Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1960 1 Hello Johnny
1961 Nous Les Gars, Nous Les Filles
Tête à Tête Avec Johnny Hallyd...
Viens Danser Le Twist
Salut Les Copains !
1962 Retiens La Nuit
Sings America's Rockin' Hits
Madison Twist
1963 L'Idole Des Jeunes
Les Bras En Croix
Da Dou Ron Ron
1964 Les Guitares Jouent
1 Johnny, Reviens ! Les Rocks...
Le Pénitencier
1965 Hallelujah
Johnny Chante Hallyday
1966 La Génération Perdue
1967 Johnny 67
1968 Jeune Homme
Rêve Et Amour
1969 1 Rivière... Ouvre Ton Lit
1970 Vie
1971 1 Flagrant Délit
1972 Country, Folk, Rock
1973 Insolitudes
1974 Je T'Aime, Je T'Aime, Je T'Aim...
Rock'N'Slow
1975 Rock à Memphis
La Terre Promise
1976 Derrière L'Amour
Hamlet
1977 C'Est La Vie
1978 Solitudes à Deux
1979 Hollywood
1980 À Partir De Maintenant
1981 En Pièces Détachées
Pas Facile
1982 Quelque Part Un Aigle
La Peur
1983 Entre Violence Et Violon
1984 Drôle De Métier
Spécial Enfants Du Rock
En V.O..
1985 Rock'N'Roll Attitude
1986 Gang
1989 Cadillac
1991 Ça Ne Change Pas Un Homme
1994 Rough Town
1995 Lorada
1996 Destination Vegas
1998 Ce Que Je Sais
1999 1 Sang Pour Sang
2002 1 A La Vie A La Mort
2005 1 Ma Vérité
2007 1 Le Coeur D'Un Homme
2008 1 Ça Ne Finira Jamais
2011 2 Jamais Seul
2012 2 L'Attente
2014 2 Rester Vivant
2015 2 De L'Amour
1963 D'Où Viens-Tu Johnny ?
1965 Johnny Lui Dit Adieu
1976 In Italiano
1981 Black Es Noir
1961 Johnny Et Ses Fans Au Festival...
1962 Johnny à L'Olympia (Olympia 19...
1964 Olympia 1964
1967 Olympia 67
Johnny Au Palais Des Sports
1969 Que Je T'Aime (Palais Des Spor...
1971 Palais Des Sports 71
1976 Johnny Hallyday Story - Palais...
1979 Pavillon De Paris : Porte De P...
1981 Live
1983 Palais Des Sports 82
1984 Au Zénith
 

- Style : Dick Rivers
- Membre : Jean-jacques Goldman , Foreigner
 

 Johnny Hallyday - Le Site Officiel (604)

Johnny HALLYDAY - Solitudes à Deux (1978)
Par MARCO STIVELL le 5 Juin 2017          Consultée 428 fois

Au début de l'année 1978, le mariage de Sylvie et de Johnny bat de l'aile et plus que jamais, sauf pendant les deux années et demie qu'ils tiendront encore on ne sait comment avant de divorcer. Le nouveau disque annonce la couleur, Solitudes à Deux. Tant qu'à faire et pour paraître un brin cynique, sur la jolie photo de la pochette, ce n'est pas Sylvie qui apparaît, mais un chien. "Une compagnie qui ne déçoit jamais" comme disent certaines personnes, hommes ou femmes.

Dans cette ambiance tristoune, HALLYDAY publie un album uniforme en ce qui concerne le thème, mais hybride sur le plan musical. Une face ballades, une face rock. Délaissant Jacques Revaux, Johnny s'en remet à son beau-frère Eddie Vartan, plus ou moins absent depuis le milieu des années 60 et qui en marge du couple de soeur, continue encore de travailler sur les albums du patron pour quelques années. Pas d'allusion-réponse à ce grand coquin d'ANTOINE cette fois, qui vient de tâcler à nouveau Johnny dans "Les Elucubrations Revisited". Face à l'insistance, le silence.

À Boulogne-Billancourt, une fois de plus, on nomme des orchestres, celui de Benoit Kaufman et, dans une moindre mesure, celui de Roger Loubet pour la face A. Les musiciens ne sont pas connus, dommage car il y a un effort réel en ce sens, même si la qualité du disque est vacillante, allant de pair avec le changement de style d'une face à l'autre.

Le début propose de belles guitares acoustiques avec un son clinquant, des envolées de cordes, des claviers d'époque qui restent discrets. Il y a cette couleur de fin des années 70 due au succès des EAGLES etc, et que l'on retrouve sur tant d'albums. Johnny chante la solitude, le marasme de la séparation amoureuse, avec suffisamment de beauté d'ensemble pour que ce ne soit pas trop plombant non plus.

"Et moi je vais passer la nuit dans le jardin à compter les étoiles, ça ira mieux demain !" C'est du Didier BARBELIVIEN de façon très concrète, puisque le monsieur démarre véritablement sa carrière dans ces années-là et en tant qu'auteur-compositeur (il participe au premier LP de Philippe LAVIL au même moment). On peut parler de réussite dans une certaine mesure, et ce titre d'ouverture introduit une première partie formidable.

La touche crépusculaire et quasi-angélique des mélodies de ces cinq premières chansons est un régal avec beaucoup de poésie et de fragilité, de tonalités folk-country subtilement dosées, y compris au niveau des choeurs pourtant massifs. Johnny chante élégamment, rejoint par un harmonica ("Salut Charlie", que le narrateur dédie à un ami disparu) ou une guitare électrique aérienne, l'ouverture aux synthés de "Revoilà Ma Solitude" s'accorde avec le lyrisme des mots.

La seconde face peut sembler, du coup, bien superflue. On retrouve le Johnny rock là où on ne l'attendait pas et où on l'espérait même moins que d'habitude. Certes, cela rythme le disque, la division en deux styles distincts est originale, le disco s'en mêle vaguement, Michel Mallory (rare sur la première face) retrouve sa place d'auteur/adaptateur attitré.

Cependant, cette facette de Johnny s'essouffle pas mal en 78. Le choriste Erick Bamy fournit deux titres aussi peu passionnants que celui de l'album précédent, même si "Un Coup Pour Rien" a un bon rythme. Les saxos sont aussi présents que les guitares et Johnny use d'une certaine forme de colère. D'ailleurs, "Le Pétrole" n'a rien à voir avec l'amour, le patron y tient un discours à l'américaine mais au vitriol, mentionnant la crise et la marée noire encore récente en Bretagne.

Il y a peu de choses à retenir des six dernières chansons, même pas de la fraîcheur car ce disque reste très produit et l'inspiration n'est pas vraiment au rendez-vous. "Lolita" possède un bon rythme toujours dans la vague "Gabrielle", le texte de "Je Vous la Donne" permet à Johnny de créer une ouverture chaleureuse vers son public après ces instants de solitude. Un album entre-deux donc, même si la première face le maintient à un niveau mieux que moyen.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


ZAZIE
Cyclo (2013)
Noir c'est noir.




Johnny HALLYDAY
Ça Ne Change Pas Un Homme (1991)
Retour à un son plus roots


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Johnny Hallyday (chant)
- Roger Loubet (direction d'orchestre)
- Benoît Kaufman (direction d'orchestre)


1. Elle M'oublie
2. Salut Charlie
3. La Fille Du Square
4. Cet Homme Que Voilà
5. Revoilà Ma Solitude
6. La Première Pierre
7. Va Te Cacher
8. Lolita
9. Un Coup Pour Rien
10. Le Pétrole
11. Je Vous La Donne



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod