Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CLASSIQUE  |  OEUVRE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1749 Missa A Due Soprani (Preston)
1756 Concerto Pour Clavier Et Violo...
1757 Symphonie N°1 (Hogwood)
1758 Symphonie N°37 (Hogwood)
1759 Symphonie N°18 (Hogwood)
1760 Symphonie N°19 (Hogwood)
Symphonie N°3 (Fischer)
1761 Symphonies De La Journée 6-8 (...
1762 Symphonie N°9 (Hogwood)
1763 Symphonie N°72 (Hogwood)
1764 Symphonie N°22 Le Philosophe (...
1765 Concerto Pour Violon N°1 (Tet...
Symphonie N°30 Alléluia (Harno...
Symphonie N°31 Appel De Cor (H...
Concerto Pour Violoncelle N°1 ...
1766 Symphonie N°34 (Hogwood)
1767 Concerto Pour Violon N°3 De Me...
Stabat Mater (Harnoncourt)
1768 Symphonie N°59 Le Feu (Solomon...
Symphonie N°49 La Passion (Koo...
1769 Missa In Honorem Beatissimae V...
Symphonie N°41 (Hogwood)
1770 Concerto Pour Clavier N°4 (Sta...
1771 Symphonie N°43 Mercure (Hogwoo...
Symphonie N°44 Funèbre (Pinnoc...
Symphonie N°42 (Antonini)
1772 Symphonie N°45 Les Adieux (Koo...
1773 Sonate Pour Clavier N°38 Hob X...
1774 Symphonie N°55 Le Maître D'éco...
1775 Symphonie N°68 (Harnoncourt)
Symphonie N°67 (Kraemer)
1776 Symphonie N°69 Laudon (Harnonc...
1778 Sonate Pour Clavier N°34 Hob X...
1779 Symphonie N°53 L'Impériale (Ha...
1780 Concerto Pour Clavier N°11 (St...
1781 Symphonie N°62 (Hogwood)
Quatuors à Cordes Op. 33 Russe...
Symphonie N°74 (Hogwood)
1782 Symphonie N°73 La Chasse (Harn...
1783 Concerto Pour Violoncelle N°2 ...
1784 Armida (Harnoncourt)
1785 Symphonie N°83 La Poule (Harno...
1786 Symphonie N°82 L'Ours (Harnonc...
1787 Symphonie N°88 (Bernstein)
1788 Symphonie N°90 (Rattle)
1789 Symphonie N°92 Oxford (Szell)
1790 Quatuors à Cordes Op. 64 Tost ...
1791 Symphonie N°96 Le Miracle (Hog...
Symphonie N°95 (Jochum)
Symphonie N°93 (Szell)
Symphonie N°94 La Surprise (Ha...
1792 Symphonie N°98 (Jochum)
Symphonie N°97 (Harnoncourt)
1793 Quatuors à Cordes Op. 71 Appon...
Symphonie N°99 (Szell)
1794 Symphonie N°102 (Harnoncourt)
1795 Symphonie N°104 Londres Ou Sal...
1796 Les Sept Dernières Paroles Du ...
Missa Sancti Bernardi Von Offi...
Missa In Tempore Belli - Pauke...
1797 Quatuors à Cordes Op. 76 N°2-4...
1798 Missa In Angustiis - Nelsonmes...
La Création (Harnoncourt)
1799 Theresienmesse (Marriner)
Quatuors à Cordes Op. 77 Lobko...
1800 Te Deum N°2 - Pour L'Impératri...
1801 Les Saisons (Jacobs)
Schöpfungsmesse (Harnoncourt)
1802 Harmoniemesse (Harnoncourt)
1803 Quatuor à Cordes Op. 103 Inach...
2007 Delirium (Coin)
2016 Symphonies 78, 79, 80 & 81 (Da...
1777 Il Mondo Della Luna (Camerling...
 

- Style : Wolfgang Amadeus Mozart , Ludwig Van Beethoven , Carl Philip Emmanuel Bach , Johann Baptist Vanhal , Anton Fils
 

 Le Forum Encyclopédique De Joseph Haydn (519)

Joseph HAYDN - Symphonie N°95 (jochum) (1791)
Par CHIPSTOUILLE le 30 Avril 2016          Consultée 627 fois

Quel est le point commun entre "No Other One" de WEEZER, "Lucy in the sky with diamonds" des BEATLES, "Nude" de RADIOHEAD et histoire qu’on ne me reproche pas d’avoir été pomper tous mes exemples ailleurs, une bonne partie de "By the pain I see in others" d’OPETH ? Vous ne voyez pas ? Vraiment ? Ces rares rescapés de notre ère contemporaine suivent un rythme sur 3 temps. De véritables exceptions dans notre monde musical moderne calé sur un temps binaire, qu’il soit à 2, 4 voire plus rarement 6 temps. La musique sur 3 temps a pourtant eu son heure de gloire, celle de la valse. Aujourd’hui encore, il reste difficile de dissocier valse, voire polka, de ce rythme si simple, et qui sonne aujourd’hui pourtant si particulier : Poum-tchak-tchak, poum tchak-tchak, poum tchak-tchak…

La valse n’apparut pourtant qu’au cours du XIXe siècle, et si Johann STRAUSS fils s’en fit une spécialité, ses prédécesseurs n’avaient rien à lui envier. Avant de s’appeler valse ou scherzo, ces mélodies sur trois temps étaient couramment appelées menuet. Un rare rescapé des suites orchestrales de l’ère baroque qui ne trouvera jamais sa place dans le concerto mais qui, par la seule volonté de Joseph HAYDN, persistera dans les symphonies ou les quatuors. Du fait de sa disparition de nos jours, et de son association presque automatique avec la valse, le menuet traîne malgré lui le boulet de la désuétude.

Pourtant, ce fut plus qu’une tradition, un code. Du côté des quatuors à cordes, c’est évidemment le menuet des sorcières qu’il faut à tout prix écouter (opus 76, quatuor n°2 dit "les quintes"). Du côté des symphonies, on ne peut parler de menuet sans évoquer celui de la symphonie funèbre (n°44) mais c’est véritablement avec le menuet de la symphonie n°95 que HAYDN va se surpasser dans le domaine. D’un léger clapotis, on passe rapidement au déchaînement d’éléments. Larguez les amarres, hissez la grand voile, flanquez les écoutilles ! Même WAGNER et le fameux « Steuermann, lass’ die wacht ! » de son Hollandais Volant n’arrive pas tout à fait à tenir aussi bien la longueur. Au creux des vagues, entre deux instants de suspens haletant, un superbe trio dominé par un violoncelle piqué de langueurs vient jouer à cache-cache. On aurait tant aimé que HAYDN réussisse tous ses menuets aussi bien que celui-ci.

Le morceau de choix inoubliable qui signe cette symphonie s’entiche de mouvements qui n’ont malgré l’écart qualitatif rien de véritablement honteux. Certains comparent même la fugue énergique du finale à celle plus célèbre de la symphonie Jupiter (n°41) de MOZART. La comparaison est fortuite, et HAYDN semble même dominer le sujet avec un développement particulièrement remarquable, bien que légèrement expédié. C’est dans le premier mouvement que l’exercice du développement prend plus de sens. Bien que le premier thème ne soit pas le plus mémorable du compositeur, celui-ci joue avec lui en faisant preuve d’idées remarquables. BEETHOVEN s’inspirera de ce mouvement pour le 3ème trio de son premier opus (1). Reste un andante cantabile qui ne tarit pas d’efforts pour se faire remarquer. De nouveau, HAYDN étale sa science du développement plus qu’il ne parvient à trouver la ligne mélodique incontournable.

Malgré ses petites lacunes mélodiques, l’effort de renouvellement que HAYDN insuffle tout du long de sa symphonie est louable. Couplé à ce menuet hors pair, les deux permettent à la symphonie n°95 de tenir la tête haute face à ses contemporaines. Le meilleur restait tout de même à venir, et les auditeurs londoniens étaient peut-être encore loin de se douter des « surprises » à venir.

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par CHIPSTOUILLE :


Ludwig Van BEETHOVEN
Symphonie N°2 (karajan) (1802)
Le dragon




Joseph HAYDN
Symphonie N°98 (jochum) (1792)
Cette symphonie là, c'est pour Mozart


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- London Phillarmonic Orchestra
- Eugen Jochum (direction)


- symphonie N°95 Hobi:95 En Ut Mineur
1. Allegro Moderato
2. Andante Cantabile
3. Menuet
4. Finale: Vivace



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod