Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CLASSIQUE  |  OEUVRE

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


1749 Missa A Due Soprani (Preston)
1756 Concerto Pour Clavier Et Violo...
1757 Symphonie N°1 (Hogwood)
1758 Symphonie N°37 (Hogwood)
1759 Symphonie N°18 (Hogwood)
1760 Symphonie N°19 (Hogwood)
Symphonie N°3 (Fischer)
1761 Symphonies De La Journée 6-8 (...
1762 Symphonie N°9 (Hogwood)
1763 Symphonie N°72 (Hogwood)
1764 Symphonie N°22 Le Philosophe (...
1765 Concerto Pour Violon N°1 (Tet...
Symphonie N°30 Alléluia (Harno...
Symphonie N°31 Appel De Cor (H...
Concerto Pour Violoncelle N°1 ...
1766 Symphonie N°34 (Hogwood)
1767 Concerto Pour Violon N°3 De Me...
Stabat Mater (Harnoncourt)
1768 Symphonie N°59 Le Feu (Solomon...
Symphonie N°49 La Passion (Koo...
1769 Missa In Honorem Beatissimae V...
Symphonie N°41 (Hogwood)
1770 Concerto Pour Clavier N°4 (Sta...
1771 Symphonie N°44 Funèbre (Pinnoc...
1772 Symphonie N°45 Les Adieux (Koo...
1773 Sonate Pour Clavier N°38 Hob X...
1774 Symphonie N°55 Le Maître D'éco...
1775 Symphonie N°68 (Harnoncourt)
Symphonie N°67 (Kraemer)
1776 Symphonie N°69 Laudon (Harnonc...
1778 Sonate Pour Clavier N°34 Hob X...
1779 Symphonie N°53 L'Impériale (Ha...
1780 Concerto Pour Clavier N°11 (St...
1781 Symphonie N°62 (Hogwood)
Quatuors à Cordes Op. 33 Russe...
Symphonie N°74 (Hogwood)
1782 Symphonie N°73 La Chasse (Harn...
1783 Concerto Pour Violoncelle N°2 ...
1784 Armida (Harnoncourt)
1785 Symphonie N°83 La Poule (Harno...
1786 Symphonie N°82 L'Ours (Harnonc...
1787 Symphonie N°88 (Bernstein)
1788 Symphonie N°90 (Rattle)
1789 Symphonie N°92 Oxford (Szell)
1790 Quatuors à Cordes Op. 64 Tost ...
1791 Symphonie N°96 Le Miracle (Hog...
Symphonie N°95 (Jochum)
Symphonie N°93 (Szell)
Symphonie N°94 La Surprise (Ha...
1792 Symphonie N°98 (Jochum)
Symphonie N°97 (Harnoncourt)
1793 Quatuors à Cordes Op. 71 Appon...
Symphonie N°99 (Szell)
1794 Symphonie N°102 (Harnoncourt)
1795 Symphonie N°104 Londres Ou Sal...
1796 Les Sept Dernières Paroles Du ...
Missa Sancti Bernardi Von Offi...
Missa In Tempore Belli - Pauke...
1797 Quatuors à Cordes Op. 76 N°2-4...
1798 Missa In Angustiis - Nelsonmes...
La Création (Harnoncourt)
1799 Theresienmesse (Marriner)
Quatuors à Cordes Op. 77 Lobko...
1800 Te Deum N°2 - Pour L'Impératri...
1801 Les Saisons (Jacobs)
Schöpfungsmesse (Harnoncourt)
1802 Harmoniemesse (Harnoncourt)
1803 Quatuor à Cordes Op. 103 Inach...
2007 Delirium (Coin)
2016 Symphonies 78, 79, 80 & 81 (Da...
1777 Il Mondo Della Luna (Camerling...
 

- Style : Wolfgang Amadeus Mozart , Ludwig Van Beethoven , Carl Philip Emmanuel Bach , Johann Baptist Vanhal , Anton Fils
 

 Le Forum Encyclopédique De Joseph Haydn (476)

Joseph HAYDN - Symphonie N°53 L'impériale (harnoncourt) (1779)
Par CHIPSTOUILLE le 22 Janvier 2007          Consultée 5159 fois

Il n’y a pas de symphonie idéale pour commencer à découvrir les travaux de Joseph HAYDN. Pour ma part, je commençais avec un disque en comportant 3, interprétées par Nikolaus Harnoncourt, dont la symphonie n°53 était assurément le sommet. Ce n’est peut-être pas aujourd’hui la symphonie que je préfère, ou celle que je vous conseillerais en priorité. Tentez plutôt les numéros 39 ou 68, plus immédiates pour l’opération séduction. Mais sans produire l’électrochoc des derniers quatuors à cordes, elle avait suffit avec ses compagnes (30 dite Alleluja et 69 dite Laudon, toutes deux antérieures) à me convaincre d’explorer plus en détail le filon, que j’étais loin de m’imaginer aussi riche et varié.

On ne sait pas précisément pour quelle raison elle fut qualifiée « L’Impériale » (en français dans le texte), surnom qu’on lui attribua au cours du XIXe siècle. Comme la plupart des symphonies composées durant la période dite « Galante » du compositeur (1776-1785), elle est un exercice isolé, un « sous produit » des opéras de sa main. La décennie devait en effet être marquée par une production intensive d’opéras aussi bien leur écriture que leurs représentations. Ceci, au détriment de la musique instrumentale. Ainsi, de nombreux mouvements des symphonies composées durant cette période ont été des emprunts à ses propres opéras.

On ne connaît pas précisément la date de composition de L’impériale (supposée entre mai 1778 et Novembre 1779 dans sa première version, B), elle connu une genèse complexe et devait en outre subir plusieurs retouches. Il en existe en effet 4 versions différentes, A, B, C et D, qui se distinguent de par la présence ou non d’une introduction lente dans le premier mouvement, par leur instrumentation ainsi qu’un mouvement conclusif différent. Les finales des versions C et D ne sont pas de HAYDN. J’ai en revanche, pour la version la plus courante, la A, de la documentation contradictoire, il se pourrait qu’il ait été composé par un élève de HAYDN sous sa supervision.

Musicalement, l’autrichien nous ravit d’une espèce de pot pourri de tout ce qu’il sait faire, c’est un ravissement pour les oreilles. Le premier mouvement commence avec un thème légèrement ampoulé pour mieux nous surprendre par des accélérations fulgurantes et festives, résumant ainsi toute l’évolution musicale du XVIIIe siècle en une poignée de secondes. La suite est faite de passages magiques en mode mineur rémanents du Sturm und Drang et d’instants de suspens mélancoliques en attendant que la fête recommence. La dimension du tout peut surprendre, c’est peut-être de là que le terme impérial vient, tout simplement. Le second mouvement, de même, propose un thème enthousiaste qui fait la cour à un autre plus mélancolique avant que les deux ne convolent ensemble. A noter les superbes interventions des hautbois qui apparaissent durant le développement de la partie féminine. Le 3e mouvement en comparaison a des allures de mariage, à nouveau festif. Mais l’incontournable réussite de cette symphonie est son dernier mouvement, dans sa version A.

Le premier thème est de ces petites choses qui restent bien en tête, qui se sifflent et vous donne la pêche pour la journée. Le thème est simplement magnifique, et la maîtrise incontestable de HAYDN dans l’art du développement est un constant ravissement. On rebondit dans tous les sens, on se laisse surprendre par une partie de cache-cache musicale des plus réussies. Le final de la version B ne démérite pas, on note en particulier une connivence forte dans le thème avec l’introduction lente du tout début, une sorte de thème récurrent. Mais les facéties de la version A sont tellement prenantes qu’il est difficile de s’en passer.

Même si la symphonie n°53 de HAYDN ne développe pas des trésors infinis d’originalité, elle est une preuve réelle que quel que soit son âge, contrairement à ce qu’on a pu croire au XIXe siècle (et la légende est tenace) le compositeur a su créer de superbes œuvres. Du côté de l’interprétation que j’évoquais déjà en introduction, je persiste et signe pour Harnoncourt qui avec son triptyque a su réaliser un disque marquant.

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par CHIPSTOUILLE :


Antonio VIVALDI
Les Quatre Saisons (il Giardino Armonico) (1725)
Ta da'tata linlinlinnn, tadada'tata tinlinlinnn




Joseph HAYDN
Symphonie N°44 Funèbre (pinnock) (1771)
Rencontre avec Jane Black


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Concentus Musicus Wien
- Nikolaus Harnoncourt


- symphonie N°30 En Ut Majeur, 'alleluja' Hob. 1:3
1. Allegro
2. Andante
3. Finale: Tempo Di Menuet, Più Tosto Allegretto
- symphonie N°53 En Ré Majeur, 'l'impériale', Hob.
4. Largo Maestoso . Vivace
5. Andate
6. Menuet . Trio
7. Finale . Cappriccio . Moderato (version A)
- symphonie N°69 En Ut Majeur 'laudon', Hob. 1:69
8. Allegro Vivace
9. Un Poco Adagio, Più Tosto Andante
10. Minuetto . Trio
11. Finale . Presto



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod