Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CLASSIQUE  |  OEUVRE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1749 Missa A Due Soprani (Preston)
1756 Concerto Pour Clavier Et Violo...
1757 Symphonie N°1 (Hogwood)
1758 Symphonie N°37 (Hogwood)
1759 Symphonie N°18 (Hogwood)
1760 Symphonie N°19 (Hogwood)
Symphonie N°3 (Fischer)
1761 Symphonies De La Journée 6-8 (...
1762 Symphonie N°9 (Hogwood)
1763 Symphonie N°72 (Hogwood)
1764 Symphonie N°22 Le Philosophe (...
1765 Concerto Pour Violon N°1 (Tet...
Symphonie N°30 Alléluia (Harno...
Symphonie N°31 Appel De Cor (H...
Concerto Pour Violoncelle N°1 ...
1766 Symphonie N°34 (Hogwood)
1767 Concerto Pour Violon N°3 De Me...
Stabat Mater (Harnoncourt)
1768 Symphonie N°59 Le Feu (Solomon...
Symphonie N°49 La Passion (Koo...
1769 Missa In Honorem Beatissimae V...
Symphonie N°41 (Hogwood)
1770 Concerto Pour Clavier N°4 (Sta...
1771 Symphonie N°43 Mercure (Hogwoo...
Symphonie N°44 Funèbre (Pinnoc...
Symphonie N°42 (Antonini)
1772 Symphonie N°45 Les Adieux (Koo...
1773 Sonate Pour Clavier N°38 Hob X...
1774 Symphonie N°55 Le Maître D'éco...
1775 Symphonie N°68 (Harnoncourt)
Symphonie N°67 (Kraemer)
1776 Symphonie N°69 Laudon (Harnonc...
1778 Sonate Pour Clavier N°34 Hob X...
1779 Symphonie N°53 L'Impériale (Ha...
1780 Concerto Pour Clavier N°11 (St...
1781 Symphonie N°62 (Hogwood)
Quatuors à Cordes Op. 33 Russe...
Symphonie N°74 (Hogwood)
1782 Symphonie N°73 La Chasse (Harn...
1783 Concerto Pour Violoncelle N°2 ...
1784 Armida (Harnoncourt)
1785 Symphonie N°83 La Poule (Harno...
1786 Symphonie N°82 L'Ours (Harnonc...
1787 Symphonie N°88 (Bernstein)
1788 Symphonie N°90 (Rattle)
1789 Symphonie N°92 Oxford (Szell)
1790 Quatuors à Cordes Op. 64 Tost ...
1791 Symphonie N°96 Le Miracle (Hog...
Symphonie N°95 (Jochum)
Symphonie N°93 (Szell)
Symphonie N°94 La Surprise (Ha...
1792 Symphonie N°98 (Jochum)
Symphonie N°97 (Harnoncourt)
1793 Quatuors à Cordes Op. 71 Appon...
Symphonie N°99 (Szell)
1794 Symphonie N°102 (Harnoncourt)
1795 Symphonie N°104 Londres Ou Sal...
1796 Les Sept Dernières Paroles Du ...
Missa Sancti Bernardi Von Offi...
Missa In Tempore Belli - Pauke...
1797 Quatuors à Cordes Op. 76 N°2-4...
1798 Missa In Angustiis - Nelsonmes...
La Création (Harnoncourt)
1799 Theresienmesse (Marriner)
Quatuors à Cordes Op. 77 Lobko...
1800 Te Deum N°2 - Pour L'Impératri...
1801 Les Saisons (Jacobs)
Schöpfungsmesse (Harnoncourt)
1802 Harmoniemesse (Harnoncourt)
1803 Quatuor à Cordes Op. 103 Inach...
2007 Delirium (Coin)
2016 Symphonies 78, 79, 80 & 81 (Da...
1777 Il Mondo Della Luna (Camerling...
 

- Style : Wolfgang Amadeus Mozart , Ludwig Van Beethoven , Carl Philip Emmanuel Bach , Johann Baptist Vanhal , Anton Fils
 

 Le Forum Encyclopédique De Joseph Haydn (514)

Joseph HAYDN - Les Saisons (jacobs) (1801)
Par CHIPSTOUILLE le 22 Septembre 2006          Consultée 4557 fois

La période classique fut particulièrement dominée par la souveraineté (si l'on peut dire) de Joseph HAYDN, compositeur autrichien à qui l'on attribue (abusivement) la parenté de la symphonie, oeuvre symbolique par excellence du classicisme. Sur la fin de sa vie, il sera professeur du premier vrai compositeur romantique - BEETHOVEN - et touchera du bout des doigts le style naissant sur ses derniers oratorios. Le dernier, justement, Les Saisons, est celui qui nous intéresse ici, production d'envergure datant de 1801 ayant bénéficié de moyens gigantesques pour sa réalisation, lequel succéde à La Création qui fut un succès retentissant dès sa première exécution.

Rappelons au passage que les oratorios sont des formes musicales lyriques (orchestre et chant) qui se rapprochent des opéras à la différence près qu'il n'y a pas de jeu d'acteur, pas plus que de chant théâtral dans ceux-ci. L'oeuvre est donc plus axée sur son côté musical que les péripéties sur planches. L'oratorio fut d'ailleurs préféré à l'opéra au cours des siècles précédents au Royaume-Uni. HAYDN perpétuait ainsi grâce à ces 2 grandes oeuvres l'héritage de PURCELL et d' HÄNDEL. Les Saisons verront d’ailleurs le jour en plusieurs versions, celle qui nous intéresse ici est chantée en allemand. Précisons également que le librettiste à l'origine de ces deux oratorios ne fut autre que le fameux Baron Von Swieten, celui-là même qui fit découvrir notamment à MOZART, HAYDN puis BEETHOVEN l'illustre Jean-Sébastien BACH, découverte qui eut un impact déterminant sur le travail des trois compositeurs.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas HAYDN, lui et MOZART se sont mutuellement fortement influencés (et se témoignaient chacun un profond respect pour le travail de l'autre). Le compositeur se distingue par un style moins gavé de sucre, on retrouvera moins ce côté « trop » raffiné de certains effets de style chez MOZART. HAYDN en revanche se révèle peut-être un peu plus réservé dans son audace, prenant moins de risques et témoignant ainsi d'une qualité régulière mais dont les éclats se révèlèrent plus rares. Mentionnons tout de même ses quatuors à cordes, dont il imposera également la forme définitive (elle existait mais restait peu répandue avant son impulsion).

Si vous connaissez HAYDN, vous savez sans doute déjà que son style est particulièrement accessible, on s'étonne généralement d'être agréablement surpris dès les premières écoutes. Le compositeur développe une inventivité particulière, mettant en avant l'aspect agréable de "sa" musique classique, style galant oblige. Régulièrement cependant, on désavoue un manque certain de profondeur, les passages semblant moyens au premier abord ne révélant que très rarement des joyaux insoupçonnés. En clair, on fait rapidement le tour des oeuvres de HAYDN, toujours délicieuses à l'oreille lorsqu'elles sont réussies (et c'est le cas de maints passages dans Les Saisons) mais d'un inintérêt somme toute déconcertant dans le cas contraire (sa production stakhanoviste "sur commande", n'étant pas toujours des plus inspirées).

Les Saisons s'inscrivent peut-être moins dans ce style tout en réserve, et révèlent de manière plus probante que La Création qui lui précède, quelques coups de force inattendus. Les choeurs finaux des quatre parties à ce titre, brisent avec tonitruance quelques conventions, lorsqu'il ne s'agit pas des airs de soprano, Marlis Petersen étant à ce titre divinement touchante. De même, l'oeuvre offre quelques formules audacieuses. On entendra ainsi des coassements de grenouille chantés, une flûte piccolo encore inusitée par le compositeur, un coup de feu éclatant au beau milieu d'une partie de chasse automnale sous ses cors flamboyants et un orage estival dissonant d'un seul coup entre autres subterfuges.

Sur la longueur, on note une subtile façon d'incorporer les passages récitatifs aux airs (on est loin des déclamations rébarbatives des passions de BACH). Quelques parties pimentent également l'ensemble globalement bon, comme ce "Sie steigt herauf, die Sonne" (3ème partie de l'été) succulent, un choeur y étant mené à la baguette, par cette superbe soprano. La même formule utilisée dans le "Sei uns gnädig, milder Himmel!" (6ème du printemps) révèlera un style particulièrement mozartien, notamment dans l'utilisation de la clarinette et du thème de fin rappelant le "Domine Jesu" - également repris à la toute fin - du Requiem.

Reste qu'à plusieurs reprises (en particulier dans l'été), l'auditeur tend à somnoler, jusqu'à cet hiver final pratiquement vide de substance. Malgré l'effort fourni et appréciable, encore plus que dans La Création, on déplore une fois de plus un manque d'entrain assez évident, la longueur n'aidant pas à se remettre de quelques parties récitatives pratiquement enchaînées. L'immobilisme hivernal est bien exprimé, mais on s'étonnera que là où VIVALDI tirait ses meilleures flèches dans les saisons extrêmes des solstices (plus propices à plus d'audace?), HAYDN se révèle plus habile autour des équinoxes. Quand bien même il serait tout de même relativement osé de comparer les deux oeuvres (un oratorio classique et quatre concertos pour violon baroques, forcément...), on retiendra certainement plus les facéties italiennes. L'oratorio allemand (euh...anglais, enfin autrichien, je ne sais plus moi du coup!) ne restera sinon anecdotique, seulement l'oeuvre de référence de quelques rares initiés, l'interprétation remarquable (et remarquée) de René Jacobs aidant...

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par CHIPSTOUILLE :


Wolfgang Amadeus MOZART
Symphonie N°25 (brüggen) (1773)
Sturm...




Ludwig Van BEETHOVEN
Concerto Pour Piano N°2 (klemperer) (1795)
Entrée en matière orchestrale, déjà grandiose!


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Marlis Petersen (hanne, soprano)
- Werner Güra (lukas, ténor)
- Dietrich Henschel (simon, baryton)
- Rias-kammerchor
- Freiburger Barockorchester
- René Jacobs (direction)


1. Je Pense Que Vous Vous En Passerez Hein...
2. Non Parceque Là 44 Titres D'air En Allemand
3. Faut Pas Pousser...
4. Juste Pour Dire Quand Même,
5. Ya Quatre Saisons
6. Mais ça Vous Devez Certainement Le Savoir Déjà!



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod