Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CLASSIQUE  |  OEUVRE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1749 Missa A Due Soprani (Preston)
1756 Concerto Pour Clavier Et Violo...
1757 Symphonie N°1 (Hogwood)
1758 Symphonie N°37 (Hogwood)
1759 Symphonie N°18 (Hogwood)
1760 Symphonie N°19 (Hogwood)
Symphonie N°3 (Fischer)
1761 Symphonies De La Journée 6-8 (...
1762 Symphonie N°9 (Hogwood)
1763 Symphonie N°72 (Hogwood)
1764 Symphonie N°22 Le Philosophe (...
1765 Concerto Pour Violon N°1 (Tet...
Symphonie N°30 Alléluia (Harno...
Symphonie N°31 Appel De Cor (H...
Concerto Pour Violoncelle N°1 ...
1766 Symphonie N°34 (Hogwood)
1767 Concerto Pour Violon N°3 De Me...
Stabat Mater (Harnoncourt)
1768 Symphonie N°59 Le Feu (Solomon...
Symphonie N°49 La Passion (Koo...
1769 Missa In Honorem Beatissimae V...
Symphonie N°41 (Hogwood)
1770 Concerto Pour Clavier N°4 (Sta...
1771 Symphonie N°44 Funèbre (Pinnoc...
1772 Symphonie N°45 Les Adieux (Koo...
1773 Sonate Pour Clavier N°38 Hob X...
1774 Symphonie N°55 Le Maître D'éco...
1775 Symphonie N°68 (Harnoncourt)
Symphonie N°67 (Kraemer)
1776 Symphonie N°69 Laudon (Harnonc...
1778 Sonate Pour Clavier N°34 Hob X...
1779 Symphonie N°53 L'Impériale (Ha...
1780 Concerto Pour Clavier N°11 (St...
1781 Quatuors à Cordes Op. 33 Russe...
Symphonie N°74 (Hogwood)
1782 Symphonie N°73 La Chasse (Harn...
1783 Concerto Pour Violoncelle N°2 ...
1784 Armida (Harnoncourt)
1785 Symphonie N°83 La Poule (Harno...
1786 Symphonie N°82 L'Ours (Harnonc...
1787 Symphonie N°88 (Bernstein)
1788 Symphonie N°90 (Rattle)
1789 Symphonie N°92 Oxford (Szell)
1790 Quatuors à Cordes Op. 64 Tost ...
1791 Symphonie N°96 Le Miracle (Hog...
Symphonie N°95 (Jochum)
Symphonie N°93 (Szell)
Symphonie N°94 La Surprise (Ha...
1792 Symphonie N°98 (Jochum)
Symphonie N°97 (Harnoncourt)
1793 Quatuors à Cordes Op. 71 Appon...
1794 Symphonie N°102 (Harnoncourt)
1795 Symphonie N°104 Londres Ou Sal...
1796 Les Sept Dernières Paroles Du ...
Missa Sancti Bernardi Von Offi...
Missa In Tempore Belli - Pauke...
1797 Quatuors à Cordes Op. 76 N°2-4...
1798 Missa In Angustiis - Nelsonmes...
La Création (Harnoncourt)
1799 Theresienmesse (Marriner)
Quatuors à Cordes Op. 77 Lobko...
1800 Te Deum N°2 - Pour L'Impératri...
1801 Les Saisons (Jacobs)
Schöpfungsmesse (Harnoncourt)
1802 Harmoniemesse (Harnoncourt)
1803 Quatuor à Cordes Op. 103 Inach...
2007 Delirium (Coin)
2016 Symphonies 78, 79, 80 & 81 (Da...
1777 Il Mondo Della Luna (Camerling...
 

- Style : Wolfgang Amadeus Mozart , Ludwig Van Beethoven , Carl Philip Emmanuel Bach , Johann Baptist Vanhal , Anton Fils
 

 Le Forum Encyclopédique De Joseph Haydn (466)

Joseph HAYDN - Symphonie N°68 (harnoncourt) (1775)
Par CHIPSTOUILLE le 11 Février 2014          Consultée 1626 fois

Alors qu’il n'avait pas encore trouvé de situation stable au cours des années 1750, HAYDN tombait amoureux d’une certaine Théresa Keller. Celle-ci étant promise au couvent, il acceptera finalement d’épouser sa sœur ainée Maria Anna. Ce mariage contrarié ne donnera aucune descendance. Les époux, en effet, vécurent séparés une grande partie du temps, sans être regardant en ce qui concernait les écarts de part et d’autre. Le compositeur durant sa longue vie eut plusieurs maîtresses. L’une d’entre elle, Luigia Polizelli, chanteuse qui fut engagée avec son Mari à Esterhaza en 1779, était également malheureuse en mariage. Il n’y a aucune preuve que son second fils Antonio fut de HAYDN. Bien des années après sa mort, cependant, c’est en qualité de petite fille qu’Antoinette Polizelli, alors malade et pauvre en 1882, vint quémander de l’argent à l’administration Esterhazy. Chose qu’on lui accorda… HAYDN, de son vivant, ne laissa rien transparaître de ceci, et s’il fut bienveillant à l’égard de son possible fils Antonio, il le fut tout autant auprès de Pietro son frère ainé.

Le rapprochement avec la symphonie n°68 qui nous intéresse aujourd’hui est inexistant, tout du moins sur le papier. En effet, elle fut écrite en 1774 ou 1775, soit quelques années avant les faits présumés ou non. Pourtant, cette symphonie que l’on remarque grâce à son superbe – que dis-je mythique ! - adagio cantabile résonne d’abord comme la bande sonore d’un homme dans l’attente, impatient. Ce mouvement en deux temps est marqué par un tic-tac continu à coup de pizzicatos. On pourrait les rapprocher de ceux de l’horloge, la symphonie n°101 écrite des années plus tard pour Londres. Sur cet incessant mais superbe va-et-vient, résonne le « cantabile » de quelques violons mélodiques, un personnage principal à fleur de peau. A plusieurs reprises, sans crier gare, le tic-tac se fait l’espace de 4 coups, bien plus fort, comme pour rappeler à notre futur père, que le temps est implacable. L’attente, en effet, insoutenable, s’épilogue dans l’un des plus grands moments du compositeur. Noyant les tics-tacs, une montée d’intensité fera la part belle à un hautbois magique, comme une nouvelle merveilleuse, qui change votre vie pour toujours.

Sans pouvoir prétendre à une originalité aussi remarquable, les 3 autres mouvements de cette 68ème symphonie sont en réalité tous excellents. Ce qui fait de cette œuvre, pourtant méconnue, l’une des meilleures du compositeur, et il y a pourtant de la concurrence. Le premier mouvement, qui en 1775 ne dispose pas encore d’une introduction lente, est une démonstration d’allégresse. Cette force joviale opère un demi-tour face aux élans dramatiques de la période Sturm Und Drang qui semble ainsi se conclure. Le mouvement se dote tout de même de quelques variations poignantes, dont la conclusion s’enchaîne de manière délicieuse avec la reprise du premier thème.

Suite à quoi HAYDN effectue, pour la dernière fois dans une symphonie, une inversion bienvenue entre le mouvement lent et le menuet, habituellement dans cet ordre (1). Sans doute dans une optique de mise en valeur de l’adagio, cette élégante mélodie sur trois temps, dont l’entêtement s’avère subtil mais superbe (un avant goût des coups de folie de la 97e ?), s’enchaîne à un thème plus saccadé qui tranche dans le vif. Inutile de revenir sur l’adagio, si ce n’est pour préciser que Nikolaus Harnoncourt dont nous vous conseillons donc l’interprétation (2), dissout notre bonheur avec plaisir en allongeant le mouvement à 14 minutes, faisant même reparaître le point culminant du mouvement une seconde fois… Des jumeaux !

La conclusion, superbe, est une des ses courses haletantes dont HAYDN a le secret (3). Basée sur un motif de 4 notes dont seule la première diffère, la vitalité dont elle fait preuve est revigorante, renouant ainsi avec la jovialité affichée du premier. Le basson sautillant, apparaissant à la seconde reprise, fait particulièrement bien ressortir l’effet comique du tout. A noter en particulier, vers la fin, le passage ou tout s’arrête, chaque instrument faisant mine de repartir en entonnant chacun son tour le fameux motif. On ne pouvait rêver meilleure conclusion pour ce chef d’œuvre, la preuve, s’il en fallait encore une, que HAYDN est un génie dans l’exercice de la symphonie.


(1) Un autre exemple marquant s’avère être la symphonie n°44, dite funèbre, à l’ambiance toute différente
(2) Attention cependant, la symphonie n°68 est avant tout disponible aujourd’hui dans un coffret de symphonies londoniennes (93-104), ou le chef n’est pas au sommet de sa forme. Préférez en particulier Eugène Jochum pour celles-ci.
(3) Tentez le 4e mouvement des symphonies 44, 69, 88 ou 96 ou du quatuor opus 71 n°1, les exemples ne manquent pas.

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par CHIPSTOUILLE :


Georg Friedrich HANDEL
Dixit Dominus (gardiner) (1707)
North of hell




Felix MENDELSSOHN
Symphonie N°5 Réformation (abbado) (1830)
Succès posthume, fond religieux


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Royal Concertgebouw Orchestra
- Nikolaus Harnoncourt (direction)


- symphonie N°68 En Si Bémol Majeur
1. Vivace
2. Menuetto
3. Adagio Cantabile
4. Finale: Presto
- symphonie N°93 En Ré Majeur
5. Adagio - Allegro Assai
6. Largo
7. Menuetto: Allegro
8. Finale: Presto Ma Non Troppo
- symphonie N°94 En Sol Majeur 'la Surprise'
9. Adagio - Vivace Assai
10. Andante
11. Menuetto: Allegro Molto
12. Finale: Allegro Di Molto



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod