Recherche avancée       Liste groupes



      
B.O./FOLK MEXICAIN  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1938 Blanche-Neige Et Les Sept Nain...
1940 Pinocchio
Fantasia
1941 Dumbo
1942 Bambi
Saludos Amigos
1944 Les Trois Caballeros
1946 La Boîte à Musique
Mélodie Du Sud
1947 Coquin De Printemps
1948 Mélodie Cocktail
Danny, Le Petit Mouton Noir
1949 Le Crapaud Et Le Maître D'écol...
1950 Cendrillon
1951 Alice Au Pays Des Merveilles
1953 Peter Pan
1954 20.000 Lieues Sous Les Mers
1955 La Belle Et Le Clochard
1959 La Belle Au Bois Dormant
1961 Les 101 Dalmatiens
1963 Merlin L'Enchanteur
1964 Mary Poppins
1967 Le Livre De La Jungle
1970 Les Aristochats
1971 L'Apprentie Sorcière
1973 Robin Des Bois
1977 Les Aventures De Winnie L'Ours...
Peter Et Elliott Le Dragon
Les Aventures De Bernard Et Bi...
1981 Rox Et Rouky
1983 Le Noël De Mickey
1985 Taram Et Le Chaudron Magique
1986 Basil, Détective Privé
1988 Oliver Et Compagnie
1989 La Petite Sirène
1990 La Bande à Picsou, Le Film : L...
Bernard Et Bianca Au Pays Des ...
1991 La Belle Et La Bête
1992 Aladdin
1994 Le Roi Lion
Le Retour De Jafar
1995 Dingo Et Max
Pocahontas : Une Légende Indie...
Toy Story
1996 Le Bossu De Notre-Dame
Aladdin Et Le Roi Des Voleurs
1997 Hercule
1998 Mulan
1001 Pattes
1999 Tarzan
Fantasia 2000
2000 Dinosaure
Kuzco, L'Empereur Mégalo
2001 Atlantide, L'Empire Perdu
Monstres Et Cie
2002 Lilo & Stitch
La Planete Au Trésor : Un Nouv...
2003 Frère Des Ours
Le Monde De Nemo
2004 La Ferme Se Rebelle
Les Indestructibles
2005 Chicken Little
2006 The Wild
Cars
2007 Bienvenue Chez Les Robinson
Ratatouille
2008 Wall-E
Volt, Star Malgre Lui
2009 Là-Haut
La Princesse Et La Grenouille
2010 Raiponce
2012 Rebelle
Les Mondes De Ralph
2013 Monstres Academy
Planes
La Reine Des Neiges
2014 Les Nouveaux Héros
2015 Vice-Versa
Le Voyage D'Arlo
2016 Zootopie
Le Monde De Dory
2018 Coco
Les Indestructibles 2
2018 Jazz Loves Disney 2 - A Kind O...
 

- Membre : Bande Originale De Film

DISNEY - Coco (2018)
Par MARCO STIVELL le 21 Avril 2018          Consultée 411 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Production DISNEY/Pixar. Et pas la moindre.

Je n'ai pas vu de film DISNEY au cinéma depuis... Tarzan, en 1999 donc, mis à part Les Indestructibles (2004), autre collaboration avec Pixar. Pour Coco, et au bout de tout ce temps, il aurait été si bon de marquer le coup – tout comme pour Raiponce en 2010, La Reine des Neiges en 2013, Vaiana en 2016... -, mais ça ne s'est pas fait, alors il a fallu attendre ce début de mois d'avril, la sortie du DVD (eh oui, toujours pas décidé à faire d'autres concessions à la modernité).

Comme souvent (toujours ?) c'est un enchantement, parce que malgré la routine du design Pixar des personnages, façon poupées, le travail sur les décors (le Monde des Morts...) reste splendide, et grâce aux scénaristes de DISNEY, nous n'avons aucun mal parler de l'histoire, des émotions distillées du début à la fin... Un très beau conte sur la célébrité et les relations familiales, avec du négatif dans l'un comme dans l'autre, mais aussi l'optimisme cher aux studios, dont on ne saurait se passer.

Dans sa première partie, et notamment après l'arrivée dans ledit Monde des Morts, Coco perd de sa fibre et fait naître quelques signes d'impatience rares, on arrive presque à ne plus y croire. Le film réalisé par Lee Unkrich (Toy Story, 1001 Pattes, Le Monde de Nemo...) et Adrian Molina (son premier projet de réalisation, après avoir co-écrit Ratatouille et Le Voyage d'Arlo) revient cependant très vite nous prendre aux tripes pour ne plus nous lâcher, et en particulier dès le premier moment sentimental qui réunit Miguel et son "ami" aventurier, Héctor, un moment funeste...

C'est un peu comme la bande originale du film. La partition de Michael Giacchino, dont on se souvient qu'il avait remporté un Oscar pour la musique de Là-Haut (2010), n'a aucun intérêt dans son apparat le plus "classique", hollywoodien. Il y a peu de thèmes en ce sens, certes, mais ça ne vaudrait pas plus de 1 ou 2/5 niveau note. Les ambiances de jungle pendant les fuites/courses-poursuites, c'est sympa, mais terriblement passe-partout. En outre, on remarque le syndrome des films d'animation actuels, loin des anciens DISNEY où la musique était bavarde mais au coeur de l'action et inspirée. Ce ne sont pas les longs silences qui diront le contraire, durant une bonne partie de la durée globale.

Oui, mais voilà, Coco est une déclaration d'amour à la culture mexicaine, et de ce point de vue, c'est une réussite majeure, d'autant plus marquante quand on connait la situation d'une rive à l'autre du Rio Grande, et certaines "opinions" médiatiques qu'il vaut mieux ne pas rappeler. Ernesto De la Cruz d'abord, l'idole de Miguel, incarne les chanteurs populaires d'il y a quelques décennies déjà, l'esprit mariachi dans ce qu'il a de plus spectaculaire, avec voix forte, galanterie des paroles et de l'attitude poussée à l'extrême.

Un chanteur de variété qui (désolé de vendre la mèche !), malgré son personnage détestable, nous convainc pleinement sur "Recuerda Me"/"Ne M'oublie Pas", ainsi que sur "La Llorona" (morceau traditionnel), scène de concert qui mélange l'interprétation musicale pathétique avec la drôlerie de l'action, du grand art ! L'humour est moins dans le ton du film, mais il comporte quelques beaux éclats : le concours de talents du Monde des Morts, avec ses plans brefs sur les artistes les plus divers, mariachi, groupe de heavy-metal et version chicano de poète maudit à la Sébastien Tellier. Et le générique de fin, avec son passage rock latino bien fun, toutes timbales et congas dehors... Ne manque que la six-cordes en feu du natif de Tijuana, Mexique : Carlos SANTANA !

Question dialogues comme chant, on remercie les acteurs français d'avoir bien bossé leur accent latin ! Et d'ailleurs, rien n'émeut autant que les moments où les voix se rapprochent de la guitare classique/nylon avec un souci d'intimité plus prononcé. Lorsque, par exemple, Hector chante "Tout le Monde Connaît Juanita" pour son ami agonisant (salve de larmes !) et Miguel "Recuerda Me" (autre salve de larmes !) pour sa vieille aïeule, Mamà Coco, personnage secondaire mais utilisé pour le titre, car symbole d'un amour ineffaçable et lié à la musique. Sur un mode plus festif, on apprécie énormément les chansons de Miguel toujours, "Un Poco Loco" pendant le concours de talents et le magnifique final "Corazòn".

En dehors de l'aspect guitare-voix, c'est ce fameux rythme de trois temps "à la mexicaine" qui nous émeut grandement, décliné de plusieurs façons, mais en gardant toujours ces accords simples et chaleureux. On se souvient, il y a un petit bout de temps, des Trois Caballeros, production documentaire de DISNEY en 1944, qui s'intéressait de près à la musique mexicaine, et notamment le "jarabe tapatìo", "danse du chapeau", traditionnel de Guadalajara. C'est ce rythme qu'on retrouve le plus souvent, trois temps donc, avec raclement fougueux des cordes de guitare, trompettes mariachi qui veulent être plus fortes que les voix masculines... Et ça fait un bien fou !

Cette musique ensoleillée, on la retrouve de manière plus douce à travers des moments féériques, contemplatifs qu'ils soient tristes ou optimistes. La guitare plane sur les cordes, dialogue avec la trompette, grande et belle trompette mexicaine qui a inspiré un certain Ennio MORRICONE ; l'accordéon participe également et, autre élément essentiel, le marimba (cousin du xylophone, instrument africain à la base) qui rajoute énormément au caractère exotique, presque antillais du coup. On l'entendait déjà dans Le Roi Lion, Lilo et Stitch, etc. Délicieux, exquis...

Vous voulez des merveilles sonores ? Vous n'en manquerez pas, l'illustration regorge de pépites, même si on les entend moins dans la seconde partie de Coco. Et si le thème du Monde des Morts, lorsque Miguel y pose les pieds, ne vous touche pas, malgré sa douceur fragile et sa beauté pure, tellement DISNEY, et avec le meilleur grain d'image de Pixar, je ne sais plus quoi vous dire. Le film me fait déjà pleurer deux ou trois fois par certaines de ses lignes émotionnelles, c'est aussi le cas pour cette mélodie-là, ainsi que d'autres traditionnelles. ¡Viva México! ¡Viva Coco!

A lire aussi en MUSIQUES FOLKLORIQUES par MARCO STIVELL :


Alan STIVELL
Journée à La Maison (1978)
Folk celte acoustique magique




MYRDHIN
Vol. 1 - Kan An Avel (1974)
Folk celtique, son premier vrai album


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Michael Giacchino (compositions, direction musicale)
- Robert Lopez (écriture des chansons)
- Kristen Anderson-lopez (écriture des chansons)
- Anthony Gonzalez, Gael Garcìa Bernal (chant)
- Antonio Sol, Alanna Ubach (chant)
- Ana Ofelia Murguia (chant)
- Orchestre Des Studios Disney


1. Remember Me/ne M'oublie Pas
2. Much Needed Advice/de Bons Conseils
3. Everyone Knows Juanita/tout Le Monde Connait Juani
4. Un Poco Loco
5. Jàlale (instrumental)
6. The World Es Mi Familia
7. Remember Me (lullaby)/ne M'oublie Pas (berceuse)
8. La Llorona
9. Remember Me (reunion)/ne M'oublie Pas (retrouvaill
10. Proud Corazòn
11. Remember Me (dùo) (générique De Fin)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod