Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

Commentaires (5)
Questions / Réponses (1 / 8)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


1960 1 Hello Johnny
1961 Nous Les Gars, Nous Les Filles
Tête à Tête Avec Johnny Hallyd...
Viens Danser Le Twist
Salut Les Copains !
1962 Retiens La Nuit
Sings America's Rockin' Hits
Madison Twist
1963 L'Idole Des Jeunes
Les Bras En Croix
Da Dou Ron Ron
1964 Les Guitares Jouent
1 Johnny, Reviens ! Les Rocks...
Le Pénitencier
1965 Hallelujah
Johnny Chante Hallyday
1966 La Génération Perdue
1967 Johnny 67
1968 Jeune Homme
Rêve Et Amour
1969 1 Rivière... Ouvre Ton Lit
1970 Vie
1971 1 Flagrant Délit
1972 Country, Folk, Rock
1973 Insolitudes
1974 Je T'Aime, Je T'Aime, Je T'Aim...
Rock'N'Slow
1975 Rock à Memphis
La Terre Promise
1976 Derrière L'Amour
Hamlet
1977 C'Est La Vie
1978 Solitudes à Deux
1979 Hollywood
1980 À Partir De Maintenant
1981 En Pièces Détachées
Pas Facile
1982 Quelque Part Un Aigle
La Peur
1983 Entre Violence Et Violon
1984 Drôle De Métier
Spécial Enfants Du Rock
En V.O..
1985 Rock'N'Roll Attitude
1986 Gang
1989 Cadillac
1991 Ça Ne Change Pas Un Homme
1994 Rough Town
1995 Lorada
1996 Destination Vegas
1998 Ce Que Je Sais
1999 1 Sang Pour Sang
2002 1 A La Vie A La Mort
2005 1 Ma Vérité
2007 1 Le Coeur D'Un Homme
2008 1 Ça Ne Finira Jamais
2011 2 Jamais Seul
2012 2 L'Attente
2014 2 Rester Vivant
2015 2 De L'Amour
1963 D'Où Viens-Tu Johnny ?
1965 Johnny Lui Dit Adieu
1976 In Italiano
1981 Black Es Noir
1961 Johnny Et Ses Fans Au Festival...
1962 Johnny à L'Olympia (Olympia 19...
1964 Olympia 1964
1967 Olympia 67
Johnny Au Palais Des Sports
1969 Que Je T'Aime (Palais Des Spor...
1971 Palais Des Sports 71
1976 Johnny Hallyday Story - Palais...
1979 Pavillon De Paris : Porte De P...
1981 Live
1983 Palais Des Sports 82
1984 Au Zénith
 

- Style : Dick Rivers
- Membre : Jean-jacques Goldman , Foreigner
 

 Johnny Hallyday - Le Site Officiel (605)

Johnny HALLYDAY - Jamais Seul (2011)
Par ERWIN le 10 Avril 2011          Consultée 5339 fois

Commençons par solder nos comptes : nous voici en face du 47ème album de l’icone de la chanson française, je n’ose dire rock ou variété, restons donc évasifs. Ouais, 47, ça en fait des chansons, en près de 50 ans de carrière, dieu du ciel ! Fidêle à ses vieilles habitudes, la vieille machine de guerre est allée s’acoquiner avec le compositeur frenchy « du moment », le fiston Chedid, plus communément connu sous l’onomathopée de « M », M comme le « Mec » qui cherche son identité confusément, un peu partout, qui ne s’en sort plus d’une schizophrénie rampante même pas diagnostiquée par les cadors comme notre bon Filou Manœuvre plus dézingué que jamais, plus vendu que jamais… Bref, nous voici avec dans les esgourdes un album de « M » -ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit !-, accessoirement chanté par un grand père camé jusqu’au bout des ongles… Ca commence bien !

Un petit mot sur la pochette, après avoir frolé la mort -physique hein, la cérébrale a eu lieu il y a déjà bien longtemps-, à 67 ans et dans un état de délabrement qu’on imagine à peine, le Jojo veut tout de même poser tel un jeune premier : le cheveu blondin comme aux plus beaux jours, les muscles saillants… Un cauchemar.

Enfin, une bonne partie de l’intelligentsia française s’exclame, s’époumone ou s’esbaudie devant les talents de gratteux et de musicos du titounet M. Il faut immédiatement rétablir une réalité malheuresement galvaudée par des bobos parisiens, plus calés dans l’analyse boursière que dans la technique guitaristique… « M » donc, pas Maudit pour un sou, plutôt né sous une bonne étoile, est un musicien tout ce qu’il y a de plus honnête, mais allons, soyons raisonnables : Johnny a eu Jimmy Page, Patrick Rondat, Nono ou Mick Jones comme gratteux, mettez un « M » au beau milieu de cet aréopage et vous découvrirez aisèment les lettres à ajouter pour le qualifier - 4 lettres dont 2 « E », zavez deviné ? Donc, après avoir eu un léger haussement de sourcil en regardant sur Anal pluche le Johnny accompagné de son « M », de les avoir vus s’envoyer des fleurs à la tronche et de se léchouiller réciproquement les testicules pendant quelques minutes aussi insipides que ridicules, il faut revenir un instant sur notre bonne vieille terre : analysons le skeud.

Le morceau d’ouverture « Paul et Mick » nous propose des paroles à la limite du grandguignolesque, on devine qu’il s’agit de Macca et Jagger dont il est ici question mais sincèrement je ne souhaite même pas en savoir plus. Ensuite, nous avons ce petit riff sympa qu’est « Guitar hero »… Est-ce un hommage, un gage d’auto- reconnaissance du génie de « M » par lui-même ? Dieu seul le sait, mais le résultat est consternant. Avec « Tanagra » et « Les herbes folles », on respire, on se demande de quoi il s’agit, une musique vide, des paroles insipides. Dieu que c’est laid ! Beaucoup de textes sont directement connectés au naturel : la respiration, l’eau, la nuit ; d’ailleurs « J’inspire » porte bien son nom et est considérablement plus « inspirée », j’aime assez, le riff dépote vraiment avec une ambiance désertique sépulcrale à la Doors. « La douceur de vive », sur le même thème, est totalement ratée, avec des effets de gratte qui ferait recaler un postulant de 13 ans pour sa première audition.

Alors « Jade dort »… C’est bien sur de sa petite fille dont il est question… « J’additionne, j’adore regarder Jade quand elle dort »… La je sais même plus quoi dire, pour un peu, j’en aurais presque de la peine… Qu’est-ce à dire… ? Bon c’en devient déprimant. Le petit rythme countrysant de « Vous n’aurez pas ma peau » rapproche le Jojo de Chris Isaak, à ceci près qu’il n’a pas une once du « smooth » du surfeur californien… C’est donc raté la encore… Pppfff, dur…. Keskynoureste ? heu… « Dandy »… Non je dirai rien, ne me forcez pas… On va terminer sur le duo avec « M », ça s’appelle « England », et ça ressemble comme deux gouttes d’eau aux premiers singles de Mathieu –finalement je préfère l’appeler comme ça, sinon ya rien à faire je pense à « M » comme « M…. » ! c’est terrible-. La chanson est nullissime mais égaillée par un joli solo de guitare du petit, sa voix en revanche est proche de la crécelle, une vraie catastrophe les zenfants.

Vous aurez compris en substance ma pensée, enfin au moins l’idée générale. Tout ceci est consternant, et « M » a dut composer "ça" en s’adonnant à des activités annexes multiples, variées et surtout peu recommandables… Johnny est inexistant dans cet album. Sa fameuse voix est desservie, ruinée par une multitude de compositions toutes plus insipides les unes que les autres, je ne parviens à sauver de cette déroute que « J’inspire ».

Conclusion : il est plus que temps de songer à la retraite amigo. Pour « M » je sais pas, c’est plus complexe, je ne parviens sans doute pas à saisir le génie du personnage, je suis surement abominablement jaloux.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par ERWIN :


Johnny HALLYDAY
Sang Pour Sang (1999)
David pour Johnny

(+ 1 kro-express)



Julien CLERC
Utile (1992)
Magnifique !


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
   GEGERS
   MARCO STIVELL

 
   (3 chroniques)



Non disponible


1. Paul Et Mick
2. Guitar Hero
3. Dandy
4. La Douceur De Vivre
5. Jamais Seul
6. Vous N’aurez Pas Ma Peau
7. Tanagra
8. J’inspire
9. Les Herbes Folles
10. Ces Deux-là
11. Elle A Mis De L’eau *1england
12. Jade Dort



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod