Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CLASSIQUE  |  OEUVRE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1749 Missa A Due Soprani (Preston)
1756 Concerto Pour Clavier Et Violo...
1757 Symphonie N°1 (Hogwood)
1758 Symphonie N°37 (Hogwood)
1759 Symphonie N°18 (Hogwood)
1760 Symphonie N°19 (Hogwood)
Symphonie N°3 (Fischer)
1761 Symphonies De La Journée 6-8 (...
1762 Symphonie N°9 (Hogwood)
1763 Symphonie N°72 (Hogwood)
1764 Symphonie N°22 Le Philosophe (...
1765 Concerto Pour Violon N°1 (Tet...
Symphonie N°30 Alléluia (Harno...
Symphonie N°31 Appel De Cor (H...
Concerto Pour Violoncelle N°1 ...
1766 Symphonie N°34 (Hogwood)
1767 Concerto Pour Violon N°3 De Me...
Stabat Mater (Harnoncourt)
1768 Symphonie N°59 Le Feu (Solomon...
Symphonie N°49 La Passion (Koo...
1769 Missa In Honorem Beatissimae V...
Symphonie N°41 (Hogwood)
1770 Concerto Pour Clavier N°4 (Sta...
1771 Symphonie N°44 Funèbre (Pinnoc...
1772 Symphonie N°45 Les Adieux (Koo...
1773 Sonate Pour Clavier N°38 Hob X...
1774 Symphonie N°55 Le Maître D'éco...
1775 Symphonie N°68 (Harnoncourt)
Symphonie N°67 (Kraemer)
1776 Symphonie N°69 Laudon (Harnonc...
1778 Sonate Pour Clavier N°34 Hob X...
1779 Symphonie N°53 L'Impériale (Ha...
1780 Concerto Pour Clavier N°11 (St...
1781 Symphonie N°62 (Hogwood)
Quatuors à Cordes Op. 33 Russe...
Symphonie N°74 (Hogwood)
1782 Symphonie N°73 La Chasse (Harn...
1783 Concerto Pour Violoncelle N°2 ...
1784 Armida (Harnoncourt)
1785 Symphonie N°83 La Poule (Harno...
1786 Symphonie N°82 L'Ours (Harnonc...
1787 Symphonie N°88 (Bernstein)
1788 Symphonie N°90 (Rattle)
1789 Symphonie N°92 Oxford (Szell)
1790 Quatuors à Cordes Op. 64 Tost ...
1791 Symphonie N°96 Le Miracle (Hog...
Symphonie N°95 (Jochum)
Symphonie N°93 (Szell)
Symphonie N°94 La Surprise (Ha...
1792 Symphonie N°98 (Jochum)
Symphonie N°97 (Harnoncourt)
1793 Quatuors à Cordes Op. 71 Appon...
Symphonie N°99 (Szell)
1794 Symphonie N°102 (Harnoncourt)
1795 Symphonie N°104 Londres Ou Sal...
1796 Les Sept Dernières Paroles Du ...
Missa Sancti Bernardi Von Offi...
Missa In Tempore Belli - Pauke...
1797 Quatuors à Cordes Op. 76 N°2-4...
1798 Missa In Angustiis - Nelsonmes...
La Création (Harnoncourt)
1799 Theresienmesse (Marriner)
Quatuors à Cordes Op. 77 Lobko...
1800 Te Deum N°2 - Pour L'Impératri...
1801 Les Saisons (Jacobs)
Schöpfungsmesse (Harnoncourt)
1802 Harmoniemesse (Harnoncourt)
1803 Quatuor à Cordes Op. 103 Inach...
2007 Delirium (Coin)
2016 Symphonies 78, 79, 80 & 81 (Da...
1777 Il Mondo Della Luna (Camerling...
 

- Style : Wolfgang Amadeus Mozart , Ludwig Van Beethoven , Carl Philip Emmanuel Bach , Johann Baptist Vanhal , Anton Fils
 

 Le Forum Encyclopédique De Joseph Haydn (481)

Joseph HAYDN - La Création (harnoncourt) (1798)
Par CHIPSTOUILLE le 31 Décembre 2013          Consultée 1982 fois

La création, Die Schöpfung en allemand, est le premier des deux grands oratorios de Joseph HAYDN et sans doute son œuvre de tout temps la plus célébrée. De ses voyages en Angleterre, il resta marqué par les oratorios de feu HAENDEL, en particulier une interprétation du Messie. L’autrichien impressionné et également séduit par l’idée qu’un homme puisse ainsi rester à la postérité grâce à sa musique, cherche alors à composer un grand oratorio. On lui proposa un livret anglais, fortement inspiré de la bible et du célèbre poème des paradis perdus de Milton, dont on soupçonne aujourd’hui le destinataire original n’être autre que HAENDEL lui-même. Le texte était cependant trop long et la langue anglaise peu inspirante pour HAYDN, celui-ci confia le texte au bibliothécaire impérial d’Autriche, le baron Van Swieten (1), qui en fit une traduction allemande et en réduisit la longueur. La collaboration entre les deux hommes donna naissance à 3 oratorios, les 7 paroles du christ en croix qui ne furent qu’une adaptation de la sonate d’église instrumentale déjà écrite, la création donc et enfin les saisons. Les deux derniers devaient initialement former une trilogie complétée par « Le jugement dernier ». La maladie aura malheureusement raison de la capacité du compositeur à mener à bien ce projet.

Entre 1796 et 1798, ceci étant, le sexagénaire est encore en pleine possession de ses moyens et le démontre fort joliment. La création est une œuvre d’exception. Son instrumentation se veut très descriptive, chose saisissante dès l’introduction. Dissonantes, éparses, sans fil conducteur, les lignes instrumentales expriment le chaos. Un demi-siècle après ses débuts, un siècle avant STRAVINSKY, HAYDN se ré-invente encore (2). La suite annonce les 4 premiers jours de la création, de la terre de la lumière et des ténèbres, du ciel et des eaux, des astres et de l’espace et enfin de la flore, qui constituent une première partie. La seconde partie célèbre les deux jours suivants (5 et 6), narrant l’apparition de la faune et enfin de l’Homme. La troisième et dernière évoque Adam et Eve au jardin d’Eden.

Imprégné de l’esprit des Lumières, Aufklärung en allemand, HAYDN y fait jaillir son enthousiasme, comme il l’exprimait déjà dans ses 2 messes précédentes, bien éloigné de la sévérité normative des œuvres sacrées du XVIIIe. Chaque jour est l’occasion d’émerveillements et de surprise, les airs s’enchainent aux chœurs, tour à tour mélodiques et démonstratifs, le tout majoritairement en mode majeur. Impossible de citer l’un d’eux en particulier tellement l’œuvre, longue, regorge de qualités. De par son enthousiasme continu, l’évocation timide du péché originel, par la façon dont la lumière chasse continuellement les ténèbres (3) l’œuvre s’inscrit dans cette philosophie caractéristique de cette fin du XVIIIe siècle.

Du point de vue de son inspiration, nous avons déjà évoqué HAENDEL. On pense également de nombreuses fois à MOZART en particulier ses derniers opéras. Le trio de solistes ainsi que les clarinettes du n°27 "Zu dir, O Herr, blickt allez auf" en sont le point culminant. Ce sont les multiples airs faciles à retenir qui rappellent régulièrement les meilleurs passages de Figaro ou de la flûte enchantée. Mais l’oratorio se réfère surtout, à maintes reprises, à d’autres œuvres de HAYDN lui-même. La synthèse de toute une carrière.

Dès sa première exécution, elle eut un succès retentissant, qui se propagea rapidement à toute l’Europe. Les anglais, sauf exceptions, virent chez HAYDN le digne successeur d’HAENDEL. Napoléon lui-même considérait la création comme son œuvre favorite. C’est d’ailleurs en se rendant à l’une de ses interprétations en 1800 qu’il survécut à l’attentat de la rue Sainte-Nicaise. Le compositeur, autrichien rappelons-le, ne portait pas « le petit caporal » dans son cœur. Ironie du sort, la seule autre œuvre que HAYDN acheva cette même année reprit d’ailleurs le nom de Nelson, son ennemi juré (4). Enfin, en 1808 fut donné un mémorable concert où fut jouée une création adaptée en italien et dirigée par SALIERI. HAYDN y fera sa dernière apparition en public. A l’acclamation suscité par le passage « Et la lumière fut », celui-ci répondit, avec la modestie qui le caractérisait, « Cela vient de là-haut ! ».

Magique, explosive, charmante, subtile et plus encore, je manque de qualificatifs pour louer cette oeuvre. Nikolaus Harnoncourt, habitué des œuvres vocales de HAYDN, sait, dans sa version de 1986, peaufiner les détails pour la sublimer (d’autres comme Sir Colin Davis s’y illustrent tout aussi bien). On pourra peut-être rechigner sur le côté live qui ne nous épargne pas quelques toux et raclements de gorge dans les moments calmes. Pour les néophytes, il faut mentionner la présence de récitatifs ainsi qu’une certaine longueur, qu’il peut être difficile de surmonter au premier abord. Si la création est un des summums de la carrière de HAYDN, elle ne s’avère pas être le point de départ idéal. Bien au contraire, il s’agit là plus d’une conclusion que la découverte de quelques messes ou symphonies devait sublimer. Cependant, comparativement aux noces de Figaro ou de la passion selon St Matthieu, deux œuvres aussi magistrales dont la force est tempérée par les mêmes défauts précités, la création parvient plus encore à se renouveler et provoquer un constant émerveillement. Elle est de ce fait incontournable, un véritable chef d’œuvre.

(1) Le même Van Swieten qui fit découvrir BACH à MOZART 15 ans plus tôt.
(2) Affirmation à tempérer concernant les dissonances, SCARLATTI s’y est brillamment illustré. Quelques œuvres rares de l’époque classique telles que le quatuor dissonances de MOZART en font également usage.
(3) Notamment le superbe levé de soleil du n°10 "Stimmt and die Saiten" qui rappelle le mouvement lent de la symphonie N°6 du matin, écrite 35 ans plus tôt.
(4) Mais les circonstances de l’attribution restent inconnues, cf. chronique de la Nelsonmesse

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par CHIPSTOUILLE :


Joseph HAYDN
Symphonie N°73 La Chasse (harnoncourt) (1782)
Taïaut, taïaut, taïauuuuut!




Felix MENDELSSOHN
Symphonie N°1 (abbado) (1824)
La treizième symphonie


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Edita Gruberova (soprano)
- Josef Protschka (ténor)
- Robert Holl (basse)
- Walter Schulz (violoncelle)
- Herbert Tachezi (clavecin)
- Arnold Schoenberg Chor
- Wiener Symphoniker
- Nikolaus Harnoncourt (direction)


- 1ère Partie
1. Die Vorstellung Des Chaos
2. Nun Schwanden Vor Dem Heiligen Strahle
3. Und Gott Machte Das Firmament
4. Mit Sopransolo Mit Staunen Sieht Da
5. Und Gott Sprach Es Sammle Sich
6. Rollend In Schaumenden Wellen
7. Und Gott Sprach Es Bringe Die
8. Nun Beut Die Flur Das Frische Grun
9. Und Die Himmlischen Heerschare
10. Stimmt An Die Saiten Ergreift Die L
11. Und Gott Sprach Es Sein Licher
12. In Vollem Glanz Steiget Jetzt
13. Und Gott Sprach Es Bringe Das
- 2ème Partie
14. Auf Starkem Fittige Schwingt Sich
15. Und Gott Schuf Grosse Walfisch
16. Und Die Engel Ruhrten
17. Terzett In Holder Anmut Stehn
18. Mit Soli Der Herr Ist Gross In Sein

1. Und Gott Sprach Es Bringe Die Erde Hervor
2. Gleich Offnet Sich Der Erde Schoss
3. Nun Scheint In Vollem Glanze
4. Und Gott Schuf Den Menschen Nach Seinem B
5. Mit Wurd Und Hoheit Angetan
6. Und Gott Sah Jedes Ding
7. Vollendet Ist Das Grosse Werk
8. Zu Dir O Herr Blickt Alles Auf
9. Vollendet Ist Das Grosse Werk 2
- 3ème Partie
10. Aus Rosenwolken Bricht Geweckt
11. Von Deiner Gut O Herr Und Gott
12. Nun Ist Die Erste Pflicht Erfullt
13. Holde Gattin Dir Zur Seite
14. O Glucklich Paar Und Glucklich Immerfort
15. Singt Dem Herrn Alle Stimmen



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod