Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CLASSIQUE  |  OEUVRE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1749 Missa A Due Soprani (Preston)
1756 Concerto Pour Clavier Et Violo...
1757 Symphonie N°1 (Hogwood)
1758 Symphonie N°37 (Hogwood)
1759 Symphonie N°18 (Hogwood)
1760 Symphonie N°19 (Hogwood)
Symphonie N°3 (Fischer)
1761 Symphonies De La Journée 6-8 (...
1762 Symphonie N°9 (Hogwood)
1763 Symphonie N°72 (Hogwood)
1764 Symphonie N°22 Le Philosophe (...
1765 Concerto Pour Violon N°1 (Tet...
Symphonie N°30 Alléluia (Harno...
Symphonie N°31 Appel De Cor (H...
Concerto Pour Violoncelle N°1 ...
1766 Symphonie N°34 (Hogwood)
1767 Concerto Pour Violon N°3 De Me...
Stabat Mater (Harnoncourt)
1768 Symphonie N°59 Le Feu (Solomon...
Symphonie N°49 La Passion (Koo...
1769 Missa In Honorem Beatissimae V...
Symphonie N°41 (Hogwood)
1770 Concerto Pour Clavier N°4 (Sta...
1771 Symphonie N°43 Mercure (Hogwoo...
Symphonie N°44 Funèbre (Pinnoc...
Symphonie N°42 (Antonini)
1772 Symphonie N°45 Les Adieux (Koo...
1773 Sonate Pour Clavier N°38 Hob X...
1774 Symphonie N°55 Le Maître D'éco...
1775 Symphonie N°68 (Harnoncourt)
Symphonie N°67 (Kraemer)
1776 Symphonie N°69 Laudon (Harnonc...
1778 Sonate Pour Clavier N°34 Hob X...
1779 Symphonie N°53 L'Impériale (Ha...
1780 Concerto Pour Clavier N°11 (St...
1781 Symphonie N°62 (Hogwood)
Quatuors à Cordes Op. 33 Russe...
Symphonie N°74 (Hogwood)
1782 Symphonie N°73 La Chasse (Harn...
1783 Concerto Pour Violoncelle N°2 ...
1784 Armida (Harnoncourt)
1785 Symphonie N°83 La Poule (Harno...
1786 Symphonie N°82 L'Ours (Harnonc...
1787 Symphonie N°88 (Bernstein)
1788 Symphonie N°90 (Rattle)
1789 Symphonie N°92 Oxford (Szell)
1790 Quatuors à Cordes Op. 64 Tost ...
1791 Symphonie N°96 Le Miracle (Hog...
Symphonie N°95 (Jochum)
Symphonie N°93 (Szell)
Symphonie N°94 La Surprise (Ha...
1792 Symphonie N°98 (Jochum)
Symphonie N°97 (Harnoncourt)
1793 Quatuors à Cordes Op. 71 Appon...
Symphonie N°99 (Szell)
1794 Symphonie N°102 (Harnoncourt)
1795 Symphonie N°104 Londres Ou Sal...
1796 Les Sept Dernières Paroles Du ...
Missa Sancti Bernardi Von Offi...
Missa In Tempore Belli - Pauke...
1797 Quatuors à Cordes Op. 76 N°2-4...
1798 Missa In Angustiis - Nelsonmes...
La Création (Harnoncourt)
1799 Theresienmesse (Marriner)
Quatuors à Cordes Op. 77 Lobko...
1800 Te Deum N°2 - Pour L'Impératri...
1801 Les Saisons (Jacobs)
Schöpfungsmesse (Harnoncourt)
1802 Harmoniemesse (Harnoncourt)
1803 Quatuor à Cordes Op. 103 Inach...
2007 Delirium (Coin)
2016 Symphonies 78, 79, 80 & 81 (Da...
1777 Il Mondo Della Luna (Camerling...
 

- Style : Wolfgang Amadeus Mozart , Ludwig Van Beethoven , Carl Philip Emmanuel Bach , Johann Baptist Vanhal , Anton Fils
 

 Le Forum Encyclopédique De Joseph Haydn (526)

Joseph HAYDN - Symphonie N°42 (antonini) (1771)
Par CHIPSTOUILLE le 18 Août 2017          Consultée 136 fois

Nous en avons déjà parlé de nombreuses fois, les années 1766 à 1774 marquent la période Sturm Und Drang de HAYDN. Parenthèse contrariante de la seconde moitié du XVIIIe siècle, dont jaillissent quelques œuvres en mode mineur que le XXe a redécouvertes avec bonheur. Réduire cependant l’impulsion Sturm Und Drang à l’utilisation de ce mode est un raccourci simpliste. Les quelques compositeurs qui se sont adonnés à l’exercice, Joseph HAYDN le premier, avaient plus d’un tour dans leur manche. La symphonie n°42 à ce titre, fait partie des compositions marquées par les stigmates de ces orages et passions, sans toutefois s’adonner au mode mineur. Ainsi, syncopes, grands intervalles, émotivité font de cette symphonie une pièce plus solaire que la mer troublée, la passion et autres adieux plus célèbres. Malgré tout, cette symphonie est restée dans l’histoire comme la preuve que HAYDN se refusait à écrire des choses trop complexes. En effet, sur l’autographe du second mouvement, figure 3 mesures rayées accompagnées de la mention « c’était pour des oreilles vraiment trop savantes ». Faute de complexité, HAYDN joue la carte de la diversité et de l’originalité.

Dès l’intitulé de son premier mouvement, “Moderato e maestoso”, il y a bien la volonté de se distinguer du traditionnel Allegro de rigueur. Celui-ci marque son thème principal d’un rythme lombard en 2/2, également appelé « scotch snaps », sautillements syncopés qui, malgré leur dénomination, ne rappellent pas pour autant la musique celtique. Outre ce rythme très particulier, on y trouve multitude de thèmes (ce qui n’a jamais réussi à MOZART), un crescendo à la façon de Mannheim qu’HAYDN n’avait guère utilisé jusque là que dans sa première symphonie et enfin plusieurs fausses réexpositions qui démontrent l’envie de vouloir dépasser le carcan de la forme sonate. Le jargon est un peu technique, pour ceux à qui cela ne parlerait pas, il faut surtout retenir de ce premier mouvement qu’il est bien moins immédiat que les meilleurs crus de la période. Pour les plus persévérants, celui-ci possède néanmoins suffisamment d’atouts cachés pour que les écoutes répétées finissent par dévoiler une certaine profondeur.

La suite renoue avec les rythmes plus usuels de la coupe en 4 mouvements. Dans la succession de ce mouvement introductif contrasté, ils amplifient néanmoins cette variété des intentions. Le second mouvement, lent, fait preuve d’une certaine mélancolie, notamment par l’usage de sourdine par les violons. Le menuet se démarque de par ses trilles aiguës suspendues dans les airs, imitant les chants d’oiseaux au gré de la candeur de son thème bon enfant. Fort de cette originalité remarquable, on tient peut-être là l’un des meilleurs menuets du compositeur (nous ne sommes cependant pas au niveau des symphonies 44 et 95). Enfin, le scherzando est l’une de ces nombreuses courses-poursuites dont les péripéties mouvementées mais plus feutrées qu’à l’accoutumée semblent nous indiquer un épisode nocturne. Nos poursuivants au gré de la course semblent négliger par instants leurs voisins endormis.

Kaléidoscope d’intentions diverses et contrastées, la symphonie n°42 de HAYDN est, à l’image des symphonies de la journée, une œuvre fourmillant d’idées. Aucune d’entre elles ne viendra vous cueillir dès la première écoute, ce qui explique probablement pourquoi ce numéro ne possède pas de surnom. C’est sa pluralité et sa diversité qui font qu’on la réécoute avec bonheur. Sa palette d’humeurs joue habilement avec la sensibilité de ses auditeurs, tant et si bien qu’elle agit généralement, par contraste, comme une bouffée d’air frais. C’est particulièrement le cas dans le coffret de Pinnock, qui aura longtemps été la version de référence de votre serviteur. Antonini et son jardin harmonique, sans parvenir à nous faire remarquer les sourdines vantées dans la notice, nous séduit cependant plus dans le Moderato, qui muscle ses « scotch snaps » et redonne le « maestoso » du mouvement qui s’était un peu égaré entre temps.

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par CHIPSTOUILLE :


Johann Sebastian BACH
Magnificat Bwv 243 (herreweghe) (1733)
Quelque part, à côté des anges




Johann Sebastian BACH
Passion Selon St. Matthieu Bwv 244 (leonhardt) (1729)
Selon saint matthieu, plus passionné et somptueux


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Il Giardino Armonico
- Giovani Antonini (direction)


- symphonie N°42 En Ré Majeur
1. Moderato E Maestoso
2. Andantino E Cantabile
3. Menuet & Trio
4. Finale: Scherzando E Presto



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod