Recherche avancée       Liste groupes



      
B.O/SWING-FOLK ANGLAIS  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Bande Originale De Film

DISNEY - Merlin L'enchanteur (1963)
Par MARCO STIVELL le 12 Novembre 2017          Consultée 140 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Encore un DISNEY maudit. Merlin l'Enchanteur (The Sword in the Stone) est l'oeuvre d'un homme, et ce n'est pas Walt, alors de plus en plus malade. Bill Peet, le scénariste de nombreux classiques et en particulier les années qui ont précédé, veut adapter le roman de Terence Hanbury White (The Sword in the Stone/L'épée dans la pierre) qui se concentre sur la jeunesse d'Arthur, son éducation par Merlin, et ponctué de quelques anachronismes (Saint-Tropez... Vive les années 60 !). Dans la période anglaise des studios, ce film très imparfait se révèle tout aussi touchant. Le seul qui avait un caractère aussi médiéval auparavant, c'était Danny le Petit Mouton Noir (1948), dans sa courte séquence sur l'histoire de l'Ecosse, avec un autre schéma parallèle, celui de l'éducation.

À l'époque, Bill Peet est opposé aux animateurs qui misent sur le Roman de Renart et créent Chantecler. Mais ce dernier coq ne remporte pas la faveur de Walt le patron, contrairement à Merlin l'Enchanteur, même s'il n'y croit qu'à demi, sans doute encore trop marqué par l'échec injuste de La Belle au Bois Dormant. Peet s'affaire, il propose un jeune Arthur bon, innocent, et surtout une vision paternaliste de Merlin, susceptible et attentionné, qui marque durablement à travers un film à chapitres dont le point fort n'est pas le rebondissement, de fait. Quant au dessin, c'est le même que pour les 101 Dalmatiens, avec un Wolfgang Reitherman bien installé à la production, désormais.

La musique est l'oeuvre de la nouvelle poule aux oeufs d'or de DISNEY (elle aussi, pour des années) : la fratrie Sherman, Robert – l'aîné - et Richard, deux New yorkais. Ils se sont fait connaître en 1961 grâce au méga-tube "You're Sixteen" écrit pour Johnny BURNETTE, et "Let's Get It Together", extrait du film Parent Trap/La Fiancée de Papa, production DISNEY. À côté, George Bruns reste à la direction musicale et Franklyn Marks aux orchestrations.

La partition strictement instrumentale, mis à part quelques moments de silence notables et bienvenus qui s'accordent avec l'obscurantisme moyenâgeux (au début du film surtout, très réussi d'ailleurs), est assez riche et fouillée. En fait, elle rend hommage au classicisme des bandes originales DISNEY, en particulier pour les moments cartoonesques à la Silly Symphonies, qui reviennent de plus belle grâce à l'humour distillé par l'enchanteur, par son hibou Archimède, et aussi leur combat multi-formes avec la sorcière Madame Mim, point culminant de l'action.

Cette largesse de ton, très dynamique, nuit un peu à la globalité de la musique, qui semble copieuse et part un peu dans tous les sens, tout comme on adhère plus ou moins aux chapitres de l'éducation d'Arthur en poisson, en écureuil ou en oiseau. Il y a bien sûr des moments formidables, la montée de cordes lors du final avec le brochet, le piano et les violons angéliques par un lendemain d'orage au château de Sire Hector, la féérie courte des songes de Merlin au début, la chorale d'Excalibur à la fin... La scène de la vaisselle est une variante de L'apprenti Sorcier (Fantasia), avec une trompette swing en soliste, et la fin du chapitre écureuil apporte son quota de larmes, le son comme l'image.

Les frères Sherman doublent la présence de chansons par rapport aux 101 Dalmatiens, avec notamment la ballade "That's What Makes the World Go Round"/"C'est c'qui Fait Qu'tout Tourne Rond", réminiscence de Danny là encore. Bien écrite, pas des plus mémorables cependant, contrairement aux chansons des magiciens, bons et mauvais que son Merlin et Madame Mim, avec leurs onomatopées respectives, "Higitus Figitus" pour lui (rah, cette montée d'orchestre avec les livres et grimoires qui dansent en rythme, géniale !) et "Zim Zam Ba Rim Bim" pour elle.

Le doublage de Merlin en français, par Alfred Pasquali, est beaucoup plus parlant et rigolo que la voix originale de Karl Swenson. À noter qu'Arthur (Rickie Sorensen au départ), chez nous, propose un Dominique Collignon-Maurin tout jeune, 14 ans à peine : plus tard, il sera Hadès, grandiose dans Hercule (1998) de DISNEY toujours, et sinon bien sûr Mark Hamill, Kevin Kline, Nicolas Cage...

Beaucoup s'accordent à dire que, loin des légendes arthuriennes, Merlin l'Enchanteur est plus fidèle à l'esprit médiéval authentique que les autres contes de DISNEY, pour l'obscurantisme des débuts et le château mal entretenu, le comportement des personnages, y compris Sire Hector, l'affreux Kay, Pelinore... Ceux-ci chantent d'ailleurs un titre court a-cappella, "Blue Oak Tree"/"Pour Notre Roi" plus près des chants populaires d'alors en Grande-Bretagne (les "carols").

Il y a surtout, après le générique slow jazz-swing classique DISNEY, ces trompettes royales en quintes et une intro merveilleuse sous forme de madrigal, qui raconte l'histoire d'Excalibur en montrant des enluminures. En anglais (chant théâtral) comme en français (chant lyrique), par Fred Darian ou Jean Cussac, c'est d'une beauté exceptionnelle, et si bref pourtant ! Un accompagnement de guitare classique, quelques choeurs et c'est tout... Le revival du folk britannique n'est pourtant prévu que dans trois ou quatre ans ! Et Robin des Bois, c'est dix ans après.

Merlin l'Enchanteur, sorti le jour de Noël 1963, est mal accueilli, hélas, mais il se verra reconsidéré au fil des ans. Entre temps, le scénariste Bill Peet quitte les studios DISNEY après ce qui reste "son" projet.

A lire aussi en DIVERS par MARCO STIVELL :


Michael LAND
Escape From Monkey Island (2000)
Toujours le reggae le plus charmant !




Kōji KONDō
Super Mario 64 (1996)
"It's a me, maaaarrrioo !".


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- George Bruns (direction musicale, compositions)
- Robert Sherman, Richard Sherman (écriture des chansons)
- Franklyn Marks (orchestrations)
- Fred Darian (chant)
- Karl Swenson, Martha Wentworth, Rickie S (chant)
- Sebastian Cabot (narration, chant)
- Orchestre Des Studios Disney


1. Générique
2. The Sword In The Stone/la Légende D'excalibur
3. Higitus Figitus
4. That's What Makes The World Go Round/c'est C'qui F
5. A Most Befuddling Thing/la Chose La Plus Compliqué
6. Mad Madame Mim/zim Zam Ba Rim Bim
7. Blue Oak Tree/pour Notre Roi
8. + Musiques Instrumentales Non-créditées



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod