Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-ROCK-VARIéTé  |  LIVE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


1960 1 Hello Johnny
1961 Nous Les Gars, Nous Les Filles
Tête à Tête Avec Johnny Hallyd...
Viens Danser Le Twist
Salut Les Copains !
1962 Retiens La Nuit
Sings America's Rockin' Hits
Madison Twist
1963 L'Idole Des Jeunes
Les Bras En Croix
Da Dou Ron Ron
1964 Les Guitares Jouent
1 Johnny, Reviens ! Les Rocks...
Le Pénitencier
1965 Hallelujah
Johnny Chante Hallyday
1966 La Génération Perdue
1967 Johnny 67
1968 Jeune Homme
Rêve Et Amour
1969 1 Rivière... Ouvre Ton Lit
1970 Vie
1971 1 Flagrant Délit
1972 Country, Folk, Rock
1973 Insolitudes
1974 Je T'Aime, Je T'Aime, Je T'Aim...
Rock'N'Slow
1975 Rock à Memphis
La Terre Promise
1976 Derrière L'Amour
Hamlet
1977 C'Est La Vie
1978 Solitudes à Deux
1979 Hollywood
1980 À Partir De Maintenant
1981 En Pièces Détachées
Pas Facile
1982 Quelque Part Un Aigle
La Peur
1983 Entre Violence Et Violon
1984 Drôle De Métier
Spécial Enfants Du Rock
En V.O..
1985 Rock'N'Roll Attitude
1986 Gang
1989 Cadillac
1991 Ça Ne Change Pas Un Homme
1994 Rough Town
1995 Lorada
1996 Destination Vegas
1998 Ce Que Je Sais
1999 1 Sang Pour Sang
2002 1 A La Vie A La Mort
2005 1 Ma Vérité
2007 1 Le Coeur D'Un Homme
2008 1 Ça Ne Finira Jamais
2011 2 Jamais Seul
2012 2 L'Attente
2014 2 Rester Vivant
2015 2 De L'Amour
1963 D'Où Viens-Tu Johnny ?
1965 Johnny Lui Dit Adieu
1976 In Italiano
1981 Black Es Noir
1961 Johnny Et Ses Fans Au Festival...
1962 Johnny à L'Olympia (Olympia 19...
1964 Olympia 1964
1967 Olympia 67
Johnny Au Palais Des Sports
1969 Que Je T'Aime (Palais Des Spor...
1971 Palais Des Sports 71
1976 Johnny Hallyday Story - Palais...
1979 Pavillon De Paris : Porte De P...
1981 Live
1983 Palais Des Sports 82
1984 Au Zénith
 

- Style : Dick Rivers
- Membre : Jean-jacques Goldman , Foreigner
 

 Johnny Hallyday - Le Site Officiel (593)

Johnny HALLYDAY - Johnny Hallyday Story - Palais Des Sports 76 (1976)
Par MARCO STIVELL le 9 Mai 2017          Consultée 470 fois

Le mois qui s'écoule de fin septembre à fin octobre 1976 est une période de spectacles à guichets fermés au Palais des Sports pour Johnny HALLYDAY. Cela lui permet de retrouver sa scène favorite et à la fois une scène parisienne tout court, car depuis le fiasco tristement mémorable du Johnny Circus en 72, cela n'avait plus été le cas pendant cinq ans, sauf quand il a aidé Bruno Coquatrix et l'Olympia en 73. Aussi, lui qui avait des doutes sur l'envie de poursuivre sa carrière après ses problèmes fiscaux un an plus tôt, le voilà pleinement relancé, également grâce au succès de son dernier album en date, Derrière l'Amour.

Il le dit au début du spectacle, après un "Bonsoir !" qu'il avait remarquablement manqué de faire pour le live précédent en 71. Il est allé tenter une nouvelle vie aux Etats-Unis avec sa famille, mais l'envie de revenir en France était trop forte ! "Plus d'un an que j'attends d'être avec VOUS et de chanter pour VOUS !". Après une intro rhythm'n'blues pépère, ça attaque sec avec "Da Dou Ron Ron" et un solo de René Morizur au sax, alors que Rolling Azoulay reste vague. Même si Johnny le présente bravement à la fin, il vit ses derniers instants dans le groupe du patron.

Le début du concert fait un peu peur, avec une mollesse certaine dans les arrangements de ce premier morceau, et la voix de HALLYDAY qui donne l'impression d'être malade et de se traîner un peu sur "Retiens la Nuit". Bon, il faut dire qu'enchaîner les dates et les projets ne peut pas toujours lui réussir, et il n'en est pas à s'écrouler de fatigue comme à Alençon trois ans plus tôt. Côté scène, il met le paquet pour les deux cent mille personnes venues l'écouter (un record absolu pour l'époque). Suivant son "show de l'an 2000" en 69, par l'entremise de Bernard Lion (ancien producteur de l'émission Le Petit Rapporteur), il emploie des cascadeurs, des danseuses et danseurs, des motards sur "La Bagarre", des lumières sophistiquées, des effets Lasers...

À la fin, il parle d'un certain monsieur (Jacques) Rouveyrollis qui s'occupe des "lights" aux côtés de monsieur Diot, sans se douter que ce monsieur s'occupera de tous ses concerts ou presque jusqu'en 2009. De même, noyé parmi les choeurs, un certain Erick Bamy, sa future doublure vocale au teint antillais ! Le claviériste Jean-Marc Deuterre se charge de la réalisation, avec plus ou moins de réussite, souvent plus quand même. La massive et brillante section cuivres (Pierre Ploquin, trompettiste des Blackburds, le groupe de Johnny en 66-68, est présent, tandis que son frère Jacques est cette fois aux choeurs) est parfois hors-sujet comme sur "Si J'étais Charpentier", que Johnny dédie à toutes les filles et les femmes qu'il a connues dans sa vie. "Le Pénitencier" version deux claviéristes (piano Wurlitzer d'un côté et solo de synthé de l'autre) est plutôt bancale...

Ce live est surtout l'occasion de retrouver partiellement un Johnny rock'n'roll, après son dernier album très variété, et réserve la première partie du concert aux années 60, enchaînant les tubes et proposant deux longs medleys qui n'ont rien à voir avec ceux de son retour de l'armée dix ans plus tôt. Les morceaux y sont souvent joués en entier, comprennent des interactions avec le public comme sur "Les Coups" où il fait chanter séparément les femmes et les hommes et en profite pour faire son gros macho provocateur : "Y a pas à dire, nous sommes quand même le sexe fort !".

De ce côté-là, ce n'est que du bonheur, De "La Terre Promise" à "I Got a Woman", de "Pour Moi la Vie Va Commencer" à "Toute la Musique Que J'aime", on entend Rolling se lâcher tandis que Marc Bozonnet jongle avec sa pedal-steel. Les cuivres pétaradent et les choristes reviennent là où on ne les attend pas. C'est un très bon concert, très complet - ce que permet le support double album plus facilement pour sûr -, avec aussi des élans instrumentaux fiévreux (l'intro de "La Bagarre", la reprise du "Watermelon Man" d'Herbie HANCOCK), de très bon passages country ("Né Pour Vivre Sans Amour", "Joue Pas de Rock'n'Roll Pour Moi") et de variété pure : "Que Je T'aime", "Rendez-Vous en Enfer"... Il n'y a plus la fraîcheur des dix premières années, le spectacle devient une grosse machinerie, mais ce n'est pas plus mal et cela annonce l'avenir.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


SOUSBOCK
Et Puis ? (2014)
Pop-rock français




Alain SOUCHON
C'est Déjà Ça (1993)
Grande référence de la chanson française.


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Johnny Hallyday (chant, guitare)
- Jean Pierre 'rolling Azoulay (guitare solo)
- Marc Bozonnet (guitare rythmique, pedal-steel)
- Gérard Mondon (basse)
- Alan Weiss (batterie)
- Gilles Perrin (percussions)
- Claude Arini (piano, synthétiseur)
- Jean-marc Deuterre (pianos, synthétiseur)
- Erick Bamy (choeurs)
- Jacques Ploquin, Claudia Alexandre (choeurs)
- Jocelyne Lacaille, Pierrette Bargoin (choeurs)
- Geoffrey Reynolds, Pierre Ploquin (trompette)
- Guy Marco, Alfred Hovsepian (trompette)
- Christian Guizien, Hamid Belhocine (trombone)
- Jean Costa, Marc Steckar (trombone)
- Christian Fourquet (trombone)
- Serge Roux, Michel Gaucher (saxophones)
- Jean-louis Chautemps (saxophones)
- René Morizur (saxophone ténor, flûte, choeurs)


1. Introduction (présentation Spectacle)
2. Da Dou Ron Ron
3. Elle Est Terrible
4. Medley : Tes Tendres Années, Retiens La Nuit
5. L'idole Des Jeunes
6. I Got A Woman
7. Johnny, Reviens !
8. Si J'étais Un Charpentier
9. Le Pénitencier
10. Hey Joe
11. Medley Pour Moi La Vie Va Commencer
12. Jusqu'à Minuit
13. Je Suis Seul
14. Noir C'est Noir
15. La Bagarre (bonus Cd)
16. Introduction Instrumentale (bonus Cd)
17. 37e étage
18. Que Je T'aime
19. La Fille De L'été Dernier
20. Requiem Pour Un Fou
21. Joue Pas De Rock'n'roll Pour Moi
22. Présentation Des Musiciens
23. Né Pour Vivre Sans Amour
24. Rendez-vous En Enfer (bonus Cd)
25. Gabrielle
26. Derrière L'amour
27. Ma Chérie, C'est Moi
28. La Terre Promise
29. La Musique Que J'aime



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod