un disque sur lequel on met notre musique. (rires)
Matthieu : Je préfère le son du vinyle au son du CD, avec ce son plus chaleureux. Après, on est passé au CD, et maintenant on écoute du mp3 avec des gars qui écoutent du son là-dessus (il désigne nos téléphones), sur des mauvais écouteurs, avec un son mal compressé... Je ne dis pas qu'on ne puisse pas avoir une bonne qualité en mp3, ça commence à aller. Bon. Mais si on fait de la musique, ça n'est pas pour se faire péter les oreilles.
Raggy : Après, on a quasiment tout sorti ce qu'on a fait aussi en vinyle, et on pense notre disque en fonction de l'objet, en fonction de l'album. On fait une tracklist, on a des morceaux qu'on n'inclut pas pour ne pas perturber l'équilibre, on pense à un début, un cheminement, une fin, une durée. On pense à la pochette... Tant que le CD n'est pas encore complètement disparu, on continuera d'en faire. D'ailleurs, là, on en vend !
Matthieu : L'expérience d'écoute est aussi différente entre un vinyle et un CD. L'un t'oblige à te lever au milieu pour le retourner, donc si tu n'as pas le temps, tu peux l'écouter. Un CD, c'est 74 minutes, je te défis de l'écouter en restant concentré du début à la fin. Tu veux l'écouter, et il y a toujours quelque chose qui arrive en plein milieu, tu ne peux pas l'écouter... Au fait, on a essayé de s'approcher d'une durée d'un double album vinyle sur Electric Soul, c'est à dire un peu plus de 40 minutes...
Raggy : 50. C'est une bonne durée, entre 40 et 50 minutes, quand tu aimes écouter de la musique, c'est vraiment un moment où tu es à fond immergé dans la musique, dans un album. Au-delà, ça commence à être compliqué de rester concentré, et il faut avoir le temps.
Matthieu : Tu as certains disques de hip-hop qui sont tellement longs qu'à la fin on doit faire soi-même le tri pour trouver les bons morceaux. À la fin, on arrive et on est là « tiens met la 6 elle est bien. Et la 3... », on ne connaît pas les titres. Au final, nous, on essaie de trouver un titre, on met qu'un mot, histoire que ça soit plus facile à retenir... (rires)

Quel est votre titre préféré sur Electric Soul ?

Raggy : J'aime beaucoup celle avec Winston McAnuff... Euh...

La 6 ? Magic Number ?

Raggy : (rires) Oui celle-ci, notamment parce qu'il a une pure voix.
Matthieu : C'était un grand moment de studio !
Raggy : Il a 58 ans, quand il chante tu entends toute sa vie, toute son histoire, son métier, on pourrait aller jusqu'au fait que son père était pasteur, et qu'on sent cette tradition dans sa manière de chanter, il chante un peu comme les prêcheurs dans la Soul Music.
Matthieu : Enfin, un prêcheur qui fume des pétards toutes les 5 minutes (rires). Il est marrant, parce qu'il a un côté assez enfantin, mais malgré tout, tu entends dans sa voix toute son expérience. C'est pas si banal.
Raggy : Jamika a ça aussi dans sa voix, je trouve.
Matthieu : Et pour ma part, je choisirai le morceau Stay. Dans la réussite, l'émotion qu'il dégage, et pour savoir d’où il est parti et où il est arrivé. Au début il était prévu avec seulement Jamika, et Jay Ree est arrivé et on s'est dit « Wouaouh, c'est ça qui manquait au morceau. ». Le duo, quoi. Ça a ouvert plein de portes, il y avait là un bon potentiel pour renouveler un peu le son du groupe. C'est peut-être la seule fois aussi où on a bossé un morceau avec la vision d'en faire un single. On est sorti de tout le boulot qu'on faisait avant, on en a bavé à recouper le titre, à le raccourcir un peu, mais c'était très bien. Parfois il y a des morceaux qui sont bien sur la longueur, mais ici c'est plus une Pop Song, avec notre univers. Tu prends les BEATLES, ils te décrivent un univers en très peu de temps, c'est quand même super bien. Des fois c'est très bête, refrain/couplet/refrain/couplet/pont/refrain, mais encore faut-il savoir le faire !

Des projets pour l'avenir ?

Raggy : Hmm... Gagner plein d'argent ? (rires) Non, là, on est à deux mois et demi de tournée avec notre nouvel album, je verrai bien ça prolongé en 2013, ça se passe bien, je pense que la musique en vaut le coup, et la rencontre avec Jay Ree est encore en train de se faire, de se cimenter...
Matthieu : Et la re-rencontre avec notre public aussi.
Raggy : Effectivement. On a un accueil qui n'est pas défavorable sur le disque, on a des dates pour 2013, ça commence à parler de festivals...
Matthieu : Les ventes chutent, mais pour nous, elles remontent.
Raggy : Et puis il y a des chutes de studio de la section Electric Soul qu'on a envie de reprendre. On les a laissés de coté parce qu'on ne les voyait pas dans le disque, mais ils sont intéressants en tant que tel. Début 2013, on va donc rentrer en studio, en phase de mix, pour finaliser ces morceaux. On a proposé aussi pas mal de remix à des potes de ZENZILE qu'on va sortir plus en tant que cadeaux pour les fans. Et sur les 3 morceaux, on en parlait tout à l'heure, on va cette fois-ci, certainement les ressortir uniquement sur internet.
Matthieu : Et peut-être un faible tirage vinyle. Mais pas de CD cette fois !

Un dernier mot ?

Raggy : Euh... J'ai faim ! (rires)


En effet, derrière nous se mettait en place un buffet assez imposant, pour tous les groupes qui jouaient ce soir-là à Annemasse, et ils étaient nombreux. Un grand merci à Matthieu et Raggy pour leur sympathie et leur disponibilité, et à tout Zenzile pour le concert exceptionnel qui suivit, malgré une salle assez peu remplie, la faute certainement à un horaire de passage un peu surprenant. Ils ont en effet commencé à jouer un peu avant 2h du matin, après 3 autres groupes... Dommage, mais les plus vaillants ont été largement récompensés. Merci.




             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod