Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CLASSIQUE  |  OEUVRE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


1749 Missa A Due Soprani (Preston)
1756 Concerto Pour Clavier Et Violo...
1757 Symphonie N°1 (Hogwood)
1758 Symphonie N°37 (Hogwood)
1759 Symphonie N°18 (Hogwood)
1760 Symphonie N°19 (Hogwood)
Symphonie N°3 (Fischer)
1761 Symphonies De La Journée 6-8 (...
1762 Symphonie N°9 (Hogwood)
1763 Symphonie N°72 (Hogwood)
1764 Symphonie N°22 Le Philosophe (...
1765 Concerto Pour Violon N°1 (Tet...
Symphonie N°30 Alléluia (Harno...
Symphonie N°31 Appel De Cor (H...
Concerto Pour Violoncelle N°1 ...
1766 Symphonie N°34 (Hogwood)
1767 Concerto Pour Violon N°3 De Me...
Stabat Mater (Harnoncourt)
1768 Symphonie N°59 Le Feu (Solomon...
Symphonie N°49 La Passion (Koo...
1769 Missa In Honorem Beatissimae V...
Symphonie N°41 (Hogwood)
1770 Concerto Pour Clavier N°4 (Sta...
1771 Symphonie N°44 Funèbre (Pinnoc...
1772 Symphonie N°45 Les Adieux (Koo...
1773 Sonate Pour Clavier N°38 Hob X...
1774 Symphonie N°55 Le Maître D'éco...
1775 Symphonie N°68 (Harnoncourt)
Symphonie N°67 (Kraemer)
1776 Symphonie N°69 Laudon (Harnonc...
1778 Sonate Pour Clavier N°34 Hob X...
1779 Symphonie N°53 L'Impériale (Ha...
1780 Concerto Pour Clavier N°11 (St...
1781 Symphonie N°62 (Hogwood)
Quatuors à Cordes Op. 33 Russe...
Symphonie N°74 (Hogwood)
1782 Symphonie N°73 La Chasse (Harn...
1783 Concerto Pour Violoncelle N°2 ...
1784 Armida (Harnoncourt)
1785 Symphonie N°83 La Poule (Harno...
1786 Symphonie N°82 L'Ours (Harnonc...
1787 Symphonie N°88 (Bernstein)
1788 Symphonie N°90 (Rattle)
1789 Symphonie N°92 Oxford (Szell)
1790 Quatuors à Cordes Op. 64 Tost ...
1791 Symphonie N°96 Le Miracle (Hog...
Symphonie N°95 (Jochum)
Symphonie N°93 (Szell)
Symphonie N°94 La Surprise (Ha...
1792 Symphonie N°98 (Jochum)
Symphonie N°97 (Harnoncourt)
1793 Quatuors à Cordes Op. 71 Appon...
Symphonie N°99 (Szell)
1794 Symphonie N°102 (Harnoncourt)
1795 Symphonie N°104 Londres Ou Sal...
1796 Les Sept Dernières Paroles Du ...
Missa Sancti Bernardi Von Offi...
Missa In Tempore Belli - Pauke...
1797 Quatuors à Cordes Op. 76 N°2-4...
1798 Missa In Angustiis - Nelsonmes...
La Création (Harnoncourt)
1799 Theresienmesse (Marriner)
Quatuors à Cordes Op. 77 Lobko...
1800 Te Deum N°2 - Pour L'Impératri...
1801 Les Saisons (Jacobs)
Schöpfungsmesse (Harnoncourt)
1802 Harmoniemesse (Harnoncourt)
1803 Quatuor à Cordes Op. 103 Inach...
2007 Delirium (Coin)
2016 Symphonies 78, 79, 80 & 81 (Da...
1777 Il Mondo Della Luna (Camerling...
 

- Style : Wolfgang Amadeus Mozart , Ludwig Van Beethoven , Carl Philip Emmanuel Bach , Johann Baptist Vanhal , Anton Fils
 

 Le Forum Encyclopédique De Joseph Haydn (489)

Joseph HAYDN - Concerto Pour Clavier Et Violon N°6 (staier, Von Der Goltz) (1756)
Par CHIPSTOUILLE le 13 Mai 2015          Consultée 841 fois

Bien que pour deux instruments, étrangement l'unique concerto pour violon et clavier de Joseph HAYDN fut regroupé par Hoboken en tant que numéro 6, avec les autres concertos pour clavier seul. Violon ou non, la mention relativement vague de "clavier" est due au fait que les 7 premiers (1) pouvaient être joués autant sur orgue que clavecin. HAYDN notera cependant ce n°6 dans son catalogue avec la mention spécifique « pour clavecin ». Contrairement au premier de la série, son autographe (la partition originale) n’a pas été conservé ou retrouvé. HAYDN retrouva cependant ledit concerto en 1803, tout en annonçant l'avoir composé dans sa jeunesse pour celle qui était devenue entre temps sa belle-soeur. Les différents rapprochements qu'il est possible d'établir avec le concerto n°1, à savoir leur vaste dimension (comparativement aux 5 autres (2)) et le chiffrage des mesures, renforcent l’hypothèse que ce concerto n°6, comme le n°1, pourrait également avoir vu le jour en 1756 (3).

Dans ses années de jeunesse, HAYDN vivait à Vienne, se faisant des relations auprès notamment du librettiste et poète Métastase ou encore du compositeur Nicola PORPORA, également connu pour avoir formé le castrat Farinelli. Parmi ses relations, la famille Keller lui donna de nombreuses fois assistance, et c’est en tant que professeur de musique que HAYDN fit connaissance avec Thérèse Keller, pour qui le concerto fut donc composé. Malheureusement pour lui, Le 12 mai de cette même année 1756, Thérèse, après s’être mise à porter le voile l’année précédente, prononça ses vœux. Une date clé pour HAYDN, puisque celui-ci convoitait la jeune femme en question.

On pourra s’étonner ici d’un rapprochement avec l’histoire de MOZART, car l’un comme l’autre n’épouseront pas l'élue de leur cœur, et se rabattront sur leur sœur en second choix (4). Si MOZART sera bien proche de Constance, il en fut tout autre pour HAYDN qui épousera donc finalement Maria Anna Keller en 1760, en signe de reconnaissance envers les Keller. Une décision qu’il regrettera, trouvant son épouse « légère », les usages de l’époque ne leur permettront pas de divorcer.

Le concerto pour clavier et violon semble donc avoir été écrit dans un élan de regret, comme un hommage à ce premier amour. Malgré tout, il ne faudra pas chercher ici des choses profondément enfouies. Cette œuvre de jeunesse hésite entre les élans enthousiastes naturels de son compositeur et les contraintes non encore révolues de l’ère baroque. On pourra tout de même s’étonner de voir que sa personnalité s’affirme. Pas encore tout à fait à son aise, HAYDN montre déjà quelques facettes intéressantes, plus d'ailleurs, que dans sa première symphonie. Au jeu des comparaisons, si l'on exclue bien sûr du lot les quatuors (5), dans ces premières années l’exercice du concerto semblait lui donner plus de réussite.

De l'ensemble, on retient avant tout le premier mouvement, où le clavier répond au violon tel un élève suivant son maître. L’association des deux instruments donne inévitablement une touche particulière à cette œuvre, qui malheureusement est à la peine lorsqu’il s’agit de fournir des thèmes mémorables. A noter cependant que le dernier mouvement annonce le menuet de sa symphonie n°21 (1764), lui-même amenant au menuet de la célèbre Petite Musique de Nuit de MOZART (1782). Celui-ci est cependant l’un des mouvements les moins connus de la sérénade de MOZART. Les similitudes sont toutefois assez frappantes, bien que le tempo des menuets soit deux fois plus lent que celui de ce finale. Si MOZART avait probablement connaissance de la symphonie, il est fort peu probable qu'il en fut de même avec ce concerto.

Cette œuvre d’honnête facture, se révèle être un témoignage intéressant du HAYDN qui se cherche. Loin d’atteindre les sommets de l’artiste ou du genre, il possède un certain charme, que ne renierait pas un Carl Philip Emmanuel BACH. On reste cependant un léger cran en dessous du concerto n°4, plus encore du n°3, et très loin des prouesses du n°11. Côté interprétation, Andreas Staier, dont nous avions déjà évoqué l’album lors de la chronique du concerto n°4, reprend l’œuvre au pianoforte, ce qui pourra paraître anachronique. Son touché remarquable, agile, pointant les notes avec peu de variation sur le volume, rapproche toutefois l’œuvre de ses racines baroques.

(1) Chronologiquement parlant, donc à savoir les numéros 1, 2, 5, 6, 7, 8 et 10, par opposition aux concertos 3, 4 et 11 que nous évoquions dans la chronique du n°4. Rappelons également que le n°9 est apocryphe (pas de la main de HAYDN)
(2) 7 premiers concertos dont on retire donc le premier et le n°6, font donc 5, ça va, vous suivez toujours ?
(3) La date de 1756 figurant donc sur l’autographe du concerto n°1. A noter cependant que la date fut rajoutée bien plus tard, par HAYDN lui-même au soir de sa vie.
(4) Cf. introductions des chroniques des symphonies n°31 et 32 de MOZART, où nous évoquions rapidement la relation entre MOZART et Aloysia Weber.
(5) HAYDN écrit entre 1757 et 1761, outre ses premières symphonies, ses premiers quatuors, couramment qualifiés aujourd’hui de Quatuors à Fürnberg. Ce seront ses premières publications sous les numéros d’Opus 1 et 2, auxquelles il faut adjoindre un quatuor non publié que l’on qualifie couramment d’Opus 0. A noter qu’ils connurent un tel succès qu’un troisième opus sous le nom de HAYDN fut publié, avec des œuvres qui n’étaient donc pas de sa main.

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par CHIPSTOUILLE :


Ludwig Van BEETHOVEN
Concerto Pour Piano N°1 (klemperer) (1798)
Caliente




Joseph HAYDN
Quatuors à Cordes Op. 64 Tost (buchberger Quartet) (1790)
Ménagerie à 24 (avec des zombis dedans, aussi)


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Freiburger Barockorchester
- Gotfried Von Der Goltz (direction)
- Andreas Staier (pianoforte)


- cto Pour Clavier N°4 En Sol Majeur
1. Allegro
2. Adagio
3. Finale. Rondo Presto
- cto Pour Clavier Et Violon N°6 En Fa Majeur
4. Allegro Moderato
5. Largo
6. Presto
- cto Pour Clavier N°11 En Ré Majeur
7. Vivace
8. Un Poco Adagio
9. Rondo All'ungarese



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod