Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CLASSIQUE  |  OEUVRE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1749 Missa A Due Soprani (Preston)
1756 Concerto Pour Clavier Et Violo...
1757 Symphonie N°1 (Hogwood)
1758 Symphonie N°37 (Hogwood)
1759 Symphonie N°18 (Hogwood)
1760 Symphonie N°19 (Hogwood)
Symphonie N°3 (Fischer)
1761 Symphonies De La Journée 6-8 (...
1762 Symphonie N°9 (Hogwood)
1763 Symphonie N°72 (Hogwood)
1764 Symphonie N°22 Le Philosophe (...
1765 Concerto Pour Violon N°1 (Tet...
Symphonie N°30 Alléluia (Harno...
Symphonie N°31 Appel De Cor (H...
Concerto Pour Violoncelle N°1 ...
1766 Symphonie N°34 (Hogwood)
1767 Concerto Pour Violon N°3 De Me...
Stabat Mater (Harnoncourt)
1768 Symphonie N°59 Le Feu (Solomon...
Symphonie N°49 La Passion (Koo...
1769 Missa In Honorem Beatissimae V...
Symphonie N°41 (Hogwood)
1770 Concerto Pour Clavier N°4 (Sta...
1771 Symphonie N°44 Funèbre (Pinnoc...
1772 Symphonie N°45 Les Adieux (Koo...
1773 Sonate Pour Clavier N°38 Hob X...
1774 Symphonie N°55 Le Maître D'éco...
1775 Symphonie N°68 (Harnoncourt)
Symphonie N°67 (Kraemer)
1776 Symphonie N°69 Laudon (Harnonc...
1778 Sonate Pour Clavier N°34 Hob X...
1779 Symphonie N°53 L'Impériale (Ha...
1780 Concerto Pour Clavier N°11 (St...
1781 Symphonie N°62 (Hogwood)
Quatuors à Cordes Op. 33 Russe...
Symphonie N°74 (Hogwood)
1782 Symphonie N°73 La Chasse (Harn...
1783 Concerto Pour Violoncelle N°2 ...
1784 Armida (Harnoncourt)
1785 Symphonie N°83 La Poule (Harno...
1786 Symphonie N°82 L'Ours (Harnonc...
1787 Symphonie N°88 (Bernstein)
1788 Symphonie N°90 (Rattle)
1789 Symphonie N°92 Oxford (Szell)
1790 Quatuors à Cordes Op. 64 Tost ...
1791 Symphonie N°96 Le Miracle (Hog...
Symphonie N°95 (Jochum)
Symphonie N°93 (Szell)
Symphonie N°94 La Surprise (Ha...
1792 Symphonie N°98 (Jochum)
Symphonie N°97 (Harnoncourt)
1793 Quatuors à Cordes Op. 71 Appon...
Symphonie N°99 (Szell)
1794 Symphonie N°102 (Harnoncourt)
1795 Symphonie N°104 Londres Ou Sal...
1796 Les Sept Dernières Paroles Du ...
Missa Sancti Bernardi Von Offi...
Missa In Tempore Belli - Pauke...
1797 Quatuors à Cordes Op. 76 N°2-4...
1798 Missa In Angustiis - Nelsonmes...
La Création (Harnoncourt)
1799 Theresienmesse (Marriner)
Quatuors à Cordes Op. 77 Lobko...
1800 Te Deum N°2 - Pour L'Impératri...
1801 Les Saisons (Jacobs)
Schöpfungsmesse (Harnoncourt)
1802 Harmoniemesse (Harnoncourt)
1803 Quatuor à Cordes Op. 103 Inach...
2007 Delirium (Coin)
2016 Symphonies 78, 79, 80 & 81 (Da...
1777 Il Mondo Della Luna (Camerling...
 

- Style : Wolfgang Amadeus Mozart , Ludwig Van Beethoven , Carl Philip Emmanuel Bach , Johann Baptist Vanhal , Anton Fils
 

 Le Forum Encyclopédique De Joseph Haydn (482)

Joseph HAYDN - Missa Sancti Bernardi Von Offida - Heiligmesse (marriner) (1796)
Par CHIPSTOUILLE le 15 Octobre 2013          Consultée 1736 fois

Voilà, c’est fini. En 1796 Joseph HAYDN voyage vers son Autriche natale et termine à l’occasion sa carrière de symphoniste après avoir écrit, selon les points de vue, 106 ou 108 œuvres du genre (1). Le concerto pour trompette et orchestre composé cette même année met un point final à ses œuvres orchestrales. Son retour d’Angleterre jalonne la dernière période de sa carrière, moins productive en nombre, mais exceptionnelle en qualité. De Londres, il revient avec du HAENDEL plein les oreilles. Le compositeur baroque a déjà trépassé depuis 30 ans mais pour la première fois dans l’histoire de la musique, sa renommée lui survit. MOZART suit alors le même destin posthume et HAYDN, qui jouit d’une notoriété exceptionnelle dans toute l’Europe, est en train de devenir un « classique » vivant. Après une nouvelle adaptation des Sept Paroles du Christ elle aussi sous forme d’Oratorio, il se lance sur une série de messes quasi annuelle. La demande émanait de son mécène le Prince Nicolas II Esterhazy, homonyme de son grand père plus régulièrement cité lorsque l’on évoque HAYDN.

La dernière messe que HAYDN composa au préalable, La Missa Celensis (n°8) également appelée « Messe de Mariazel » pour éviter de la confondre avec une autre, date de 1782. Sur la décénie qui suivit, un décret impérial imposa des conditions assez restrictives sur l’usage d’instruments dans la composition de musique d’église (2). Combinez HAENDEL et une frustration née de cette restriction, et vous expliquez aisément le côté explosif des chœurs de cette Heiligmesse, première des 6. Au-delà du faste vocal, c’est avant tout l’application des techniques symphoniques que le HAYDN de la maturité maitrisait à merveille et fait de cette messe une révolution dans le domaine. Forme sonate, symbiose des instruments et des voix, phrasés courts et non répétés, HAYDN impose un style nouveau. Sans lui-même le savoir, il débute ici une lignée qui sera poursuivie par BEETHOVEN et SCHUBERT, voire BERLIOZ si l'on extrapole. Loin de l’élan dramatique des romantiques à venir, HAYDN est pour le moment plutôt fantaisiste, exubérant, presque jovial dans sa manière d’aborder le genre, peu de mode mineur ce coup-ci.

Dans les choses qu'il faut retenir, il y a bien sûr la suite de chœurs introductive qui nous éblouit, à laquelle d’autres mouvements feront régulièrement écho (le "Dona Nobis Pacem" en particulier qui passe de l’explosion aux murmures, de la trombe orchestrale au pizzicato). En cours de route, on profite de l’ "Agnus Dei" ou encore du "Benedictus" et de sa petite larme discrète au coin du violon. Le reste, malheureusement, est assez homogène. On pourrait même dire que rien ne sort du lot.

Certes, HAYDN renouvelle, mais cela suffit-il à toucher les cieux ? Non, ou tout du moins pas assez. L’Heiligmesse impressionne. Comme beaucoup d’œuvres de HAYDN elle jouit d’un capital sympathie de façade du fait de régulières surprises ou diverses prouesses. C’est très beau, c’est un fait. Mais la musique sacrée est un domaine très concurrentiel ou les compositeurs du XVIIIe siècle ont rivalisé de génie pour nous en mettre plein les esgourdes. A ce jeu-là, il faut savoir faire le tri. HAYDN lui-même a fait mieux (tentez la Missa in Angustiis ou la Messe de Sainte Cécile, l’autre Missa in Cellensis qu’il ne faut pas confondre). Voyez plutôt cette Heiligmesse comme l'un des ingrédients indispensables à La création, chef d’œuvre qui verra le jour 2 ans plus tard, et qui n’aurait sans doute rien été sans cette messe, essai fructueux, mais qui manque de profondeur pour en faire un incontournable.

(1) Les œuvres de la classification Hoboken « Hob I : 105 à 108 » étant par ordre la symphonie concertante, 2 mouvements d’une symphonie incomplète, et deux symphonies A et B de jeunesse qui échappèrent à la première classification.
(2) Ce qui explique également la faible production de MOZART dans le domaine sacré dans les dernières années de sa vie.

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par CHIPSTOUILLE :


Joseph HAYDN
Theresienmesse (marriner) (1799)
Après la création, les répliques...




Joseph HAYDN
Symphonie N°97 (harnoncourt) (1792)
Danse sur un volcan.


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Carol Vaness (soprano)
- Doris Soffel (contralto)
- Keith Lewis (ténor)
- Petteri Salomaa (basse)
- Dagmar Schellenberger (soprano ii)
- Hermann Christian Polster (basse ii)
- Rundfunkchor Leipzig
- Jörg-peter Weigle (chef des choeurs)
- Hansjürgen Scholze (orgue)
- Staatskapelle Dresden
- Sir Neville Marriner (direction)


- missa Sancti Bernardi De Offida ('heiligmesse')
- kyrie
1. Kyrie
- gloria
2. Gloria In Excelsis Deo
3. Gracias Agimus Tibi
4. Quoniam Tu Solus Sanctus
- credo
5. Credo In Unum Deum
6. Et Incarnatus Est
7. Et Resurrexit
8. Et Vitam Venturi Saeculi
- sanctus
9. Sanctus
- benedictus
10. Benedictus
- agnus Dei
11. Agnus Dei
12. Dona Nobis Pacem



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod