Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK-VARIéTé  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1960 1 Hello Johnny
1961 Nous Les Gars, Nous Les Filles
Tête à Tête Avec Johnny Hallyd...
Viens Danser Le Twist
Salut Les Copains !
1962 Retiens La Nuit
Sings America's Rockin' Hits
Madison Twist
1963 L'Idole Des Jeunes
Les Bras En Croix
Da Dou Ron Ron
1964 Les Guitares Jouent
1 Johnny, Reviens ! Les Rocks...
Le Pénitencier
1965 Hallelujah
Johnny Chante Hallyday
1966 La Génération Perdue
1967 Johnny 67
1968 Jeune Homme
Rêve Et Amour
1969 1 Rivière... Ouvre Ton Lit
1970 Vie
1971 1 Flagrant Délit
1972 Country, Folk, Rock
1973 Insolitudes
1974 Je T'Aime, Je T'Aime, Je T'Aim...
Rock'N'Slow
1975 Rock à Memphis
La Terre Promise
1976 Derrière L'Amour
Hamlet
1977 C'Est La Vie
1978 Solitudes à Deux
1979 Hollywood
1980 À Partir De Maintenant
1981 En Pièces Détachées
Pas Facile
1982 Quelque Part Un Aigle
La Peur
1983 Entre Violence Et Violon
1984 Drôle De Métier
Spécial Enfants Du Rock
En V.O..
1985 Rock'N'Roll Attitude
1986 Gang
1989 Cadillac
1991 Ça Ne Change Pas Un Homme
1994 Rough Town
1995 Lorada
1996 Destination Vegas
1998 Ce Que Je Sais
1999 1 Sang Pour Sang
2002 1 A La Vie A La Mort
2005 1 Ma Vérité
2007 1 Le Coeur D'Un Homme
2008 1 Ça Ne Finira Jamais
2011 2 Jamais Seul
2012 2 L'Attente
2014 2 Rester Vivant
2015 2 De L'Amour
1963 D'Où Viens-Tu Johnny ?
1965 Johnny Lui Dit Adieu
1976 In Italiano
1981 Black Es Noir
1961 Johnny Et Ses Fans Au Festival...
1962 Johnny à L'Olympia (Olympia 19...
1964 Olympia 1964
1967 Olympia 67
Johnny Au Palais Des Sports
1969 Que Je T'Aime (Palais Des Spor...
1971 Palais Des Sports 71
1976 Johnny Hallyday Story - Palais...
1979 Pavillon De Paris : Porte De P...
1981 Live
1983 Palais Des Sports 82
1984 Au Zénith
1988 Live à Bercy
2017 On A Tous Quelque Chose En Nou...
 

- Style : Dick Rivers
- Membre : Jean-jacques Goldman , Foreigner
 

 Johnny Hallyday - Le Site Officiel (615)

Johnny HALLYDAY - Palais Des Sports 82 (1983)
Par MARCO STIVELL le 13 Août 2017          Consultée 335 fois

Pour son dernier grand show au Palais des Sports de mi-septembre à la mi-novembre 1982, Johnny HALLYDAY reprend les choses où il les avait laissées en 1979 à la Porte de Pantin. Après le disque Live épuré de 1981, celui de janvier 83 nous présente à nouveau l'artiste en "grosse" production, orchestre rock massif, spectacle dantesque.

Le temps n'est plus à Star Wars (quoiqu'on attend alors la fin de la saga). Avec ses cheveux blonds et ses muscles saillants, Johnny se donne un air de Conan le Barbare habillé comme Mad Max. Cuir, maquillage aux yeux, fourrure énorme, guitare personnalisée en forme de hache ; viril, tendancieux et grandiloquent, comme il aime. Sur l'intro musicale signée Jean Renard, par ailleurs aussi risible que celle d'Hamlet pour rester dans les concepts, Johnny fait son entrée magistrale. À peine revenu du monde des ombres, il met le feu aux méchants qui l'attendaient en les pointant du doigt par des effets pyrotechniques.

À l'époque ça en faisait beaucoup rêver dans la salle, on s'en doute. Puisqu'on parle de rêve, une jolie et sexy demoiselle blonde en détresse apparaît sur "Le Survivant", et passe deux ou trois chansons à attendre sagement assise dans un coin. À bientôt 40 ans, Johnny se pose en sauveur, fantasme entier et incarné. Le spectacle, qui accompagne la sortie du disque La Peur (1982), a pour nom Fantasmhallyday (ça ne s'invente pas), et d'ailleurs la chanson écrite pour l'occasion n'est pas mal du tout. Le blues lent de "Fantasmes" reste un des meilleurs efforts de Pierre Billon pendant tout son temps avec Johnny - en collaboration avec Jean Renard -, et ce n'est pas peu dire.

Après une version médiocre de "Voyage au Pays des Vivants", le genre vite expédiée, il y a un interlude où Fantasmhallyday combat un vilain méchant barbu encore plus musclé et armé de chaînes. Ça finit en lutte armée collective, chiens, filles apeurées, torture pour Johnny capturé... Bref, du grand spectacle. On a peur que le visuel n'empiète trop sur la musique, trop de tout sauf de bonnes choses de ce côté-là.

De fait, la nouvelle chanson "Le Grand Banquet" n'est pas une franche réussite contrairement à "Fantasmes", une sorte de rock balourd conceptuel comme il en pullulait sur Hamlet. La lacrymale "Je N'oublierai Jamais", écrite et composée par Nicolas PEYRAC, est déjà plus convaincante, malgré des synthés très variété 80's en France. Les parties de batterie d'Alan Weiss sont, quant à elles, loin d'être les meilleures de Johnny en live.

La reprise du "Poème Sur la 7ème" n'est pas beaucoup plus brillante que l'originale, mais d'abord elle s'insère bien dans le spectacle (même s'il faut avoir le CD complet de 2003) et elle est prolongée par une variation rock instrumentale qui fait la transition entre les deux parties du concert. Car après cette première partie consacrée à La Peur, Mad Max et compagnie, le patron et les musiciens retrouvent un style visuel et musical beaucoup plus simple et épuré.

Les tubes classiques sont joués, même si le vinyle sorti en janvier 83 leur laisse peu de place, en dehors des medleys. Celui des morceaux soul/Motown est agréable, sans plus. Johnny est loin de cette époque désormais, ça se sent. Il est en bonne forme cependant, toujours la même puissance vocale et sex-appeal intact. On préfère le medley rock'n'roll, même si les solos de sax et ceux de Rocky à la guitare sont plus timides que ceux du live de 81. "Whole Lotta Shakin' Goin' On" n'a pas la flamboyance d'antan, mais elle fait son retour logique après le spectacle 76.

"Le Bon Temps du Rock'n'Roll", "Ma Gueule", "Oh ! Ma Jolie Sarah" et "Gabrielle" deviennent habituels et se laissent écouter, sans plus, ils ne manquent pas particulièrement sur le CD. Petite surprise au contraire, "Montpellier", témoignage rare en live d'une chanson de l'album Quelque Part un Aigle (1982), et assez sympa dans cette configuration country. "On se souvient du Palais des Sports en 1976, il était pas mal" dit Johnny au public, "nous voici en 1982, vous êtes magnifiques". Ce concert est pourtant moins marquant musicalement que visuellement, et encore grâce à sa première partie. Du coup, il vaut mieux voir la vidéo !

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


ZAZIE
Cyclo (2013)
Noir c'est noir.




RENAUD
Paris-provinces (1996)
Merci Renaud


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Johnny Hallyday (chant, guitare)
- Marc 'rocky' Demesleter (guitare solo)
- Bruno Victoire, Robert Tench (guitares)
- Mickey Feat, Roberto Briot (basse)
- Alan Weiss (batterie)
- Pierre Billon (percussions)
- Barney, Taobi, Jean Renard (claviers)
- Jean Costa (claviers, choeurs, orchestrations)
- Jean Mora, Lulu Di Napoli (synthétiseurs)
- Nicolas Payn, Michel Gaucher, Alain Hato (cuivres)
- Kako Bessot, André Laidli, Christian Fou (cuivres)
- Erick Bamy, Claude Thirifays, Jacques He (choeurs)
- Jacques Ploquin, Pierrette Bargoin (choeurs)
- Deborah Davis, Joniece Jamison (choeurs)


1. Prologue Fantasmhallyday (instrumental)
2. Fantasmes
3. Le Grand Banquet
4. Veau D'or Vaudou
5. La Peur
6. Le Survivant
7. Il Nous Faudra Parler D'amour Un Jour
8. Voyage Au Pays Des Vivants
9. Je N'oublierai Jamais
10. Cartes Postales D'alabama
11. Poème Sur La 7e (bonus Cd)
12. Final Instrumental (bonus Cd)

1. Medley - Les Coups, Jusqu'à Minuit, Je Suis Seul
2. Le Pénitencier (bonus Cd)
3. Montpellier
4. Oh ! Ma Jolie Sarah (bonus Cd)
5. Ma Gueule (bonus Cd)
6. Gabrielle (bonus Cd)
7. Je Suis Victime De L'amour
8. Medley - Da Dou Ron Ron, Elle Est Terrible Etc
9. Le Bon Temps Du Rock And Roll
10. Whole Lotta Shakin' Goin' On (bonus Cd)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod