Recherche avancée       Liste groupes



      
B.O./FOLK  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1938 Blanche-Neige Et Les Sept Nain...
1940 Pinocchio
Fantasia
1941 Dumbo
1942 Bambi
Saludos Amigos
1944 Les Trois Caballeros
1946 La Boîte à Musique
Mélodie Du Sud
1947 Coquin De Printemps
1948 Mélodie Cocktail
Danny, Le Petit Mouton Noir
1949 Le Crapaud Et Le Maître D'écol...
1950 Cendrillon
1951 Alice Au Pays Des Merveilles
1953 Peter Pan
1954 20.000 Lieues Sous Les Mers
1955 La Belle Et Le Clochard
1959 La Belle Au Bois Dormant
1961 Les 101 Dalmatiens
1963 Merlin L'Enchanteur
1964 Mary Poppins
1967 Le Livre De La Jungle
1970 Les Aristochats
1971 L'Apprentie Sorcière
1973 Robin Des Bois
1977 Les Aventures De Winnie L'Ours...
Peter Et Elliott Le Dragon
Les Aventures De Bernard Et Bi...
1981 Rox Et Rouky
1983 Le Noël De Mickey
1985 Taram Et Le Chaudron Magique
1986 Basil, Détective Privé
1988 Oliver Et Compagnie
1989 La Petite Sirène
1990 La Bande à Picsou, Le Film : L...
Bernard Et Bianca Au Pays Des ...
1991 La Belle Et La Bête
1992 Aladdin
1994 Le Roi Lion
Le Retour De Jafar
1995 Dingo Et Max
Pocahontas : Une Légende Indie...
Toy Story
1996 Le Bossu De Notre-Dame
Aladdin Et Le Roi Des Voleurs
1997 Hercule
1998 Mulan
1001 Pattes
1999 Tarzan
Fantasia 2000
2000 Dinosaure
Kuzco, L'Empereur Mégalo
2001 Atlantide, L'Empire Perdu
Monstres Et Cie
2002 Lilo & Stitch
La Planete Au Trésor : Un Nouv...
2003 Frère Des Ours
Le Monde De Nemo
2004 La Ferme Se Rebelle
Les Indestructibles
2005 Chicken Little
2006 The Wild
Cars
2007 Bienvenue Chez Les Robinson
Ratatouille
2008 Wall-E
Volt, Star Malgre Lui
2009 Là-Haut
La Princesse Et La Grenouille
2010 Raiponce
2012 Rebelle
Les Mondes De Ralph
2018 Coco
2018 Jazz Loves Disney 2 - A Kind O...
 

- Membre : Bande Originale De Film

DISNEY - Le Noël De Mickey (1983)
Par MARCO STIVELL le 14 Janvier 2018          Consultée 274 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

L'année 1983 fait partie sans doute des moins prolifiques de leur carrière pour les studios DISNEY en termes d'animation, un an après la sortie de Tron qui marque les esprits à sa façon et alors que le PDG Card Walker, qui vient de lancer Disney Channel, s'apprête à laisser la main. En réalité, il n'y a aucun "long métrage classique d'animation" entre 1981 et 1985.

Cet aparté pour Le Noël de Mickey, court métrage d'une vingtaine de minutes, permet donc de meubler ce vide temporel, en sachant qu'il constitue la première apparition de la souris phare des studios, l'emblème de feu Walt, depuis le début des années 50, ce qui paraît de nos jours inconcevable. L'oncle Picsou, Donald Duck et Goofy/Dingo avaient eux aussi quelque peu disparu de la circulation et reviennent de plus belle, la création de Disney Channel tombant au bon moment.

On est d'abord heureux de les retrouver à travers une jolie histoire qui emprunte largement aux DISNEY classiques, non pas Bambi comme pour Rox et Rouky, mais plutôt Blanche-Neige, Pinocchio. De fait, après une petite période américaine, les studios reviennent peu à peu à l'Europe, ici grâce au premier et plus célèbre conte de l'auteur Charles Dickens, baptisé A Christmas Carol/Un Chant de Noël.

Le scénario de Burny Mattinson (également co-réalisateur) et ses assistants reste largement fidèle à l'histoire d'Ebenezer Scrooge (présenté sous les traits de Balthazar Picsou) et sa morale, celle de révéler au protagoniste le mal qu'il peut causer par son égoïsme et le faire changer. Le leitmotiv "Humbug!"/"Foutaises !" pragmatique de Scrooge (devenu ici "Fariboles !") à l'encontre de Noël s'efface bien vite devant la bonté de Bob Cratchit (Mickey Mouse) et son propre neveu (Donald Duck), ainsi que la visite des trois fantômes de Noël. Certains passages ont été un peu résumés, mais globalement on s'attache vite à cette "petite" production DISNEY.

La partition est dirigée, pour la dernière fois dans la carrière des studios, par Irwin Kostal qui avait déjà dirigé Mary Poppins, L'Apprentie Sorcière et Peter et Elliott le Dragon. Une seule chanson est notable, celle du générique du début, un "Christmas carol" ou chant de Noël dans la bonne tradition, assez joli.

Pour la suite, le basson est à l'avenant dans l'idée de souligner le caractère du vieil oncle acariâtre et avare. Les thèmes courts s'accordent avec l'action, plutôt rapide, mais pas assez pour qu'on n'en profite pas, et elle offre le plaisir d'entendre Kostal œuvrer dans un format rythmé par la brièveté. Ce qui lui va mieux que certaines longueurs des films mêlant animation et prises de vue réelles, hormis Mary Poppins qui est un sans-faute.

Le moment où Scrooge croit qu'il va dormir, après la visite du fantôme de Jacob Marley (Goofy/Dingo), illustré par une berceuse jouée à l'alto, est très beau, dans un ton autre que le quadrille festif de la soirée chez Fezzywig. Et la musique triste de Tiny-Tim - le fils de Crachit/Mickey -, la musique féérique rattachée à Isabelle (Daisy), waouh !

Ces instants forts sont relevés, en France, par la présence d'un doublage de qualité : Philippe Dumat qui, après le Prince Jean de Robin des Bois et Snoops dans Bernard et Bianca, donne déjà une excellente voix canardesque à Scrooge/Picsou qu'il incarnera longtemps, Roger Carel en Jiminy Cricket (le fantôme du Noël passé), et quelques autres, Jean-François Kopf (Mickey), Sylvain Carruso (Donald), Henry Djanik...

Si le travail musical ne peut pas être qualifié de chef-d'oeuvre, de même que le court métrage, il n'en demeure pas moins une réussite, à redécouvrir !

A lire aussi en DIVERS par MARCO STIVELL :


Steve HACKETT
Guitar Noir (1993)
Le grand retour de steve




Kōji KONDō
The Legend Of Zelda: Ocarina Of Time (1999)
En mode papy grenier.


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Irwin Kostal (écriture, Orchestrations)
2. Frederick Searles (écriture Des Chansons)
3. Orchestre Des Studios Disney



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod