Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK-POP-SOUL  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dick Rivers
- Membre : Jean-jacques Goldman , Foreigner
 

 Johnny Hallyday - Le Site Officiel (537)

Johnny HALLYDAY - Olympia 67 (1967)
Par MARCO STIVELL le 23 Avril 2017          Consultée 218 fois

L'album live de Johnny HALLYDAY enregistré à l'Olympia, sorti fin mars 67, est le dernier avant bien longtemps - l'an 2000 précisément -, car sa nouvelle salle fétiche deviendra le Palais des Sports. Avec les Blackburds, le chanteur y reprend de larges extraits de son dernier album et les reprises qui l'accompagnent.

"Le Pénitencier" est la seule chanson ancienne, ce que le public lui pardonne beaucoup plus facilement qu'au moment de son retour de l'armée un an et demi plus tôt ! La fin de ce fameux tube est d'ailleurs folle, lui qui portait déjà en lui les germes d'un rock psychédélique, voilà que les cuivres s'emballent, et encore, ce n'est rien par rapport à la version enregistrée quelques mois plus tard au Palais des Sports !

C'est qu'avec sa section de cuivres, Johnny donne une nouvelle couleur à sa musique, loin des maladresses orchestrales du précédent Olympia, sans hors-sujet. Les chansons semblent construites dans ce moule où les trompettes et les saxos de Tosan, Pisani, Pellegrini, Fuentes et les frères Ploquin reprennent les arrangements employés à la base. C'est beaucoup plus naturel et pourtant sur "La Génération Perdue", le morceau, ils remplacent les violons. Ce n'est pas du meilleur effet (difficile d'égaler la fantastique version originale !), mais ça sonne.

Le patron démontre, en plus du psychédélisme et de ses favoris velus de nouveau beatnik, son identité soul de plus en plus forte, au diapason avec son amour pour le rock'n'roll, et en pleine libération sexuelle à laquelle le milieu des années 60 est si favorable. Dès le début sur "Les Coups", adaptation de "Uptight (Everything's Alright)" (Stevie WONDER), il transpire, il donne l'impression de vivre un orgasme en direct avec ses "Han ! Han !", en pleine fiesta de cuivres et de rythmique.

Certains moments sont retirés du pressage original de ce live, comme "Maintenant ou Jamais" ("If You Gotta Go, Go Now" de Bob DYLAN, adapté par Gilles Thibaut) et des titres que l'on retrouve sur l'album studio à venir. En revanche, "Hey Joe", déjà paru en EP quelques jours plus tôt en mars, est bien présent.

Depuis la fin de l'été 66, Johnny s'est lié d'amitié avec ce jeune guitariste noir qui marque à jamais le monde de la guitare électrique et le prend sous son aile, le fait jouer en première partie sur quelques dates. Jimi HENDRIX vient tenir la guitare (acoustique !) sur la version studio de cette composition de Billy ROBERTS, puisqu'elle n'est pas de lui non plus. Sans égaler la classe d'HENDRIX, la version live de Johnny est intéressante pour son final plus rock que blues, avec la basse de Gérard "Papillon" Fournier qui opte pour une rythmique boogie.

Johnny met comme toujours le public dans sa poche : "Vous êtes en forme ? remarquez demain c'est dimanche, vous pourrez être fatigués", "Les Blackburds sont dirigés par Le Dom Juan de l'orchestre, après moi : Mick Jones !", le tonitruant et rituel "Que croyez-vous qu'Il dirait s'Il savait ?" sur "Cheveux Longs et Idées Courtes", ponctué par un solo d'harmonica.

En marge de ce live déjà excellent, il a fait quelques modifications pendant cette tournée : "Jusqu'à Minuit", reprise de Wilson PICKETT ("In the Midnight Hour") n'est plus l'un des fers-de-lance des clôtures de concert, ramené à deux minutes au lieu de cinq. Le final se fait avec Madame Smet-VARTAN, Sylvie pour les fans, sur "Je Crois Qu'il Me Rend Fou" / "Such a Fool for You", où elle est bien loin d'égaler Tina TURNER, alors qu'un Johnny vaut bien un Ike !

A lire aussi en ROCK par MARCO STIVELL :


Johnny HALLYDAY
Que Je T'aime (palais Des Sports 69) (1969)
Le fameux "show de l'an 2000"




Coralie CLEMENT
Bye Bye Beauté (2005)
Pauvre petit coeur fragile...


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Mick Jones (guitares, direction musicale)
- Tommy Brown (batterie, direction musicale)
- Gérard Fournier (basse)
- Raymond Donnez (piano, orgue)
- Jean Tosan, Gérard Pisani (saxophones, harmonica, hautbois)
- Gilles Pellegrini, Jacques Ploquin (trompette)
- Luis Fuentes (trombone)
- Pierre Ploquin (trompette, trombone)


1. Les Coups
2. Maintenant Ou Jamais (bonus)
3. La Génération Perdue
4. Si J'étais Un Charpentier
5. Je Me Suis Lavé Les Mains Dans Une Eau Sale
6. La Petite Fille De L'hiver (bonus)
7. Je Veux Te Graver Dans Ma Vie
8. Présentation Des Musiciens
9. Cheveux Longs Et Idées (bonus)
10. Le Pénitencier
11. Ne Sois Pas Si Stupide
12. Hey Joe
13. Jusqu'à Minuit
14. Confessions
15. Je Suis Seul
16. Noir C'est Noir
17. Je Crois Qu'il Me Rend Fou (bonus)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod