Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dick Rivers
- Membre : Jean-jacques Goldman , Foreigner
 

 Johnny Hallyday - Le Site Officiel (500)

Johnny HALLYDAY - Johnny à L'olympia (olympia 1962) (1962)
Par MARCO STIVELL le 13 Mars 2017          Consultée 281 fois

Seconde performance de Johnny HALLYDAY à l'Olympia, ce disque live est enregistré les 24 et 25 octobre 1962. Depuis quelques mois, la guerre d'Algérie s'est terminée, et le chanteur n'a que peu fourni d'albums originaux.

En revanche, son groupe, les Golden Stars (avec qui il a enregistré deux EPs instrumentaux sympathiques), a pu se stabiliser enfin dès le début de l'année, et c'est avec lui que Johnny se produit sur scène. Il y a aussi la présence de l'orchestre pour quelques morceaux et notamment l'introduction du spectacle qui n'est autre que "Retiens la Nuit" repris en version swing.

Johnny propose ainsi un résumé de sa carrière en gardant le meilleur, même si on note l'absence de certains incontournables, "Souvenirs, Souvenirs" en tête, mais peut-être est-ce pour ne pas faire doublon avec le live du festival rock'n'roll sorti un an et demi plus tôt. À la place, on a quelques nouveautés comme "Elle Est Terrible" et "L'idole des Jeunes", déjà sous un très beau jour, mais dont nous aurons l'occasion de reparler.

La prestation étant filmée, il est intéressant de pouvoir assister au schéma des concerts de Johnny, alternant tempos rapides et lents, montée de fièvre jusqu'au sketch-danse "La Bagarre". Malgré son esprit bouffon, cette version n'a pas à rougir aux côtés de celle d'Elvis ("Trouble"), ou même dans un autre style tardif, celle de Suzi QUATRO. Elle est même marrante, Johnny fait son karaté avec ses collègues, se bat comme il le fera encore dans ses futurs shows et jusque dans Terminus, le gros nanard de science-fiction du milieu des années 80.

Malgré la maîtrise des musiciens, il y a parfois un sentiment de confusion dans certains soli de guitare dans les morceaux rapides ("C'est une fille comme toi" et surtout "Serre la Main d'un Fou"). Claude "Robbins" Djaoui, qui passe à la rythmique quelques mois plus tard, se révèle fort habile sur "Sam'di Soir" et l'instrumental "Rebel Rouser", sorti sur le premier EP des Golden Stars, qui permet à Johnny de sortir changer de chemise, après "La Bagarre" et avant de reprendre sa guitare pour finir le morceau en tant que soliste, chose rare. "J'aimerais bien en jouer comme lui, mais malheureusement je sais pas !", dit-il en présentant le brave Claude.

L'interaction avec les musiciens est bonne, y compris lors des morceaux dansés. Johnny teste leur niveau d'entrechat au moment du "Mashed Potatoes" ; Jean Tosan, Claude Djaoui et Antonio Rubio en prennent pour leur grade ! Rejoint par Conrad Springer et de jeunes danseuses, le groupe termine le morceau en ska, et Johnny remue à son tour sous l'hystérie générale.

Le public applaudit le début de "Retiens la Nuit", proposé dans une version plus lente, moins marquante. Le chanteur est approximatif et traîne trop. À l'inverse, "Pas Cette Chanson", qui figure dans l'album Madison Twist (sorti au mois de juin) est bouleversante. Johnny pleure pour de vrai, retire sa cravate.

Enfin, il y a les revisitations intéressantes, comme "Hey Baby!" mise sur un tempo jazzy ("Est-ce que tu veux être mon amie ? Juste pour la chanson !", les filles sont aux anges) et "Let's Twist Again", plus rock et mieux calé dans un registre vocal à la Johnny. Ce n'est encore rien par rapport au final, "I Got a Woman" où il ne tient plus en place, éructe, prend le pied de micro, ouvre sa chemise, embrasse sa guitare, se roule par terre, va serrer la main des hommes du public et faire la bise aux femmes, avec un supplément langoureux dans le cou pour la plus jolie assise devant.

Un concert classique de Johnny HALLYDAY, encore si jeune et pourtant bien rôdé, dans le grand temple de l'Olympia. Il fera mieux, assurément, en termes de show, mais quand même, chapeau.

A lire aussi en ROCK'N ROLL par MARCO STIVELL :


Johnny HALLYDAY
Les Guitares Jouent (1964)
"excuse-moi partenaiiiiiire..."




Johnny HALLYDAY
Johnny Et Ses Fans Au Festival De Rock'n'roll (1961)
Faux live


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Johnny Hallyday (chant, guitare)
- Claude Robbins Djaoui (guitare)
- Antonio Rubio (basse)
- Marc Hemmler (piano, orgue)
- Jean Tosan (saxophones)
- Louis Belloni (batterie)
- + L'orchestre De L'olympia Dirigé Par Da


1. Introduction Medley Orchestre
2. Laissez-nous Twister
3. Elle Est Terrible
4. L'idole Des Jeunes
5. C’est Une Fille Comme Toi
6. Dans Un Jardin D’amour
7. Serre La Main D’un Fou
8. Pas Cette Chanson
9. Sam’di Soir
10. Retiens La Nuit
11. La Bagarre / Statics
12. Rebel Rouser
13. Présentation Des Musiciens
14. Hey ! Baby
15. C’est Le Mashed Potatoes
16. Comme L’été Dernier
17. Viens Danser Le Twist
18. Tout Bas, Tout Bas, Tout Bas
19. I Got A Woman



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod