Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CLASSIQUE  |  OEUVRE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1749 Missa A Due Soprani (Preston)
1756 Concerto Pour Clavier Et Violo...
1757 Symphonie N°1 (Hogwood)
1758 Symphonie N°37 (Hogwood)
1759 Symphonie N°18 (Hogwood)
1760 Symphonie N°19 (Hogwood)
Symphonie N°3 (Fischer)
1761 Symphonies De La Journée 6-8 (...
1762 Symphonie N°9 (Hogwood)
1763 Symphonie N°72 (Hogwood)
1764 Symphonie N°22 Le Philosophe (...
1765 Concerto Pour Violon N°1 (Tet...
Symphonie N°30 Alléluia (Harno...
Symphonie N°31 Appel De Cor (H...
Concerto Pour Violoncelle N°1 ...
1766 Symphonie N°34 (Hogwood)
1767 Concerto Pour Violon N°3 De Me...
Stabat Mater (Harnoncourt)
1768 Symphonie N°59 Le Feu (Solomon...
Symphonie N°49 La Passion (Koo...
1769 Missa In Honorem Beatissimae V...
Symphonie N°41 (Hogwood)
1770 Concerto Pour Clavier N°4 (Sta...
1771 Symphonie N°44 Funèbre (Pinnoc...
1772 Symphonie N°45 Les Adieux (Koo...
1773 Sonate Pour Clavier N°38 Hob X...
1774 Symphonie N°55 Le Maître D'éco...
1775 Symphonie N°68 (Harnoncourt)
Symphonie N°67 (Kraemer)
1776 Symphonie N°69 Laudon (Harnonc...
1778 Sonate Pour Clavier N°34 Hob X...
1779 Symphonie N°53 L'Impériale (Ha...
1780 Concerto Pour Clavier N°11 (St...
1781 Symphonie N°62 (Hogwood)
Quatuors à Cordes Op. 33 Russe...
Symphonie N°74 (Hogwood)
1782 Symphonie N°73 La Chasse (Harn...
1783 Concerto Pour Violoncelle N°2 ...
1784 Armida (Harnoncourt)
1785 Symphonie N°83 La Poule (Harno...
1786 Symphonie N°82 L'Ours (Harnonc...
1787 Symphonie N°88 (Bernstein)
1788 Symphonie N°90 (Rattle)
1789 Symphonie N°92 Oxford (Szell)
1790 Quatuors à Cordes Op. 64 Tost ...
1791 Symphonie N°96 Le Miracle (Hog...
Symphonie N°95 (Jochum)
Symphonie N°93 (Szell)
Symphonie N°94 La Surprise (Ha...
1792 Symphonie N°98 (Jochum)
Symphonie N°97 (Harnoncourt)
1793 Quatuors à Cordes Op. 71 Appon...
Symphonie N°99 (Szell)
1794 Symphonie N°102 (Harnoncourt)
1795 Symphonie N°104 Londres Ou Sal...
1796 Les Sept Dernières Paroles Du ...
Missa Sancti Bernardi Von Offi...
Missa In Tempore Belli - Pauke...
1797 Quatuors à Cordes Op. 76 N°2-4...
1798 Missa In Angustiis - Nelsonmes...
La Création (Harnoncourt)
1799 Theresienmesse (Marriner)
Quatuors à Cordes Op. 77 Lobko...
1800 Te Deum N°2 - Pour L'Impératri...
1801 Les Saisons (Jacobs)
Schöpfungsmesse (Harnoncourt)
1802 Harmoniemesse (Harnoncourt)
1803 Quatuor à Cordes Op. 103 Inach...
2007 Delirium (Coin)
2016 Symphonies 78, 79, 80 & 81 (Da...
1777 Il Mondo Della Luna (Camerling...
 

- Style : Wolfgang Amadeus Mozart , Ludwig Van Beethoven , Carl Philip Emmanuel Bach , Johann Baptist Vanhal , Anton Fils
 

 Le Forum Encyclopédique De Joseph Haydn (476)

Joseph HAYDN - Missa In Tempore Belli - Paukenmesse (harnoncourt) (1796)
Par CHIPSTOUILLE le 14 Juin 2013          Consultée 1933 fois

An de grâce 1796, quatre ans que les Français ont déclaré la guerre à l’Autriche, trois ans que Marie-Antoinette a perdu la tête, littéralement. Le prince Anton Esterházy, qui contrairement à son père était peu intéressé par les choses musicales, décède. Son fils Nicolas II lui succède et rappelle Joseph HAYDN à son service, de son second voyage en Angleterre, à Vienne. « Nicolas Esterházy », pour ceux à qui la consonance rappellerait de vagues souvenirs présidentiels, oui, c’est hongrois. Le compositeur est alors prié par son nouveau mécène d’accompagner une messe par an en l’honneur de la princesse. C’est ainsi qu’il entamera un cycle de 6, dont la « Missa en tempore belli » (ou Paukenmesse, soit messe des timbales en allemand) est supposée être la seconde. (1)

Joseph HAYDN était de ces personnes qui parvenaient à résoudre les conflits. Je vous renverrais bien à la chronique de la symphonie n°45… que je n’ai pas encore écrite, à ce titre. Les plus curieux sauront retrouver l’anecdote. Et donc tout diplomate qu’il fût, il était également profondément pacifiste. Le pacifisme n’étant franchement pas à la mode dans une Autriche impériale farouchement opposée à la République française (et surtout ses excès), HAYDN eu peu d’occasions de faire valoir ses idées (2). Le texte d’une messe, en revanche, est à l’origine peu enclin à encourager le sang. Vous m’objecterez, l’Inquisition, les croisades, les révélations tardives de W. et j’en passe. Mais HAYDN profita donc de l’occasion.

Cette messe a donc pour vocation d’inspirer la paix, et pas dans une série de mouvements calmes, amples et sereins, non. Elle tente cela en instillant le doute, la crainte du conflit. Pour le doute, on se réfèrera aux « Eleison » (ayez pitié) appuyés du « Kyrie ». Pour la crainte, il faudra se reporter aux bruits de tambour lointain, annonçant l’arrivée d’une armée napoléonienne dans l’« Agnus Dei ». Tambours qui lui donneront le surnom de messe des timbales. Pourtant, dans ses chœurs généreux et ses airs à siffler, la messe est plutôt joyeuse et élancée, ce qui lui valut des critiques. Le « Kyrie », qui démarre en fanfare, démontre déjà une puissance musicale qui sera la marque de La Création, l’oratorio le plus connu du compositeur autrichien.

D’un point de vue qualitatif, c’est bon, c’est tout. Le chant choral, lié à la partie instrumentale, y est prédominant. Au même titre que les symphonies du compositeur, l’ensemble forme un tout habile. Le magnifique « Gloria », bien éloigné des mouvements monolithiques de l’époque baroque, délivre en son creux un Qui Tollis dont le thème est réellement touchant de grâce. Malgré les chœurs abondants, on ne peut que ressentir une certaine forme de retenue chez l’auteur. Si celle-ci était tout à fait à propos dans Les Sept Paroles Du Christ, ou délivrera des trésors de subtilité dans La Création, on ne peut s’empêcher de parfois ressentir une légère frustration. Comme si HAYDN n’y dévoilait pas son plein potentiel.

La Missa en tempore belli de HAYDN n'est pas la plus grande œuvre du compositeur. Elle révèle d’agréables surprises et l’ensemble s’écoute avec plaisir. Pas de somnifère en vue non plus, il n’y a pas grand-chose à reprocher à cette œuvre. Dans un genre très similaire, du même compositeur, on pourra préférer la Missa in Angustiis. Malgré la qualité homogène de la Paukenmesse, l’ensemble manque d’un certain éclat, l’ingrédient qui fait les chefs-d’œuvre.

(1) Moi qui pensais que quand le livret (du disque) et Wikipedia ne concordaient pas, il fallait donner la précédence au livret. Celui-ci précise que la "Paukenmesse" est la première messe créée en 1796. Contradiction de côté du biographe Marc Vignal, pour qui la messe a bien été composée puis créée en décembre 1796. Elle a finalement été rejouée pour l'anniversaire de la princesse l'année suivante, en 1797. Je donne donc l'avantage au biographe, certainement plus documenté.

(2) Celà étant, il composa cette même année l'hymne autrichien.

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par CHIPSTOUILLE :


Joseph HAYDN
Symphonie N°82 L'ours (harnoncourt) (1786)
Symphonie à boire (à boire! à boireeeuuuh!)




Joseph HAYDN
Symphonie N°73 La Chasse (harnoncourt) (1782)
Taïaut, taïaut, taïauuuuut!


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Dorothea Röchmann (soprano)
- Elisabeth Von Magnus (mezzo-soprano)
- Herbert Lippert (tenor)
- Oliver Widmer (bariton)
- Arnold Schoenberg Chor
- Erwin Ortner (maître de choeur)
- Concentus Musicus Wein
- Nikolaus Harnoncourt (direction)


- missa In Tempore Belli 'paukenmesse', Hob. Xxii:
1. Kyrie
2. Gloria
3. Credo
4. Sanctus
5. Benedictus
6. Agnus Dei
- salve Regina, Hob.xxiiib:2
7. Salve Regina
8. Eja Ergo, Advocata Nostra
9. Et Jesum



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod