Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CLASSIQUE  |  OEUVRE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1749 Missa A Due Soprani (Preston)
1756 Concerto Pour Clavier Et Violo...
1757 Symphonie N°1 (Hogwood)
1758 Symphonie N°37 (Hogwood)
1759 Symphonie N°18 (Hogwood)
1760 Symphonie N°19 (Hogwood)
Symphonie N°2 (Hogwood)
Symphonie B Hob I:108 (Hogwood...
Symphonie N°3 (Fischer)
1761 Symphonies De La Journée 6-8 (...
1762 Symphonie N°9 (Hogwood)
1763 Symphonie N°72 (Hogwood)
Symphonie N°12 (Antonini)
1764 Symphonie N°22 Le Philosophe (...
1765 Concerto Pour Violon N°1 (Tet...
Symphonie N°28 (Hogwood)
Symphonie N°30 Alléluia (Harno...
Concerto Pour Violoncelle N°1 ...
Symphonie N°31 Appel De Cor (H...
1766 Symphonie N°34 (Hogwood)
1767 Concerto Pour Violon N°3 De Me...
Stabat Mater (Harnoncourt)
1768 Symphonie N°59 Le Feu (Solomon...
Symphonie N°49 La Passion (Koo...
1769 Missa In Honorem Beatissimae V...
Symphonie N°41 (Hogwood)
1770 Concerto Pour Clavier N°4 (Sta...
1771 Symphonie N°43 Mercure (Hogwoo...
Symphonie N°44 Funèbre (Pinnoc...
Symphonie N°42 (Antonini)
1772 Symphonie N°46 (Antonini)
Symphonie N°45 Les Adieux (Koo...
1773 Sonate Pour Clavier N°38 Hob X...
1774 Symphonie N°55 Le Maître D'éco...
1775 Symphonie N°68 (Harnoncourt)
Symphonie N°67 (Kraemer)
1776 Symphonie N°69 Laudon (Harnonc...
1778 Sonate Pour Clavier N°34 Hob X...
1779 Symphonie N°70 (Hogwood)
Symphonie N°71 (Hogwood)
Symphonie N°53 L'Impériale (Ha...
1780 Concerto Pour Clavier N°11 (St...
1781 Symphonie N°62 (Hogwood)
Quatuors à Cordes Op. 33 Russe...
Symphonie N°74 (Hogwood)
1782 Symphonie N°73 La Chasse (Harn...
1783 Concerto Pour Violoncelle N°2 ...
1784 Armida (Harnoncourt)
1785 Symphonie N°83 La Poule (Harno...
1786 Symphonie N°82 L'Ours (Harnonc...
1787 Symphonie N°88 (Bernstein)
1788 Symphonie N°90 (Rattle)
1789 Symphonie N°92 Oxford (Szell)
1790 Quatuors à Cordes Op. 64 Tost ...
1791 Symphonie N°96 Le Miracle (Hog...
Symphonie N°95 (Jochum)
Symphonie N°93 (Szell)
Symphonie N°94 La Surprise (Ha...
1792 Symphonie N°98 (Jochum)
Symphonie N°97 (Harnoncourt)
1793 Quatuors à Cordes Op. 71 Appon...
Symphonie N°99 (Szell)
1794 Symphonie N°100 Militaire (Joc...
Symphonie N°102 (Harnoncourt)
1795 Symphonie N°104 Londres Ou Sal...
1796 Les Sept Dernières Paroles Du ...
Missa Sancti Bernardi Von Offi...
Missa In Tempore Belli - Pauke...
1797 Quatuors à Cordes Op. 76 N°2-4...
1798 Missa In Angustiis - Nelsonmes...
La Création (Harnoncourt)
1799 Theresienmesse (Marriner)
Quatuors à Cordes Op. 77 Lobko...
1800 Te Deum N°2 - Pour L'Impératri...
1801 Les Saisons (Jacobs)
Schöpfungsmesse (Harnoncourt)
1802 Harmoniemesse (Harnoncourt)
1803 Quatuor à Cordes Op. 103 Inach...
2007 Delirium (Coin)
2016 Symphonies 78, 79, 80 & 81 (Da...
1777 Il Mondo Della Luna (Camerling...
 

- Style : Wolfgang Amadeus Mozart , Ludwig Van Beethoven , Carl Philip Emmanuel Bach , Johann Baptist Vanhal , Anton Fils
 

 Le Forum Encyclopédique De Joseph Haydn (746)

Joseph HAYDN - Symphonie N°46 (antonini) (1772)
Par CHIPSTOUILLE le 17 Juin 2020          Consultée 97 fois

Il y a quelque chose d’étrangement indéfinissable dans la symphonie n°46 de HAYDN. On sait que le compositeur cherchait l’originalité, particulièrement dans cette période. Les ambitions contrastées de chacune de ses symphonies, parfois dans chaque mouvement, nous rendent l’ensemble bien difficile à percevoir 250 ans après les faits. Sur la forme, la symphonie n°46 vient au premier abord se noyer dans la série Sturm Und Drang (cf. chronique de la symphonie n°49). On y retrouve des émotions contrastées et quelques passages intenses annonciateurs de la période romantique. Mais lorsque l’on cherche à établir de réels rapprochements avec d’autres crus contemporains, la symphonie nous étourdit et semble nous échapper.

Si son premier mouvement coche la case de l’adjectif vif, ce n’est étrangement que sur son second thème. Le premier n’avance qu’à pas feutrés, comme s’il cherchait à se faire discret. Sa vivacité ne se traduit que par les coups d’œil précis donnés ça et là, afin d’assurer que la voie est libre. Le second mouvement partage tout autant l’impression qu’on se faufile, dans un lieu très calme certes, mais restant toujours à l'affût de la moindre rencontre opportune. On pourrait en dire autant du menuet, si le dernier mouvement, l’une des premières courses-poursuites – mais peut-être devrions nous plutôt parler de fuite ici - de la carrière de HAYDN ne persistait pas à cacher ses envolées derrière d’innombrables citations de celui-ci. Une autocitation rarissime pour la période, mais qui fait de cette symphonie définitivement singulière, un chef d’œuvre de construction.

Tous ces éléments nous persuadent qu’il y a assurément une idée de continuité dans cette symphonie furtive. L’impression se traduit d’ailleurs sur le plan technique. Les trois premiers mouvements conservent en effet la tonalité de Si majeur, une persistance à laquelle les symphonies précédentes nous ont rarement habitué (cf. n° 34 ou 39 pour des épisodes préalables très contrastés). La symphonie est souvent jumelée avec celle des Adieux (n°45). C’est en particulier lié au fait que l’orchestration du dernier mouvement semble vouloir s’amenuiser au fur et à mesure de la progression. Les réapparitions nombreuses du menuet semblent confirmer que ce dernier joue à cache-cache.

De là à penser que HAYDN a mis en scène un voleur discret, décidé à dérober quelque pierre précieuse en pleine scène de bal, il n’y a qu’un pas que nous franchissons allègrement. Sur un plan purement musical, la symphonie n°46 ne nous avait que partiellement convaincu. Sa progression malheureusement très lente nous a définitivement empêché de remarquer sa singularité aux premières écoutes. La question qu’elle nous pose est néanmoins passionnante. A l’image de la symphonie n°45, quiconque daignera poser une oreille attentive sur cette énigme sans réponse n’en sera que plus riche d’enseignements.

C’est à cela qu’on reconnait les génies. Apte à nous séduire par leurs atouts les plus remarquables dans leurs œuvres les plus célèbres, ils parviennent à nous attirer vers des lieux inattendus. La symphonie n°46 n’est définitivement pas des plus accessibles pour les néophytes. Rien ici n’est évident ou immédiat. Sa construction logique et la continuité qualitative dont elle fait preuve la range définitivement hors catégorie. Ce n’est pas non plus un verrou dont la clé se trouve ailleurs. La réponse se trouve d’ailleurs dans la question. Ce qui fascine dans la symphonie n°46 est la recherche même de la raison pour laquelle elle nous fascine. Vous lirez à son encontre plus d’un commentaire élogieux. Eloges que nous renouvellerons ici, sans avoir bien compris par quel miracle Joseph HAYDN est une fois de plus parvenu à ses fins. Ce voleur a des aptitudes de magicien.

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par CHIPSTOUILLE :


Joseph HAYDN
Symphonie N°70 (hogwood) (1779)
L'arlequin du théâtre




Felix MENDELSSOHN
Symphonie N°1 (abbado) (1824)
La treizième symphonie


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Il Giardino Armonico
- Giovanni Antonini (direction)


- symphonie N°46 En Si Majeur Hob I:46
1. Vivace
2. Poco Adagio
3. Menuet: Allegretto - Trio
4. Finale: Presto E Sherzando



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod