Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CLASSIQUE  |  OEUVRE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1749 Missa A Due Soprani (Preston)
1756 Concerto Pour Clavier Et Violo...
1757 Symphonie N°1 (Hogwood)
1758 Symphonie N°37 (Hogwood)
1759 Symphonie N°18 (Hogwood)
1760 Symphonie N°19 (Hogwood)
Symphonie N°3 (Fischer)
1761 Symphonies De La Journée 6-8 (...
1762 Symphonie N°9 (Hogwood)
1763 Symphonie N°72 (Hogwood)
1764 Symphonie N°22 Le Philosophe (...
1765 Concerto Pour Violon N°1 (Tet...
Symphonie N°30 Alléluia (Harno...
Symphonie N°31 Appel De Cor (H...
Concerto Pour Violoncelle N°1 ...
1766 Symphonie N°34 (Hogwood)
1767 Concerto Pour Violon N°3 De Me...
Stabat Mater (Harnoncourt)
1768 Symphonie N°59 Le Feu (Solomon...
Symphonie N°49 La Passion (Koo...
1769 Missa In Honorem Beatissimae V...
Symphonie N°41 (Hogwood)
1770 Concerto Pour Clavier N°4 (Sta...
1771 Symphonie N°44 Funèbre (Pinnoc...
1772 Symphonie N°45 Les Adieux (Koo...
1773 Sonate Pour Clavier N°38 Hob X...
1774 Symphonie N°55 Le Maître D'éco...
1775 Symphonie N°68 (Harnoncourt)
Symphonie N°67 (Kraemer)
1776 Symphonie N°69 Laudon (Harnonc...
1778 Sonate Pour Clavier N°34 Hob X...
1779 Symphonie N°53 L'Impériale (Ha...
1780 Concerto Pour Clavier N°11 (St...
1781 Quatuors à Cordes Op. 33 Russe...
Symphonie N°74 (Hogwood)
1782 Symphonie N°73 La Chasse (Harn...
1783 Concerto Pour Violoncelle N°2 ...
1784 Armida (Harnoncourt)
1785 Symphonie N°83 La Poule (Harno...
1786 Symphonie N°82 L'Ours (Harnonc...
1787 Symphonie N°88 (Bernstein)
1788 Symphonie N°90 (Rattle)
1789 Symphonie N°92 Oxford (Szell)
1790 Quatuors à Cordes Op. 64 Tost ...
1791 Symphonie N°96 Le Miracle (Hog...
Symphonie N°95 (Jochum)
Symphonie N°93 (Szell)
Symphonie N°94 La Surprise (Ha...
1792 Symphonie N°98 (Jochum)
Symphonie N°97 (Harnoncourt)
1793 Quatuors à Cordes Op. 71 Appon...
1794 Symphonie N°102 (Harnoncourt)
1795 Symphonie N°104 Londres Ou Sal...
1796 Les Sept Dernières Paroles Du ...
Missa Sancti Bernardi Von Offi...
Missa In Tempore Belli - Pauke...
1797 Quatuors à Cordes Op. 76 N°2-4...
1798 Missa In Angustiis - Nelsonmes...
La Création (Harnoncourt)
1799 Theresienmesse (Marriner)
Quatuors à Cordes Op. 77 Lobko...
1800 Te Deum N°2 - Pour L'Impératri...
1801 Les Saisons (Jacobs)
Schöpfungsmesse (Harnoncourt)
1802 Harmoniemesse (Harnoncourt)
1803 Quatuor à Cordes Op. 103 Inach...
2007 Delirium (Coin)
2016 Symphonies 78, 79, 80 & 81 (Da...
1777 Il Mondo Della Luna (Camerling...
 

- Style : Wolfgang Amadeus Mozart , Ludwig Van Beethoven , Carl Philip Emmanuel Bach , Johann Baptist Vanhal , Anton Fils
 

 Le Forum Encyclopédique De Joseph Haydn (467)

Joseph HAYDN - Missa A Due Soprani (preston) (1749)
Par CHIPSTOUILLE le 18 Mai 2014          Consultée 1216 fois

Par opposition à MOZART, le génie de HAYDN s’est affirmé avec le temps. Lentement mais sûrement, Joseph s’est forgé sa propre réputation, suivant les codes pour mieux les rompre, jusqu’à créer son propre système de règles. Au fur et à mesure de sa carrière, on se rend compte de ses apports progressifs, sur le fond et sur la forme. De l’équilibre du quatuor à cordes à la forme sonate de la symphonie classique, des introductions lentes à l’ajout des cuivres et timbales, en passant par la scénarisation de la musique. Quand on revient loin en arrière, il faut se débarrasser de toutes ses qualités, une à une jusqu’à revenir aux origines. Pour parler de la Missa a due soprani, première œuvre complète qui nous est parvenue, seconde messe de sa main, il faut donc tout oublier du HAYDN que l’on connait. Nous parlons en 1749 d’une époque qui précède l’ère classique qu’il a définie. Il faut remonter à un temps qui précède ses messes d’âge adulte, sa toute première symphonie, il faut passer outre les premiers quatuors à Fürnberg qui lui donnèrent ses premières réussites, braver les premiers divertimentos, revenir au-delà des premiers concertos pour clavier. Des œuvres qui déjà s’apparentent toutes à des temps oubliés.

Le Joseph HAYDN encore contemporain de BACH pour une petite année n’a pourtant déjà plus tant de rapport avec l’ère baroque dont il émerge. Fort de ses 17 ans, il est sur le point de se faire exclure du chœur d’enfants de la cathédrale Saint Etienne de Vienne. Il est à noter que durant ces années, Antonio VIVALDI fit partie des défunts pour lesquels Joseph eut à chanter durant l’année 1741. En 1748, là où son frère cadet Michael obtint les louanges de Marie Thérèse d’Autriche, Joseph au contraire avait déjà mal mué. On ne sait que peu de choses sur le contexte exact de la composition des deux premières messes suite à cet incident. Une mauvaise blague, un coup de ciseaux donné dans une perruque, sera le prétexte attendu par le maître de chapelle pour se débarrasser de l’enfant. On sait que dans ce laps de temps, HAYDN n’avait alors pas encore étudié le Gradus ad Parnassum, fameux traité sur le contrepoint écrit par Johann Joseph FUX.

Que reste-t-il lorsque l’on retire alors à Joseph HAYDN la technique, la maturité, la forme sonate ou même l’étude du contrepoint. Etonnamment, il lui reste le soi, sa personnalité. Derrière sa naïveté de façade, son manque évident de profondeur ou d’originalité, il reste ici l’optimisme. Ces mouvements courts qui s’enchaînent sans qu’on ne les mémorise vraiment donnent à entendre une musique très agréable pour un second coup d’essai, avec quelques figures de styles communes de cette époque. Avant de chercher à se démarquer, Joseph HAYDN cherche à faire ses preuves, et il faut lui reconnaître une certaine réussite dès ses débuts.

Œuvre du baroque tardif, sa Missa a due soprani, dépend d’une légère pointe de basse continue à l’orgue qui la ferait se ranger dans le préclassicisme naissant. Son contrepoint est cependant naturel et quelques passages révèlent bel et bien quelques dispositions pour la composition. Sans parler de maladresse, il faudra cependant relever un changement de cap un peu forcé au sein de son credo, qui passe d’enjoué à affecté et vice-versa, sans que l’on ne soit invité à comprendre l’intention. Même chose concernant l’accélération subite du Sanctus qui ne mène pas bien loin.

Moins rare sur disque que la toute première œuvre de la main de HAYDN (la messe n°3 également appelée Rorate Coeli Desuper), la version de Simon Preston avec son chœur d’enfants justifie la naïveté de l’ensemble. Sans être en mesure de faire passer une vessie pour une lanterne (une tâche de toute manière rendue impossible par l’enchainement avec la Missa Sanctae Caeciliae) Preston ne démérite pas dans cet exercice. A noter la présence de Christopher Hogwood au clavier, 10 ans avant qu’il ne démarre une tentative d’intégrale qui sera finalement écourtée (jusqu’à la n°77). Le lecteur qui aura tenu la lecture jusqu’au bout, aura déjà compris que sauf affaire de curiosité, la Missa a due soprani de HAYDN ne propose que l’intérêt d’un bouche-trou d’assez courte durée.

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par CHIPSTOUILLE :


Joseph HAYDN
Symphonie N°82 L'ours (harnoncourt) (1786)
Symphonie à boire (à boire! à boireeeuuuh!)




Georg Philipp TELEMANN
Suites & Cto Pour Flûte à Bec Et Orchestre (steger) (2006)
Triptyque de styles charmant et ingénieux


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Judith Nelson (soprano)
- Emma Kirkby (soprano)
- Shirley Minty (contralto)
- Carolyn Watkinson (contralto)
- Margaret Cable (contralto)
- Rogers Covey Crump (tenor)
- Martyn Hill (tenor)
- David Thomas (basse)
- The Choir Of Christ Church Cathedral, Ox
- The Acadey Of Ancient Music
- Simon Preston (direction)


- haydn Masses Cd2
- missa Sanctae Caeciliae Hob Xxii 5 (conclusion)
1. Credo In Unum Deum
2. Et Incarnatus Est
3. Crucifixus
4. Et Resurrexit
5. Sanctus
6. Benedictus
7. Agnus Dei
8. Dona Nobis Pacem
- missa Sancti Nicolai Hob Xxii 6
9. Kyrie
10. Gloria
11. Credo
12. Sanctus
13. Benedictus
14. Agnus Dei
- missa Brevis / A Due Soprani Hob Xxii 1
15. Kyrie
16. Gloria
17. Credo
18. Sanctus
19. Benedictus
20. Agnus Dei



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod