Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dick Rivers
- Membre : Jean-jacques Goldman
 

 Johnny Hallyday - Le Site Officiel (483)

Johnny HALLYDAY - Le Coeur D'un Homme (2007)
Par ERWIN le 21 Mars 2017          Consultée 208 fois

Le seul et unique sujet des albums de Johnny, c'est lui-même. On ne change pas une méthode qui marche, et ça continue donc dans ce genre redoutable pour les intellectuels de notre temps. Cette fois, c'est le bon coeur de notre Jojo qui est en exergue dans ce skeud, son 46eme. Le quidam moyen sera rassuré de constater que Jaunie symbolise son coeur comme une guitare nationale américaine, soit le roots du roots de la musique populaire. Comme il le dit régulièrement "elle vient de là, elle vient du blouze", et comme un artiste lambda, le voilà qui attend son tour pour proposer son tour de chant à quelques pékins dans un bar du middle west. Ma foi, pourquoi pas ? Faut être naïf tout de même !

Bon, pour éviter tout malentendu, je vous renvoie aussi à ma chronique du Amicalement blues THIEFAINE - PERSONNE de cette même année, opus qui avait au départ été composé par la paire pour le Jojo. Comme vous pouvez le constater, la philantropique maison de disque n'a point souhaité retenir les compositions en question. On retrouve donc les classiques contributeurs des albums de Johnny : Golemanas, Blondin et Mallory, la nouvelle paire Cassar - Vernereit se taillant la part du lion.

"Always" lance la ronde des singles. Certes, ce n'est pas vilain, mais l'emploi du Français pour cette forme de folk acoustique est préjudiciable à la chanson, d'ailleurs le titre, lui, est en Anglais... La national proposée par Mallory sur "Chavirer les foules" dans un copier coller presqu'absolu sur le standard "Toute la musique que j'aime" est pas vilain, mais ressemble fort à une revisite. Toujours cette même ambiance grands espaces sur le dernier single "Que restera-t-il", mais les paroles carrément indigentes de la chanson lui portent un grave préjudice, on a envie de rire en l'entendant. C'est trop produit, trop lisse, ça manque de roots justement !

Evidemment, ce n'est pas avec un titre intitulé "Monument valley" que ça risque de changer. Ouais c'est bien fichu, mais toute cette pseudo ambiance de western "en Français" me tape sur le système. C'est vraiment problématique. Imaginez un instant des Américains glorifier la culture française avec baguettes, accordéon et béret. Ouais : grotesque, je vous le fais pas dire. Toutefois, il faut imaginer ces compos avec un chant "américain", cela aurait certainement une gueule terrible.

Et ça continue : un pseudo folk rural à la SEASICK STEVE sur "Etre un homme". un blues qui se veut roots avec "Laquelle de toi", puis Jojo reprend le classique "Sarbacane" du pote Francis d'Astaffort. Pas mal, mais malgré la puissance de la voix, je préfère la version de CABREL qui ne rend pas la compo "Américaine". Enfin, on prend avec le dernier titre "I am the blues" - quelle modestie tout de même ! - toute l'étendue de l'incapacité de Johnny HALLYDAY à chanter en Anglais. Malgré des efforts évidents, le résultat est inécoutable.

Quelques incursions dans son fond de commerce habituel : "Je reviendrai dans tes bras", au refrain bien achalandé, où on retrouve Paul PERSONNE à la gratte, pas de hasard. "Enfin, un petit riff sur "Ma vie" qui tient la route, et comme on est tous passionnés par la vie de Jean-Phi, il en rajoute avec le slow "Ce que j'ai fait de ma vie". Mais, je ne vois pas en quoi cette chanson pourrait plaire à d'autres que des fans ultras de l'icône. Rien de bien transcendant.

Il faut se rendre à l'évidence, Johnny est francophone et ne sera jamais, malgré son pseudo, malgré ses revendications, autre chose qu'un petit chanteur de notre hexagone. Son précarré, c'est la variété ultra produite proposée par les grands compositeurs du genre français. Pas de doute, c'est là que sa voix et sa personnalité s'expriment le mieux, il peut y exceller. En revanche, lorsqu'il s'agit de faire de "l'américain", malgré tout le talent de l'entourage, cela sonne emprunté, inadéquat. Et enregistrer tout ça à Nashville ou à Burbank ne lui donnera jamais cette identité.

La morale de l'histoire, c'est qu'on ne fera jamais d'une Renault une Cadillac.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par ERWIN :


Véronique SANSON
D'un Papillon à Une étoile (1999)
A michel




Julien CLERC
Julien (1997)
Un prénom que tout le monde connait


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Monument Valley
2. Etre Un Homme
3. Always
4. Chavirer Les Foules
5. Vous Madame
6. Je Reviendrai Dans Tes Bras
7. Que Restera-t-il
8. T'aimer Si Mal
9. Ma Vie
10. Laquelle De Toi
11. Sarbacane
12. Ce Que J'ai Fait De Ma Vie
13. I Am The Blues



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod