Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-SOUL FRANçAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dick Rivers
- Membre : Jean-jacques Goldman , Foreigner
 

 Johnny Hallyday - Le Site Officiel (537)

Johnny HALLYDAY - Johnny 67 (1967)
Par MARCO STIVELL le 28 Avril 2017          Consultée 242 fois

En 1967, Johnny HALLYDAY a repris du poil de la bête après deux années difficiles, avec "Cheveux Longs et Idées Courtes" il a détrôné ANTOINE qui l'avait provoqué à travers ses "Elucubrations", par un succès égal et consécutif. Une partie du public et de la presse rock salue son retour avec le magnifique album La Génération Perdue, même si les ventes peinent toujours à décoller (25ème au hit-parade, ce n'est pas cher payé). Il enregistre "Les Chevaliers du Ciel", bande originale du téléfilm éponyme, un bon cru dans un domaine de commande.

Vient ensuite ce nouvel album avec sa pochette mi-photo mi-dessin et notre star en uniforme dans un portrait décalé. Elle semble rendre hommage au disque des BEATLES qui bouleverse le monde de la musique pop. Ils n'ont pourtant qu'un mois de différence, Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band est de juin, Johnny 67 est de juillet. Et en revanche, pour ce qui est de la renommée ou de la réussite musicale, c'est une autre paire de manches !

Johnny 67 n'est pas un mauvais album, loin de là, mais il est comme une sorte de retombée dans un étalage d'oeuvres qui peuvent constituer une période âge d'or pour HALLYDAY, de manière continue. Beaucoup disent que la fin des années 60-début 70 reste ce qu'il a fait de mieux, voire de bien tout court, mais seuls les disques de 69 et de 71 sont mentionnés. Pour moi, cela part de La Génération Perdue en 66 et grimpe jusqu'à 72-73. Sauf pour ce disque, donc.

Il est rare d'entendre Johnny chanter aigu en forçant, et c'en est parfois déstabilisant, comme sur la relecture pourtant honorable de "Knock on Wood", "Aussi dur que du Bois". Les Memphis Horns, ou section cuivres-phare de la maison Stax, sont de la partie, ainsi que sur "Lettre de Fans".

"Aussi Dur que du Bois" permet à Johnny de s'afficher en personne indépendante et désinvolte par rapport aux sentiments amoureux. Ce qui est d'autant plus remarquable que l'exercice, pourtant géré par deux paroliers différents (ici Georges Aber, le breton avec qui notre blond favori travaille plus volontiers que durant ses premières années), est reproduit. Long Chris écrit dans le même thème sur "Je N'ai Jamais Rien Demandé". En tout cas de ce côté-là, c'est bien fait. La seconde est d'ailleurs une reprise façon Motown et un brin proprette des SMALL FACES, grandioses et avec qui Johnny travaillera dans plus d'un an.

Le tout début de l'album est marqué par les cuivres, mais pas ceux des Memphis Horns, ce sont bien les Blackburds. "Amour d'été" porte une nonchalance qui l'alourdit par rapport au glorieux "Love Me Tender", cela ne débute pas l'album sous les meilleures auspices même si ça reste sympathique. Heureusement, et même si Mick Jones se voit quelque peu supplanté par les cuivres, il y a "J'ai Crié à la Nuit", musique de Johnny et contrepied total des textes libérés mentionnés plus haut.

Il y a de forts beaux moments sur cet album. "Je M'accroche à Mon Rêve", avec le piano délicat de Raymond Donnez sur fond de cordes, nouvelle reprise de Tim HARDIN après l'éclatante "Si J'étais Charpentier". "La Petite Fille de l'Hiver" au chant de Johnny très doucereux sur des paroles de Long Chris, vraiment magnifique. Jones et Brown rythment excellemment "C'est Mon Imagination" (à la base des TEMPTATIONS), un moment épique et une adaptation de Georges Aber réussie. "Son Amour Pour un Jeu" est une autre perle cachée.

Peut-être cet album sonne-t-il un peu fourre-tout, aurait-il mérité davantage de compositions ? Après La Génération Perdue, on regrette l'esprit folk ; les rythmes soul rapides et les arrangements de cuivres fonctionnent moins bien ("Petite Fille" et "C'est Mon Imagination" mis à part) que les moments les plus doux et feutrés. Cependant, cela reste d'un niveau largement positif, juste un peu moins que les autres disques de cette période.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


Clarisse LAVANANT
Glenmor Mémoire Vivante (2009)
Il peut dormir tranquille, la relève assure




RENAUD
Marchand De Cailloux (1991)
Le meilleur (1)

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Johnny Hallyday (chant)
- Mick Jones (guitares)
- Gérard Fournier (basse)
- Tommy Brown (batterie)
- Raymond Donnez (claviers, harmonica)
- Jean Tosan (saxophone)
- Gérald Pisani, Gilles Pellegrini (trompette)
- Pierre Ploquin, Jacques Ploquin (trompette)
- Luis Fuentes (trombone, percussions)
- Roger Hawkins (batterie)
- Wayne Jackson (trompette)
- Andrew Love (saxophone ténor)
- Tommy Gogbill (basse)
- Jimmy Johnson (guitare)


1. Amour D'été
2. J'ai Crié à La Nuit
3. C'est Mon Imagination
4. Je M'accroche à Mon Rêve
5. Je N'ai Jamais Rien Demandé
6. Lettre De Fans
7. Aussi Dur Que Du Bois
8. Pourquoi As-tu Peur De La Vie ?
9. La Seule Vraie Musique
10. La Petite Fille De L'hiver
11. Son Amour Pour Un Jeu
12. Petite Fille



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod