Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CLASSIQUE  |  OEUVRE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1749 Missa A Due Soprani (Preston)
1756 Concerto Pour Clavier Et Violo...
1757 Symphonie N°1 (Hogwood)
1758 Symphonie N°37 (Hogwood)
1759 Symphonie N°18 (Hogwood)
1760 Symphonie N°19 (Hogwood)
Symphonie N°3 (Fischer)
1761 Symphonies De La Journée 6-8 (...
1762 Symphonie N°9 (Hogwood)
1763 Symphonie N°72 (Hogwood)
1764 Symphonie N°22 Le Philosophe (...
1765 Concerto Pour Violon N°1 (Tet...
Symphonie N°30 Alléluia (Harno...
Symphonie N°31 Appel De Cor (H...
Concerto Pour Violoncelle N°1 ...
1766 Symphonie N°34 (Hogwood)
1767 Concerto Pour Violon N°3 De Me...
Stabat Mater (Harnoncourt)
1768 Symphonie N°59 Le Feu (Solomon...
Symphonie N°49 La Passion (Koo...
1769 Missa In Honorem Beatissimae V...
Symphonie N°41 (Hogwood)
1770 Concerto Pour Clavier N°4 (Sta...
1771 Symphonie N°44 Funèbre (Pinnoc...
1772 Symphonie N°45 Les Adieux (Koo...
1773 Sonate Pour Clavier N°38 Hob X...
1774 Symphonie N°55 Le Maître D'éco...
1775 Symphonie N°68 (Harnoncourt)
Symphonie N°67 (Kraemer)
1776 Symphonie N°69 Laudon (Harnonc...
1778 Sonate Pour Clavier N°34 Hob X...
1779 Symphonie N°53 L'Impériale (Ha...
1780 Concerto Pour Clavier N°11 (St...
1781 Symphonie N°62 (Hogwood)
Quatuors à Cordes Op. 33 Russe...
Symphonie N°74 (Hogwood)
1782 Symphonie N°73 La Chasse (Harn...
1783 Concerto Pour Violoncelle N°2 ...
1784 Armida (Harnoncourt)
1785 Symphonie N°83 La Poule (Harno...
1786 Symphonie N°82 L'Ours (Harnonc...
1787 Symphonie N°88 (Bernstein)
1788 Symphonie N°90 (Rattle)
1789 Symphonie N°92 Oxford (Szell)
1790 Quatuors à Cordes Op. 64 Tost ...
1791 Symphonie N°96 Le Miracle (Hog...
Symphonie N°95 (Jochum)
Symphonie N°93 (Szell)
Symphonie N°94 La Surprise (Ha...
1792 Symphonie N°98 (Jochum)
Symphonie N°97 (Harnoncourt)
1793 Quatuors à Cordes Op. 71 Appon...
Symphonie N°99 (Szell)
1794 Symphonie N°102 (Harnoncourt)
1795 Symphonie N°104 Londres Ou Sal...
1796 Les Sept Dernières Paroles Du ...
Missa Sancti Bernardi Von Offi...
Missa In Tempore Belli - Pauke...
1797 Quatuors à Cordes Op. 76 N°2-4...
1798 Missa In Angustiis - Nelsonmes...
La Création (Harnoncourt)
1799 Theresienmesse (Marriner)
Quatuors à Cordes Op. 77 Lobko...
1800 Te Deum N°2 - Pour L'Impératri...
1801 Les Saisons (Jacobs)
Schöpfungsmesse (Harnoncourt)
1802 Harmoniemesse (Harnoncourt)
1803 Quatuor à Cordes Op. 103 Inach...
2007 Delirium (Coin)
2016 Symphonies 78, 79, 80 & 81 (Da...
1777 Il Mondo Della Luna (Camerling...
 

- Style : Wolfgang Amadeus Mozart , Ludwig Van Beethoven , Carl Philip Emmanuel Bach , Johann Baptist Vanhal , Anton Fils
 

 Le Forum Encyclopédique De Joseph Haydn (476)

Joseph HAYDN - Symphonie N°74 (hogwood) (1781)
Par CHIPSTOUILLE le 13 Juin 2015          Consultée 783 fois

Les créateurs d’aujourd’hui ont une production rythmée par les sorties de CD. Alors que l’objet est plus un prétexte marketing afin de promouvoir des tournées qu’une source de revenus incertaine, la production tend à ralentir. Au XVIIIe siècle, ces mêmes créateurs n’étaient que les serviteurs de mécènes que la providence avait fait riches. L’assurance d’un revenu avait pour contrepartie que ces mêmes mécènes exigeaient une production d’œuvres pléthorique. Certains, plus intéressés par la musique que d’autres, avaient su s’entourer d’un personnel de talent. C’était le cas du prince Esterhazy, riche noble de l’empire austro-hongrois, amoureux de musique. Sa lubie pour le Baryton n’aura d’égal que sa passion soudaine pour l’Opéra à partir de 1775 (cf. chronique d’Il Mondo Della Luna).

1779 verra cependant un tournant dans la carrière de Joseph HAYDN, et dans l’histoire de la musique, car sa notoriété grandissante devait lui permettre de signer l’un des premiers contrats concernant les droits d’auteur. Le compositeur, qui avait des origines modestes, va peu à peu se muer en homme d’affaire, parfois peu scrupuleux, et bénéficier de son propre succès. Néanmoins, cela ne l’entraînera pas vers une carrière solitaire, et HAYDN restera attaché à son mécène jusqu’à la mort de ce dernier en 1790.

En cette période de changement, Joseph HAYDN sera essentiellement accaparé par des représentations d’Opéras. Il aura su, par moments, se trouver quelques havres créatifs personnels, en particulier avec les quatuors à cordes de l’Opus 33, ou quelques concertos. La symphonie, en revanche, genre qui fait sa renommée aujourd’hui, ne l’inquiétait pas plus que cela. Si quelques réussites émaillent bien cette période (1), le ralentissement de la production et des surnoms moins nombreux sont autant de témoins d’une qualité décroissante. Aujourd’hui encore, c’est dans cette période occulte que l’on trouve les symphonies de HAYDN les moins gravées sur disque.

La symphonie n°74 est peut-être le meilleur exemple de cette production en deçà. Sauf erreur, vous ne la trouverez que dans des intégrales. Le biographe Marc Vignal n’y consacre qu’une demi-page technico-descriptive, ainsi que quelques considérations sur des problèmes de datation. La présence d'un basson unique côté orchestration semblerait indiquer un 1780 au plus tard. L’administrateur du forum encyclopédique de HAYDN (lien en dessous de la liste des chroniques) y trouve déjà plus de matière à commenter, notamment une connivence avec le charme de la symphonie n°71. Un auto-référencement vers une symphonie déjà « juste » d'un point de vue qualité (2), qui ne provoquera donc aucune curiosité.

Elle ne cite apparemment aucun opéra de la période et se constitue de matériel authentiquement original. Si la symphonie n°74 possède toujours quelque trait subtil, comme un usage marqué de la flûte dans son premier mouvement, on reste cependant à des kilomètres des plus grandes réussites de HAYDN. L’adagio cantabile reprend maladroitement l’idée magique de celui de la symphonie n°68, en le parant de ce cor unique à l’image de ceux de la symphonie n°51. Preuve que tout n’est pas qu’affaire d’ingrédients, puisque contrairement aux modèles, on s’ennuie ferme ici. Le menuet plus réussi essaie de nous réveiller avec un allant vigoureux qu’il peine à faire varier sur son développement. Enfin le final et son approche en douceur tentent de nous surprendre avec quelques félins apprivoisés bondissant de nulle part. Le reste nous rend tellement apathique, que ces charmantes peluches sautillantes passent malheureusement inaperçues.

Un commentateur, dont nous avons oublié le nom, précisait que contrairement aux symphonies de MOZART, aucune de celles de HAYDN ne valait d’être ignorée, pas même la première. Une affirmation que l’on pourra toujours remettre en cause, notamment avec ladite première symphonie, mais également des travaux plus tardifs. Cette symphonie n°74, léthargique, n’intéressera que les aficionados les plus fervents.

(1) Si cette chronique doit avoir une utilité, se sera essentiellement de vous conseiller d’écouter les fameuses symphonies n°53 et n°73, respectivement « l’Impériale » et « La chasse », mais également quelques œuvres plus confidentielles comme les n°70 et 80.
(2) Chronique probablement à venir, mais cette symphonie n°71 qui a tout de mêmes ses points positifs, vient interrompre, au moiins d'un point de vue numéraire, une série (de 66 à 70) que j'affectionne particulièrement.

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par CHIPSTOUILLE :


Joseph HAYDN
Symphonie N°94 La Surprise (harnoncourt) (1791)
Schtroumph farceur et musicien




Antonio VIVALDI
Magnificat Rv 611 (muti) (1729)
Bam, magnifique !


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- The Academy Of Ancient Music
- Christopher Hogwood (direction)


- symphonie N°74 En Mi Bémol Majeur
1. Vivace Assai
2. Adagio Cantabile
3. Menuetto
4. Finale: Allegro Assai



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod