Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CLASSIQUE  |  OEUVRE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1749 Missa A Due Soprani (Preston)
1756 Concerto Pour Clavier Et Violo...
1757 Symphonie N°1 (Hogwood)
1758 Symphonie N°37 (Hogwood)
1759 Symphonie N°18 (Hogwood)
1760 Symphonie N°19 (Hogwood)
Symphonie N°3 (Fischer)
1761 Symphonies De La Journée 6-8 (...
1762 Symphonie N°9 (Hogwood)
1763 Symphonie N°72 (Hogwood)
1764 Symphonie N°22 Le Philosophe (...
1765 Concerto Pour Violon N°1 (Tet...
Symphonie N°30 Alléluia (Harno...
Symphonie N°31 Appel De Cor (H...
Concerto Pour Violoncelle N°1 ...
1766 Symphonie N°34 (Hogwood)
1767 Concerto Pour Violon N°3 De Me...
Stabat Mater (Harnoncourt)
1768 Symphonie N°59 Le Feu (Solomon...
Symphonie N°49 La Passion (Koo...
1769 Missa In Honorem Beatissimae V...
Symphonie N°41 (Hogwood)
1770 Concerto Pour Clavier N°4 (Sta...
1771 Symphonie N°43 Mercure (Hogwoo...
Symphonie N°44 Funèbre (Pinnoc...
Symphonie N°42 (Antonini)
1772 Symphonie N°45 Les Adieux (Koo...
1773 Sonate Pour Clavier N°38 Hob X...
1774 Symphonie N°55 Le Maître D'éco...
1775 Symphonie N°68 (Harnoncourt)
Symphonie N°67 (Kraemer)
1776 Symphonie N°69 Laudon (Harnonc...
1778 Sonate Pour Clavier N°34 Hob X...
1779 Symphonie N°53 L'Impériale (Ha...
1780 Concerto Pour Clavier N°11 (St...
1781 Symphonie N°62 (Hogwood)
Quatuors à Cordes Op. 33 Russe...
Symphonie N°74 (Hogwood)
1782 Symphonie N°73 La Chasse (Harn...
1783 Concerto Pour Violoncelle N°2 ...
1784 Armida (Harnoncourt)
1785 Symphonie N°83 La Poule (Harno...
1786 Symphonie N°82 L'Ours (Harnonc...
1787 Symphonie N°88 (Bernstein)
1788 Symphonie N°90 (Rattle)
1789 Symphonie N°92 Oxford (Szell)
1790 Quatuors à Cordes Op. 64 Tost ...
1791 Symphonie N°96 Le Miracle (Hog...
Symphonie N°95 (Jochum)
Symphonie N°93 (Szell)
Symphonie N°94 La Surprise (Ha...
1792 Symphonie N°98 (Jochum)
Symphonie N°97 (Harnoncourt)
1793 Quatuors à Cordes Op. 71 Appon...
Symphonie N°99 (Szell)
1794 Symphonie N°102 (Harnoncourt)
1795 Symphonie N°104 Londres Ou Sal...
1796 Les Sept Dernières Paroles Du ...
Missa Sancti Bernardi Von Offi...
Missa In Tempore Belli - Pauke...
1797 Quatuors à Cordes Op. 76 N°2-4...
1798 Missa In Angustiis - Nelsonmes...
La Création (Harnoncourt)
1799 Theresienmesse (Marriner)
Quatuors à Cordes Op. 77 Lobko...
1800 Te Deum N°2 - Pour L'Impératri...
1801 Les Saisons (Jacobs)
Schöpfungsmesse (Harnoncourt)
1802 Harmoniemesse (Harnoncourt)
1803 Quatuor à Cordes Op. 103 Inach...
2007 Delirium (Coin)
2016 Symphonies 78, 79, 80 & 81 (Da...
1777 Il Mondo Della Luna (Camerling...
 

- Style : Wolfgang Amadeus Mozart , Ludwig Van Beethoven , Carl Philip Emmanuel Bach , Johann Baptist Vanhal , Anton Fils
 

 Le Forum Encyclopédique De Joseph Haydn (519)

Joseph HAYDN - Symphonie N°93 (szell) (1791)
Par CHIPSTOUILLE le 12 Mars 2014          Consultée 1703 fois

Rapidement écartée lorsqu’il s’agit de constituer des disques isolés, sans surnom, sans réputation, la symphonie n°93 de HAYDN n’a peut-être pour elle que le fait d’appartenir au groupe des londoniennes. Sans cela, on peut supposer qu’elle aurait terminé ses jours au milieu des nombreuses symphonies méconnues du compositeur (comme celles de la période 1775-84). Sa numérotation la positionne en première position des symphonies londoniennes. Pourtant, chronologiquement parlant, en termes de composition, elle se fait ravir la place par les n°96 « Le Miracle » et 95. D’un point de vue création, même les numéros 97 et 98 viendront s’intercaler.

Tout au mieux, il faut lui reconnaître une nouvelle façon de faire. La symphonie 93 fut la première à être composée avec un certain retour d’expérience des concerts londoniens, ce qui ne fut pas le cas des deux premières. Lors de cette première saison furent données les symphonies 90, 92, 95 et 96. Par rapport à celles-ci, la symphonie 93 emprunte une nouvelle voie. Moins mozartienne dans l’esprit, et pour cause… C’est lors de cette première année à Londres que HAYDN découvre HAENDEL joué par les anglais. Contrairement aux interprétations viennoises, les anglais ont des chœurs tonitruants, des effectifs plus massifs et sous-accordent les timbales. Tant et si bien que HAYDN ressort des quatre heures de son premier concert avec un mal de crâne, alors qu’il n’y était habituellement pas sujet. Ce goût des anglais, HAYDN va s’en accaparer. C’est ainsi que la symphonie n°93 constitue un premier essai, à l’image de MOZART qui trébuchait sur l’exercice difficile de la fugue après avoir découvert BACH, pour intégrer cette nouvelle manière de faire.

Il faut reconnaître à l'oeuvre cette largesse, avec ses Ré massifs qui démarrent une superbe introduction. Trois notes répétées qui, étant donné le compte rendu effectué du premier concert Londonien de HAYDN, laissa longtemps croire que la symphonie n°93 fut la première donnée à Londres. Cette caractéristique est en fait partagée par la symphonie n°92 « Oxford », composée dès 1789. Ses motifs, répétés puis déformés, sont secs et vifs. Pas de courbette ici, HAYDN cherche à séduire les anglais en réitérant un discours baroque expressif, qui ne lui est pas tout à fait étranger. On retrouvera ce discours dans les dernières messes ainsi que dans les deux grands oratorios. Mais suite à l’impossibilité de donner en représentation son dernier Opera (Orfeo e Euridice) à Londres, c’est principalement vers la musique orchestrale que HAYDN se consacre pour le moment.

Le temps fort de la symphonie est son adagio. Il démarre tel un quatuor à cordes, fait de phrasés entrecoupés de silences, d’une quiétude tranquille mais assurée, presque maternelle. Rapidement l’orchestre majestueux reprend ses droits et HAYDN de jouer avec son motif langoureux, de reprise en reprise, jusqu’à ce qu’arrive le second thème à coup de hautbois. Après quoi la reprise du premier thème subit la plus touchante des transformations, une réussite. Bien que de caractère différent, on pourrait considérer ce Largo Cantabile comme un brouillon (réussi) de la « Surprise », symphonie n°94 qui devait lui succéder. Le coup de basson péremptoire et dissonant qui la conclue est en effet un pavé dans la marre, une rude impolitesse, un coussin péteur. Il annonce le coup de massue de tout un orchestre, dont HAYDN n'avait pas encore eut l'idée.

Les trois autres mouvements sont plus massifs, y compris le menuet assez réussit. Le compositeur n’était pas tout à fait satisfait du dernier mouvement, moi non plus du reste, il dira à son sujet vouloir le retoucher. Nul ne sait s’il tenta ne serait-ce qu’une ébauche de remaniement. Les évènements de la fin de l’année 1791 devaient probablement l’accaparer à d’autres préoccupations.

Du côté des interprétations, on se contentera de suggérer Szell, qui n’hésite pas à en rajouter des tonnes sur l’effet du basson à la fin du second mouvement. La symphonie n°93 reste une belle transition, avec ses quelques bonnes idées et ses moments de grâce. Cependant, elle pourrait donner une fausse première idée quant à la qualité ou l’originalité des symphonies Londoniennes, en effet toutes les autres la surpassent.

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par CHIPSTOUILLE :


Johann Sebastian BACH
Cantate Bwv 202 Du Mariage (richter) (1718)
Rayon de soleil




Joseph HAYDN
Concerto Pour Clavier N°11 (staier, Von Der Goltz) (1780)
Marzipan et paprika.


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- The Cleveland Orchestra
- George Szell (direction)


- george Szell Conducts Haydn Symphonies Cd 1
- symphonie N°93 En Ré Majeur
1. Adagio - Allegro Assai
2. Largo Cantabile
3. Menuetto - Trio
4. Finale: Presto Ma Non Troppo
- symphonie N°94 En Sol Majeur La Surprise
5. Adagio Cantabile - Vivace Assai
6. Andante
7. Menuetto - Trio
8. Finale
- symphonie N°95 En Ut Mineur
9. Allegro
10. Andante
11. Menuetto - Trio
12. Finale : Vivace



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod