Recherche avancée       Liste groupes



      
B.O./VARIéTé-SWING  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1938 Blanche-Neige Et Les Sept Nain...
1940 Pinocchio
Fantasia
1941 Dumbo
1942 Bambi
Saludos Amigos
1944 Les Trois Caballeros
1946 La Boîte à Musique
Mélodie Du Sud
1947 Coquin De Printemps
1948 Mélodie Cocktail
Danny, Le Petit Mouton Noir
1949 Le Crapaud Et Le Maître D'écol...
1950 Cendrillon
1951 Alice Au Pays Des Merveilles
1953 Peter Pan
1954 20.000 Lieues Sous Les Mers
1955 La Belle Et Le Clochard
1959 La Belle Au Bois Dormant
1961 Les 101 Dalmatiens
1963 Merlin L'Enchanteur
1964 Mary Poppins
1967 Le Livre De La Jungle
1970 Les Aristochats
1971 L'Apprentie Sorcière
1973 Robin Des Bois
1977 Les Aventures De Winnie L'Ours...
Peter Et Elliott Le Dragon
Les Aventures De Bernard Et Bi...
1981 Rox Et Rouky
1983 Le Noël De Mickey
1985 Taram Et Le Chaudron Magique
1986 Basil, Détective Privé
1988 Oliver Et Compagnie
1989 La Petite Sirène
1990 La Bande à Picsou, Le Film : L...
Bernard Et Bianca Au Pays Des ...
1991 La Belle Et La Bête
1992 Aladdin
1994 Le Roi Lion
Le Retour De Jafar
1995 Dingo Et Max
Pocahontas : Une Légende Indie...
Toy Story
1996 Le Bossu De Notre-Dame
Aladdin Et Le Roi Des Voleurs
1997 Hercule
1998 Mulan
1001 Pattes
1999 Tarzan
Fantasia 2000
2000 Dinosaure
Kuzco, L'Empereur Mégalo
2001 Atlantide, L'Empire Perdu
Monstres Et Cie
2002 Lilo & Stitch
La Planete Au Trésor : Un Nouv...
2003 Frère Des Ours
Le Monde De Nemo
2004 La Ferme Se Rebelle
Les Indestructibles
2005 Chicken Little
2006 The Wild
Cars
2007 Bienvenue Chez Les Robinson
Ratatouille
2008 Wall-E
Volt, Star Malgre Lui
2009 Là-Haut
La Princesse Et La Grenouille
2010 Raiponce
2012 Rebelle
Les Mondes De Ralph
2018 Coco
2018 Jazz Loves Disney 2 - A Kind O...
 

- Membre : Bande Originale De Film

DISNEY - Le Retour De Jafar (1994)
Par MARCO STIVELL le 15 Mars 2018          Consultée 330 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Le Retour de Jafar (The Return of Jafar) est un beau gâchis, au sens premier du terme. Il est la deuxième suite historique d'un film DISNEY, mais le premier réalisé spécialement pour la télévision - donc pas de sortie en salle mais sur VHS direct - et un mois avant Le Roi Lion, le grand événement de l'année 1994. La technique n'est pas la même, et l'animation paraît bien simpliste, non pas seulement au niveau des effets spéciaux mais du dessin en lui-même, les personnages etc. C'est un moyen moins onéreux pour les studios de prolonger le plaisir...

Car c'est là où le négatif s'arrête : l'effort est plein de points positifs, et on ne peut qu'imaginer ce que cela aurait donné avec le traitement classique. L'histoire suit de près la fin d'Aladdin, où l'on ne voyait que peu la transformation de Jafar en génie et c'était frustrant, d'autant plus que sa mort n'en était pas une réelle, une qui marque. Il revient donc, avec son perroquet Iago, sauf que dès le départ, Iago se retourne contre lui. Parallèlement, Aladdin est aux prises avec Abis Mal, chef des voleurs du désert, qui tombe un jour par hasard sur la lampe de Jafar...

La version originale anglaise opère quelques changements importants d'un point de vue acteurs, le plus marquant étant celui du Génie ; Robin Williams, fâché temporairement avec DISNEY est remplacé par Dan Castellaneta. Autre chanteur brillant et comique, ce dernier souffre hélas de l'image qu'il renvoie, puisqu'il est beaucoup mieux connu pour être la voix d'Homer, papa des mythiques Simpsons. L'une des premières nouvelles chansons du film lui est dédiée, pleine de clichés sur les diverses régions du monde et les cultures, puisqu'il rentre de vacances.

"Nothing Like a Friend"/"Un Ami", bien que maîtrisé dans sa drôlerie, est très révélateur d'un niveau destiné à être toujours plus modeste que les grandes productions de DISNEY. Cependant, ici, on sait qu'on n'en est pas loin et c'est d'autant plus frustrant, surtout que par rapport au film Aladdin, Le Retour de Jafar va plus en avant dans le retour de la musique swing, quitte à déteindre sur l'ambiance orientale requise. En effet, seule se démarque une reprise d'"Arabian Nights"/"Nuits d'Arabie" pour le générique d'introduction, plus rapide mais judicieuse et toujours splendide (merveilleux Bernard Alane, une nouvelle fois !).

Là où Aladdin chantait "Je Vole", c'est Iago qui prend le relais question importance dans le scénario, et en toute logique, l'un des rares titres solistes lui revient : "Je Prends Soin de Ma Vie" ("I'm Looking Out for Me"). Les cuivres pétaradent, les clins d'oeil music-hall pullulent, et sans être franchement mémorable, on apprécie, en plus de la drôlerie des scènes. En bon perroquet, Iago possède une bonne vieille voix de crécelle ; Gilbert Gottfried, dans le genre comique grinçant habitué des productions américaines de ce style et déjà employé pour Aladdin, se prête bien à l'exercice, quoique les fausses notes peuvent faire vraiment mal aux oreilles parfois ! En France, Eric Métayer est remplacé au pied levé par Philippe Videcoq, qui remarque la différence ?

Si le film n'est pas dispensé d'une chanson romantique, heureusement, "Forget About Love" ("Oublie l'Amour") bénéficie de ce contraste entre le swing malicieux mené par la voix de Iago, et celles plus pures de Jasmine et d'Aladdin au moment d'une ballade magnifique, le tout s'enchaînant sans complexe. DISNEY propose rarement cet effet "chanson dans la chanson", avec des voix si différentes, mais c'est gagné. Et puis, bien placée et intelligente, il y a la citation très courte de "Ce Rêve Bleu" par les flûtes en guise de final, merci, merci !

Le film, dont l'une des principales attractions reste les ruses de Jafar, offre à ce dernier un morceau complet, véritable plateau d'argent pour références magiques (il tend un piège au Génie pour l'emprisonner) et effets diaboliques divers. L'orchestre nous replonge de plus belle dans les années 30/40, et pour la dernière fois avant longtemps. Alternant son apparence humaine et celle du gigantesque diable rouge effrayant qu'il est devenu, Jafar, grâce à d'excellentes prestations de Jonathan Freeman en anglais et Féodor Atkine en français, mène "You're Only Second Rate"/"Tu N'es Qu'un Amateur", ce bal décadent de sorcellerie, avec un certain panache.

Si l'illustration sonore, en dehors des chansons, n'est pas le point fort de la bande sonore à côté de titres aussi bien écrits, il convient de souligner l'importance de l'orchestre et la façon dont il est employé au moment de l'affrontement final avec Jafar, lorsqu'il creuse la terre et crée un magma pour tuer Aladdin. Tradition DISNEY oblige, les musiciens sont placés sous le signe d'un autre Orient, celui de l'Europe, et les images nous font regretter une dernière fois l'absence de moyens plus importants. Néanmoins, quelle mort, froide, époustouflante !

Randy Petersen, compositeur attitré des productions TV de DISNEY ainsi que d'autres futures suites, est à la base d'idées qui nous marquent suffisamment pour qu'on y revienne. À la réalisation, Tad Stones, Toby Shelton, Alan Zaslove et le reste de leur équipe se sont plutôt bien débrouillés, et ce "numéro 2" demeure tout à fait honorable, nonobstant quelques incohérences (le Génie était censé ne plus avoir de bracelets, non ?). Mais, quitte à se répéter, en 1994, notre attention est déjà ailleurs...

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


DISNEY
Mary Poppins (1964)
Un coffre plein de tubes. Inoubliable.




Phil COLLINS
Testify (2002)
Sous-estimé


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Randy Petersen (compositions)
- Gilbert Gottfried (chant)
- Brad Kane, Liz Callaway (chant)
- Jonathan Freeman, Dan Castellaneta (chant)
- Brian Hannan (chant)
- Orchestre Des Studios Disney


1. Arabian Nights/nuits D'arabie
2. I'm Looking Out For Me/je Prends Soin De Ma Vie
3. Nothing Like A Friend/un Ami
4. Forget About Love/oublie L'amour
5. You're Only Second Rate/tu N'es Qu'un Amateur



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod