Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CLASSIQUE  |  OEUVRE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1749 Missa A Due Soprani (Preston)
1756 Concerto Pour Clavier Et Violo...
1757 Symphonie N°1 (Hogwood)
1758 Symphonie N°37 (Hogwood)
1759 Symphonie N°18 (Hogwood)
1760 Symphonie N°19 (Hogwood)
Symphonie N°3 (Fischer)
1761 Symphonies De La Journée 6-8 (...
1762 Symphonie N°9 (Hogwood)
1763 Symphonie N°72 (Hogwood)
1764 Symphonie N°22 Le Philosophe (...
1765 Concerto Pour Violon N°1 (Tet...
Symphonie N°30 Alléluia (Harno...
Symphonie N°31 Appel De Cor (H...
Concerto Pour Violoncelle N°1 ...
1766 Symphonie N°34 (Hogwood)
1767 Concerto Pour Violon N°3 De Me...
Stabat Mater (Harnoncourt)
1768 Symphonie N°59 Le Feu (Solomon...
Symphonie N°49 La Passion (Koo...
1769 Missa In Honorem Beatissimae V...
Symphonie N°41 (Hogwood)
1770 Concerto Pour Clavier N°4 (Sta...
1771 Symphonie N°43 Mercure (Hogwoo...
Symphonie N°44 Funèbre (Pinnoc...
Symphonie N°42 (Antonini)
1772 Symphonie N°45 Les Adieux (Koo...
1773 Sonate Pour Clavier N°38 Hob X...
1774 Symphonie N°55 Le Maître D'éco...
1775 Symphonie N°68 (Harnoncourt)
Symphonie N°67 (Kraemer)
1776 Symphonie N°69 Laudon (Harnonc...
1778 Sonate Pour Clavier N°34 Hob X...
1779 Symphonie N°53 L'Impériale (Ha...
1780 Concerto Pour Clavier N°11 (St...
1781 Symphonie N°62 (Hogwood)
Quatuors à Cordes Op. 33 Russe...
Symphonie N°74 (Hogwood)
1782 Symphonie N°73 La Chasse (Harn...
1783 Concerto Pour Violoncelle N°2 ...
1784 Armida (Harnoncourt)
1785 Symphonie N°83 La Poule (Harno...
1786 Symphonie N°82 L'Ours (Harnonc...
1787 Symphonie N°88 (Bernstein)
1788 Symphonie N°90 (Rattle)
1789 Symphonie N°92 Oxford (Szell)
1790 Quatuors à Cordes Op. 64 Tost ...
1791 Symphonie N°96 Le Miracle (Hog...
Symphonie N°95 (Jochum)
Symphonie N°93 (Szell)
Symphonie N°94 La Surprise (Ha...
1792 Symphonie N°98 (Jochum)
Symphonie N°97 (Harnoncourt)
1793 Quatuors à Cordes Op. 71 Appon...
Symphonie N°99 (Szell)
1794 Symphonie N°102 (Harnoncourt)
1795 Symphonie N°104 Londres Ou Sal...
1796 Les Sept Dernières Paroles Du ...
Missa Sancti Bernardi Von Offi...
Missa In Tempore Belli - Pauke...
1797 Quatuors à Cordes Op. 76 N°2-4...
1798 Missa In Angustiis - Nelsonmes...
La Création (Harnoncourt)
1799 Theresienmesse (Marriner)
Quatuors à Cordes Op. 77 Lobko...
1800 Te Deum N°2 - Pour L'Impératri...
1801 Les Saisons (Jacobs)
Schöpfungsmesse (Harnoncourt)
1802 Harmoniemesse (Harnoncourt)
1803 Quatuor à Cordes Op. 103 Inach...
2007 Delirium (Coin)
2016 Symphonies 78, 79, 80 & 81 (Da...
1777 Il Mondo Della Luna (Camerling...
 

- Style : Wolfgang Amadeus Mozart , Ludwig Van Beethoven , Carl Philip Emmanuel Bach , Johann Baptist Vanhal , Anton Fils
 

 Le Forum Encyclopédique De Joseph Haydn (529)

Joseph HAYDN - Symphonie N°94 La Surprise (harnoncourt) (1791)
Par CHIPSTOUILLE le 2 Janvier 2014          Consultée 2890 fois

Fort du succès de sa première saison de concerts londoniens, Joseph HAYDN se remet en cette fin d’année 1791 à la composition de deux nouvelles symphonies. Si la symphonie n°93 n’est peut-être pas la plus reprise des londoniennes, la symphonie n°94 est en revanche l’une des incontournables. « La surprise », telle qu’elle fut baptisée, doit son surnom à l’apparition soudaine, alors que la mélodie berce le 3ème âge et semble s’évanouir tout doucement, d’une note jouée à l’unisson fortissimo par tout l’orchestre, timbale à l’appui. L’effet, encore remarquable aujourd’hui, produisit sur les premiers auditeurs une réaction d’enthousiasme communicatif. HAYDN s’amusait ainsi des mélomanes de parade, qui se présentaient aux concerts non par amour de la musique mais simplement pour paraître, ceux-ci ayant une forte tendance à dormir au milieu des représentations. Le compositeur, connu pour ce genre d’humour, n’en n’était pas à son premier coup. Le 5e quatuor de l’opus 33 composé quelques années plus tôt est également célèbre pour ses nombreuses fins simulées.

La symphonie, bien entendu, ne peut être résumée à une simple note. L’ensemble du second mouvement, une véritable merveille, combine ainsi tout le génie du compositeur. Son thème principal, qui n’a l’air de rien au premier abord, est terriblement accrocheur. HAYDN, dans sa grande bonté, a mis tout son talent et son savoir faire à le faire varier au fur et à mesure des reprises du mouvement. D’abord joué avec les cordes seules, repris tout bas, brutalisé par le fortissimo, ce sont les flûtes qui nous rassurent, puis viennent les seconds violons qui en offrent un accompagnement, presque dialoguant. Finalement le forte reprend forme, s’énervant avant de rapidement lui donner une tournure tragique et bouleversante, toutes timbales et cuivres dehors, HAYDN vient d’inventer BEETHOVEN. Mais HAYDN n’est pas BEETHOVEN. Bien loin de la désorganisation caractéristique de son successeur, HAYDN poursuit son propre jeu, sans perdre son fil conducteur, reprenant le thème de nouveau avec les flûtes gracieuses, afin de nous rassurer, juste le temps de nous balancer à nouveau du fortissimo. La fin de l’Andante continuera ainsi de jouer avec notre sensibilité. Propre, carré et d’une rare subtilité, il donne à l’œuvre un argument de poids.

Si l’on évalue les trois autres mouvements au regard du reste de la production, ceux-ci expliquent peut-être pourquoi entre MOZART et BEETHOVEN, même si ces œuvres ont toujours été jouées depuis leur composition, les symphonies londoniennes de HAYDN ne sont pas plus connues. Les inventions de Joseph HAYDN, nombreuses car les symphonistes du XIXe siècle lui doivent à peu près tout, sont en effet dispersées tout au long de sa production certes exemplaire mais pléthorique. Ainsi, le fabuleux second mouvement est enchaîné avec le traditionnel menuet à trois temps, qui, malgré un second thème superbe, sonne quelque peu anachronique avec ses poum-tchack-tchack obligés. Dans un registre très proche, chronologiquement parlant, on n'atteint pas la qualité des menuets des symphonies 95 et 97. Le dernier mouvement, efficace et expéditif, ne permet pas plus, malgré sa qualité d’imprimer les mémoires.

Le premier en revanche, avec le suspense qu’impose l’introduction lente, avait tous les arguments pour devenir un classique inoubliable. C’est peut-être l’introduction qui lui joue des tours. Superbe dans son approche quelque peu mystique, elle prépare le terrain pour l’un des meilleur phrasé de l’autrichien, plein d’entrain et de force. Ce thème qui met du temps à venir ne se dévoile peut-être pas suffisamment tôt pour avoir résisté à la sélection naturelle du temps. On pourra en effet remarquer que les POM-POM-POM-POM de la cinquième de B. ou les tilinlin de la quarantième de M. ne se font pas attendre, eux. Ne vous laissez cependant pas tromper par la teneur quelque peu négative de la chronique, la surprise est un incontournabe de l'Autrichien. Je n'ai que tenté d'expliquer pourquoi elle n'est pas aujourd'hui reprise lors d'occasions mercantiles ou cinématographiques.

Enfin côté interprétations, vous n’aurez ici que l’embarras du choix, et vous m’excuserez d’avance, comme d’habitude, de ne pas faire un tour d’horizon complet. Rapidement mise en vedette dès qu’il s’agit des symphonies londoniennes, voire des symphonies tout court, voire du compositeur lui-même, la surprise n’est pas franchement une rareté. On parlera donc de 3 versions ici. La meilleure des 3 est peut-être celle de George Szell, malheureux interprète n’ayant pu achever le cycle des londoniennes à son terme. Elle fut enregistrée dans les années 50 et souffre donc des défauts liés, à savoir un son mono et un léger souffle, ce pourquoi elle ne sera pas retenue aujourd’hui. L’avantage est qu’elle est aujourd’hui libre de droit ! Le seconde est de Eugen Jochum, qui réussit presque un sans faute, et livre notamment un superbe second mouvement. Il faute malheureusement sur le troisième, rien de grave, mais l’insistance sur les temps lui fait prendre 20 ans d’ancienneté en plus. Le meilleur compromis à ma connaissance, bien qu’elle ait ses détracteurs, est donc la version Harnoncourt, en CD ou coffret c’est selon. Sans parvenir au degré de fraicheur qu'il parvint à redonner à d’autres symphonies de HAYDN (par exemple l’incendie, n°59 ou la magnifique n°68) la surprise est, du cycle londonien, l’une de sinon celle qu'il réussit le mieux.

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par CHIPSTOUILLE :


Johann Baptist VANHAL
Symphonie Bryan Gm1 (goebel) (1768)
Violons tragiques




Joseph HAYDN
Symphonie N°22 Le Philosophe (hogwood) (1764)
Cors angéliques pour joute verbale dans les cieux.


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Royal Concertgebouw Orchestra
- Nikolaus Harnoncourt (direction)


- symphonie N°94 En Sol Hob.i:94 'surprise'
1. Adagio - Vivace Assai
2. Andante
3. Menuetto: Allegro Molto
4. Finale: Allegro Di Molto
- symphonie N°95 En Ut Mineur Hob.i:95
5. Allegro Moderato
6. Andante
7. Menuetto
8. Finale: Vivace



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod