Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dick Rivers
- Membre : Jean-jacques Goldman , Foreigner
 

 Johnny Hallyday - Le Site Officiel (511)

Johnny HALLYDAY - Sings America's Rockin' Hits (1962)
Par MARCO STIVELL le 9 Mars 2017          Consultée 406 fois

On a beaucoup parlé de Johnny il y a quelques années, quand son changement de nationalité a résonné comme un désamour pour la France. Il n'a pas attendu les années 2000 pour montrer qu'il était d'ailleurs, et sans lui prêter de telles intentions à ce moment-là, c'est aussi sur un coup de tête qu'il se barre aux Etats-Unis en 1962, avec sa nouvelle chérie Sylvie pour le soutenir.

L'idée est d'enregistrer un album de standards country/rock'n'roll à Nashville, Tennessee en s'appuyant sur de grands musiciens. Et, grande première pour le marché français, ce disque est uniquement chanté en anglais. On connait la délicatesse des oreilles du public de l'Hexagone, et pour ne pas que ce disque fasse un flop monstrueux, Philips le fait publier dans de nombreux pays anglo-saxons, mais aussi latins (Italie, Espagne, Pérou, Chili, Argentine), des Pays-Bas jusqu'en Israël et même au Japon.

Les musiciens sont des requins de studio, certains jouissent d'une certaine popularité à l'internationale, comme les Jordanaires, choristes du King Elvis PRESLEY, l'harmoniciste Charlie McCoy qui a brillé auprès de Roy ORBISON. Le saxophoniste Homer "Boots" Randolph grave un an plus tard le célébrissime solo du générique du Benny Hill Show. Quand on vous dit que Johnny sait s'entourer...

Peut-être que parfois, justement, il sait trop bien s'entourer, par rapport à ce qu'il est capable de faire. On n'est plus dans un studio parisien avec des musiciens certes talentueux mais d'un autre contexte, d'une autre influence. Là, on est à Nashville, le sacro-saint sanctuaire de la musique américaine qui s'étend jusqu'au sud du Mississippi. Bon c'est vrai que des jeunes français qui n'ont pas vingt ans et qui se retrouvent avec une telle responsabilité, il n'y en a guère...

Est-ce une simple déclaration enflammée à ses amours artistiques, ou est-ce qu'il y a volonté pour notre Johnny d'accomplir un tour de force afin de charmer Sylvie qui regarde derrière la vitre du studio ? Parce que, si son attention est détournée ou non, en dépit de sa voix magistrale et de son talent d'interprète, il apparaît comme encore amateur, notre blondinet. Pas tout le temps bien sûr, en atteste sa reprise correcte du torride "Maybellene".

Mais l'accent Johnny, l'accent ! Certes, il n'aura jamais cette qualité première, mais là, c'est particulièrement flagrant, dès le début de l'album. C'est en grande partie ce qui fait qu'une telle reprise de "Blueberry Hill" apparaît indigente, Fats DOMINO ne s'en relèvera pas la nuit. Musicalement, les musiciens sont au top, alors que notre ami a parfois du mal à les suivre. Il y a une sorte d'impureté dans un cocktail de maître, et c'est le goût principal qui en ressort, ça dénature. Les excellents soli de saxophone, de guitare ou d'harmonica, les choeurs non plus n'y changent rien.

On peut écouter pour le charme, Johnny crooner comme un blanc sur "I Got a Woman", loin de la fièvre de Ray CHARLES, rapprocher son timbre de celui de Johnny BURNETTE sur "You're Sixteen". Une tournée a lieu aux States, incluant un passage et un "Hey Pony" réussi au Ed Sullivan Show.

Quatre morceaux disparus car édités en singles dans certains pays seulement (Yougoslavie, Afrique du Sud) ajoutés lors de la réédition CD du disque, ce qui permet d'entendre "Retiens la Nuit" en version ballade western mignonnette ("Hold Back the Sun"). Ils sont même meilleurs que certains titres parus sur l'album, comme le prouve "Hound Dog".

3 étoiles, pour le côté inédit à l'époque, mais c'est bien payé.

A lire aussi en ROCK'N ROLL par MARCO STIVELL :


Johnny HALLYDAY
Les Guitares Jouent (1964)
"excuse-moi partenaiiiiiire..."




Johnny HALLYDAY
Johnny Et Ses Fans Au Festival De Rock'n'roll (1961)
Faux live


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Johnny Hallyday (chant)
- Jerry Kennedy, Grady Martin, Harold Brad (guitares)
- Bob Moore (basse)
- Buddy Harman (batterie)
- Floyd Kramer (piano)
- Ray Stevens (claviers)
- Boots Randolph, Billy Justis (saxophones)
- Charlie Mccoy (harmonica)
- Merry Melody Singers, The Jordanaires (choeurs)


1. Shake The Hand Of A Fool
2. Blueberry Hill
3. Hello Mary Lou
4. Feel So Fine
5. Take Good Care Of My Baby
6. Bill Bailey
7. I Got A Woman
8. Be Bop A Lula
9. You're Sixteen
10. Whole Lotta Shakin' Goin' On
11. Maybellene
12. Diana

- bonus
1. Hold Back The Sun (retiens La Nuit)
2. Garden Of Love
3. Hound Dog
4. Tender Years



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod