Recherche avancée       Liste groupes



      
B.O/SWING  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Bande Originale De Film

DISNEY - Monstres Et Cie (2001)
Par MARCO STIVELL le 21 Juin 2018          Consultée 143 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Production DISNEY/Pixar.

Monstres et Cie (Monsters Inc.), le troisième effort original de Pixar - laissons de côté Toy Story 2, paru en 1999 - n'est pas une déception, mais il peut être considéré comme tel sur le plan musical.

L'heure et demie désormais règlementaire passe relativement vite en compagnie de Jacques Sullivan dit "Sulli" et son compère Mike "Bob" Wazowski (ou Razowski), de la petite Boo/Bouh, des méchants Henry Waternoose et Léon/Randall Boggs. Un Pixar dans la bonne tradition avec son design (bien pensé pour concurrencer Shrek, et sans problème à mon sens, n'étant pas amateur du monstre vert de Dreamworks), son type de scénario, son humour terre-à-terre mais pas dénué de magie pour autant.

L'attachement réciproque de Sulli pour la petite Bouh fait naître sa petite larmichette, tout comme on se délecte avec le sourire des voix employées pour trois personnages principaux : John Goodman, Steve Buscemi, James Coburn (quelques mois avant le décès de cet immense acteur), respectivement doublés en français par Jacques Frantz, Dominique Collignon-Maurin et Richard Darbois, que vous recroiserez facilement si vous remontez les pages des dix années précédentes de chroniques DISNEY sur Forces Parallèles !

Hélas, au niveau du son, c'est bien là le seul point positif qui tient sur la longueur. Alors que Pete Docter, encore jeune réalisateur, vient apporter un nouveau souffle à l'entreprise Pixar, le vieux maestro Randy Newman est de nouveau rappelé à son poste. On s'attend à un jazz-swing léger et cocasse, et c'est bien le cas, au moins pour les génériques.

Celui du début démarre au quart de tour avec la cymbale charleston de la batterie et une intervention de saxophone soprano tout à fait appréciable, autant que l'aspect générique à l'ancienne pour les images choisies. Le trombone, le piano et le vibraphone s'invitent ensuite dans une tonalité décidément très New Orleans et qui reste la plus sympathique de l'ensemble proposé.

En comparaison, le générique de fin est une épreuve, pourtant "If I Didn't Have You" ("Si Je Ne T'avais Pas") a bien rapporté un Oscar à Newman ! Les éléments attendus sont là, mais les voix des deux acteurs principaux (Sulli et Bob) s'en donnent à coeur joie, avec tout ce que cela comporte d'approximation et de délires forcés, sachant combien cela traîne en longueur, et en incluant une variation bien fade par Bob seul. Pour le coup, Newman ne pousse absolument pas la chansonnette, car la seule autre voix fredonnante du film est celle de Bouh lors du passage aux toilettes, et c'est davantage du babil. Mignon évidemment, mais c'est le personnage qui veut cela.

Le reste du temps, la musique se contente d'orner l'action sans la souligner comme ça pouvait être le cas dans les DISNEY les plus récents. Les mélodies ne sont pas franchement marquantes, guère plus que les ambiances, même si comme toujours, on relève çà et là deux ou trois bons moments. En particulier, la séquence de travail des monstres : swing pour l'usine avec bon travail sur les syncopes, marche militaire pour les expéditions dans les chambres des enfants, ainsi qu'un blues orchestral pour la porte de la fillette. Au même niveau, le très beau violon couplé avec le piano à la fin pour la séparation de Sulli et de Bouh, les notes juste frôlées lorsque la porte est réparée.

Ailleurs, c'est encore plus une suite de brièvetés gentillettes, comme une montée orchestrale et spectaculaire attendue pour la scène des monstres qui font peur aux enfants la nuit au début, un petit air en mode lydien (dissonant mais traité de façon jolie) pour le réveil de Sulli encore au début, une musique de pub héroïque... Côté instruments, un bugle qui se relaie avec un sax baryton et une trompette bouchée dans les vestiaires, un piano modal à la Bill Evans au restaurant... Du passe-partout, simplement "histoire de" mettre une musique, sans réel plus et c'est dommage !

A lire aussi en JAZZ par MARCO STIVELL :


Ella FITZGERALD
Mack The Knife - Ella In Berlin (1960)
Ella brille de mille feux




BRAND X
Unorthodox Behaviour (1976)
Des débuts décoiffants


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Randy Newman (compositions, paroles, direction musicale)
- Jonathan Sacks, Ira Hearshen (orchestrations)
- John Goodman, Billy Crystal (chant)
- Mary Gibbs (chant)


1. La Famille (chanson De Bouh)
2. If I Didn't Have You/si Je Ne T'avais Pas (génériq
3. La Chanson De Mike
4. Si Je Ne T'avais Pas (reprise)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod