Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK-TWIST  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dick Rivers
- Membre : Jean-jacques Goldman , Foreigner
 

 Johnny Hallyday - Le Site Officiel (497)

Johnny HALLYDAY - Viens Danser Le Twist (1961)
Par MARCO STIVELL le 3 Mars 2017          Consultée 277 fois

Changement de label pour Johnny qui passe de Vogue à la maison Philips au beau milieu de l'année 1961. Il y reste jusqu'à la fin des années 90, et même après son rachat par Mercury Universal.

Changement de mode aussi pour notre beau gosse blond qui lutte pour rester l'idole des jeunes, sans trop de mal en concert ceci dit. HALLYDAY, comme beaucoup de ses contemporains, surfe sur les courants à succès, le schéma américain puisque l'influence principale vient toujours de là (mais plus pour longtemps !).

Durant l'été 61, Chubby CHECKER s'impose mondialement avec un titre, "Let's Twist Again", qui donne au rock'n'roll l'une de ses dernières formes de noblesse, ou pas. Ce courant, rendu populaire également grâce à sa danse, est caractéristique de la jeunesse du début des années 60, en France en particulier grâce aux yéyés, mais il peut être aisément considéré comme débile et ringard, bien plus que le rock'n'roll de base.

Evidemment, on n'y pense pas à l'époque, sauf quand on est parent. Du côté des jeunes, on reprend "Let's Twist Again" à qui mieux mieux, on crée des dérivés et on danse dessus fiévreusement, à la maison ou dans les clubs de vacances. Johnny ne se prive pas pour faire sa reprise personnelle du tube de l'été, à la fois en français et en anglais, pourquoi limiter le plaisir ?

"Venez les copains, tapez des mains ouais ! On va faire le twist, c'est le nouveau rock, rien n'y résiste !", c'est ce qu'il clame au début, avant d'enchaîner sur son adaptation de la chanson, mots conviviaux façon prof de danse et un brin aguicheurs, puisque les filles et la drague sont constamment au centre de cette "jeunesse dépravée". Côte écriture, ce n'est pas terrible, mais musicalement ça reste bien sympathique. L'accent anglais de Johnny laisse à désirer, mais je préfère largement sa voix à celle de Chubby CHECKER sur son propre titre.

L'album Viens Danser le Twist, qui n'est au final pas tant imprégné par la nouvelle mode dans les textes, est tout à fait convaincant si on rentre dans l'ambiance. Les danses torrides "Nous Quand on S'embrasse" (bonne reprise de l'excellent "High School Confidential" par Jerry Lee LEWIS) et "Tu Peux la Prendre" offrent une certaine qualité d'arrangements, groupe de base, sax, piano, choeurs... Sur la première, "La pluie peut bien frapper le carreau dans un bruit d'enfer, et la terre peut bien trembler sous les effets du tonnerre", on dirait un vers d'une chanson tardive de l'artiste, fin des années 60 ou même bien après !

"Une Poignée de Terre" - Dieu a rendu la femme amoureuse et attirante, blasphème ! - est adaptée de Gene McDANIELS ("A Hundred Pounds of Clay") par Manou Roblin, celle à qui on devra une bonne partie de la réussite de l'album Johnny Reviens ! les Rocks les Plus Terribles trois ans plus tard. Avec "Toi Qui Regrettes" (seule composition originale par Johnny, Jil et Jan), ces deux ballades country/doo-wop s'enchaînent d'autant mieux qu'elles comprennent des cordes point trop envahissantes, des soli de guitare agréables, un chant très appliqué...

HALLYDAY fournit encore deux chansons spécialement écrites pour le film Douce Violence de Max Pécas, dans lequel il n’apparaît pas cette fois mais auquel il fournit son succès, en plus de l'ambiance similaire à la musique (filles, vacances...). "Il Faut Saisir Sa Chance" contient la patte de Charles AZNAVOUR et son compositeur fétiche, Georges GARVARENTZ, qui avait déjà fait "Daniela" pour LES CHAUSSETTES NOIRES au mois de mars. Ensemble, tous les trois feront encore mieux quelques semaines plus tard...

Sorti en septembre, Viens Danser le Twist n'a été précédé d'aucun EP (deux paraîtront en même temps que ce 33 tours 25 cm) et propose une belle vision d'un Johnny HALLYDAY qui sait s'adapter !

A lire aussi en ROCK'N ROLL par MARCO STIVELL :


Johnny HALLYDAY
Johnny Et Ses Fans Au Festival De Rock'n'roll (1961)
Faux live




Johnny HALLYDAY
Les Guitares Jouent (1964)
"excuse-moi partenaiiiiiire..."


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Nous Quand On S'embrasse
2. Toi Qui Regrettes
3. Avec Une Poignée De Terre
4. Tu Peux La Prendre
5. Viens Danser Le Twist
6. Let's Twist Again (2e Partie En Anglais)
7. Douce Violence
8. Il Faut Saisir Sa Chance



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod