Recherche avancée       Liste groupes



      
B.O./VARIéTé LATINO  |  B.O FILM

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Bande Originale De Film

DISNEY - Kuzco, L'empereur Mégalo (2000)
Par MARCO STIVELL le 14 Juin 2018          Consultée 138 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Kuzco, l'Empereur Mégalo (en version originale The Emperor's New Groove) est, contre toutes attentes, une excellente surprise. DISNEY replace son centre d'intérêt en Amérique du Sud pour la première fois depuis 1944 (Les Trois Caballeros) et donne une suite à Hercule en matière de film reposant d'abord sur l'humour et sur l'émotion ensuite. Là où Hercule pouvait se montrer impressionnant, Kuzco se révèle plus simple mais aussi meilleur, grâce à une qualité égale tout du long, un humour cartoonesque mieux dosé (qui en fait le plus drôle de tous les DISNEY) et non alourdi par les rimes en tous sens ; enfin grâce à sa bande originale, pleine de surprise !

Enfant gâté, Kuzco (qui tient son nom d'une ville du sud-est du Pérou, Cuzco, ancienne capitale de l'empire inca) pratique le culte de la personnalité, illustré par son groove (un morceau de salsa). Il prend plein de décisions égoïstes pour son règne, jusqu'au jour où il tombe sur Pacha, un de ses chefs de village, qui s'oppose à la construction d'une résidence secondaire impériale là où se trouve sa propre maison. S'ensuivent une transformation de l'empereur en un vulgaire lama, malentendus, poursuites dans la jungle avec le duo délirant Yzma / Kronk, une vieille intendante "qui fait peur sans faire exprès" et son serviteur colosse gentiment demeuré. Entre une famille paysanne et le gigantisme d'un palais inca, il n'y a qu'un pas, et DISNEY ne s'en trouve que mieux inspiré.

Martin Dindal, programmateur d'effets spéciaux depuis La Petite Sirène (1989), réalise ce film et confie la partition à John Debney qui n'est encore qu'un compositeur de l'ombre pour blockbusters : il a fait entre autres, L'Île aux Pirates de Renny Harlin (alias le film le moins rentable de l'histoire du cinéma) en 1995, la comédie Menteur Menteur, la version hollywoodienne d'Inspecteur Gadget... Pour DISNEY, bien avant La Passion du Christ, un de ses plus beaux travaux prend forme avec Kuzco, l'Empereur Mégalo. Et notez bien la présence d'un autre élément de choix pour les chansons que l'on entend : Sting. Deux en fait, avec Tom Jones, puisque ce dernier en chante la moitié.

Mais c'est bien l'ancien chanteur-bassiste de The Police qui se colle à l'écriture, aidé par David Hartley, également chargé de diriger la chorale ! "My Funny Friend and Me", le thème principal du film, mis au générique de fin, est une ballade 80's tardive, passée à la sauce jazz-r'n'b comme Sting aime bien le faire à l'époque, Kuzco étant sorti en salle dans l'intervalle entre les disques Brand New Day (1999) et Sacred Love (2003). Pas de quoi remporter un Oscar de la meilleure musique, c'est joli mais ça baisse en qualité au moment où rentrent les choeurs gospel. Toutefois, il ne s'agit que d'une petite tâche !

Le reste des morceaux peut librement balayer l'ensemble de la sphère latino américaine, quitte à ne pas faire une seule fois référence à la musique des Andes. "The Girl from Ipanema" vient de chez les voisins brésiliens, et le groove de l'empereur, "Perfect World" (en français "Un Monde Parfait"), reste une salsa tout ce qu'il y a de plus cubaine, brillamment menée par la voix de Gallois Velu Tout-Puissant, le "sexbombeur" et tombeur Tom Jones. Les cuivres jouent fort, les paroles à la louange de Kuzco et la mélodie sont taillées pour lui. Nous ne risquons pas d'en dire le moindre mal, l'empereur nous guette et garde la main sur le levier pour nous jeter aux crocodiles...

Pour le reste, il n'y a rien d'exceptionnel, mais John Debney se fait une joie, complètement transmise au spectateur, de reprendre les anciens codes de la musique de film, une véritable illustration des faits et gestes, des marques d'humour, bref, une bande son qui vit. De façon surprenante, ça commence avec un violon est-européen larmoyant et un thème post-romantique façon DISNEY d'avant, durant l'introduction où on voit le lama Kuzco tout triste. Le piano est ensuite à l'honneur, conduisant l'orchestre et débouchant sur "Perfect World". Lorsque Pacha entre en scène, une clarinette et des cordes naïves résonnent avec délice : Debney emploie ce procédé pour tous les thèmes liés au personnage et à sa famille, résolument champêtres. Et splendides...

Jamais je n'aurais cru dire ça d'un tel film, mais il est vrai qu'en dehors de la salsa et des cartooneries, il est bourré jusqu'à la moelle de belles mélodies, avec un peu de basson par-ci, un peu de célesta par-là. Les interventions d'Yzma sont soulignées par une musique gothico-orchestrale à l'ancienne elle aussi, ou alors du swing pur jus, il ne fallait pas l'oublier. Plus loin, Dominic Miller, le musicien-phare de Sting se promène avec sa guitare nylon, converse avec un cor anglais sur des thèmes émouvants, car ce film l'est autant que drôle.

Aussi inattendu qu'excellent, il manque de grandes chansons pour que ce soit parfait. Surtout qu'à côté de ça, on hurle de rire (la scène du repas impérial, le fast-food dans la jungle, "voilà, c'est Kronk !"...), grâce à un doublage soigné une fois de plus : Elisabeth Wiener (voix de Jamie Lee Curtis) pour Eartha Kitt/Yzma, Emmanuel Curtil (voix de Jim Carrey) pour Kronk, Jacques Frantz (voix de Robert De Niro) pour John Goodman/Pacha... On remarque deux ou trois clins d'oeil tout à fait réussis, à Merlin l'Enchanteur pendant la scène des fioles à sortilèges finale, à Pinocchio qui devient un âne lorsque Kuzco se transforme en lama. À revoir et à réécouter !

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


DISNEY
Les Aventures De Bernard Et Bianca (1977)
Lumières et cauchemars.




I MUVRINI
Quorum (1989)
L'album le plus exigeant d'i muvrini


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- John Debney (compositions, orchestrations)
- Sting (paroles, musiques, chant)
- David Hartley (musiques, arrangements vocaux)
- Brad Dechter, Frank Bennett (orchestrations)
- Chris Klatman, Don Nemitz (orchestrations)
- Tom Jones, Eartha Kitt, Rascal Flatts (chant)


1. Perfect World/un Monde Parfait
2. My Funny Friend And Me
3. Snuff Out The Light (yzma's Song)
4. Walk The Llama Llama
5. Perfect World (reprise)
6. + Titres Instrumentaux Non-crédités



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod